Pirelli demande plus d'essais avant la saison 2017

Alors que l'identité du manufacturier de pneumatiques qui fournira ses gommes à la Formule 1 de 2017 à 2019 n'a pas encore été dévoilée, Pirelli a souligné la nécessité de tenir davantage d'essais hivernaux à l'aube de la saison 2017 de Formule 1.

En effet, il est probable que la réglementation technique évolue à ce moment-là, pour aller vers des pneus arrière plus larges notamment : ils passeraient ainsi de 375mm à 420mm de largeur.

Or, les prochains essais hivernaux débuteront un mois avant le premier Grand Prix et ne seront composés que de deux séries de quatre jours. Bien insuffisant pour déceler d'éventuels problèmes pour les nouveaux pneus de 2017, selon Paul Hembery, qui ne cache pas son inquiétude.

"Si nous restons en F1, nous devrons vraiment nous intéresser à la question des essais," déclare Hembery, directeur de la compétition au sein de la marque italienne. "Avec les changements actuellement prévus pour 2017, il y aura un pneu arrière plus large, j'imagine une modification au pneu avant, et des voitures qui auront une charge aéro très différente."

"Parce que les changements sont très vastes, on ne veut pas se retrouver à Barcelone en mars avec des problèmes d'ordre majeur. Il faut donc trouver un moyen de faire des essais avant cela."

Parmi les projets à plus court terme, la dégradation des pneus est un problème à résoudre, car malgré l'ambition de Pirelli de voir des courses à plusieurs arrêts, il y a récemment eu plusieurs épreuves lors desquelles les pilotes n'ont effectué qu'un passage par les stands.

Pirelli compte réviser son pneu arrière pour résoudre ce problème, ainsi que créer un composé plus tendre que le supertendre, qui était trop dur pour les circuits urbains cette saison.

"Nous devons encore développer des idées pour nous occuper du pneu dur, qui a besoin d'être modifié," poursuit Hembery. "Il faut qu'il soit beaucoup plus proche du medium."

"Aussi, un produit qui peut être utilisé sur les vrais circuits urbains : Monaco, Montréal, Singapour, où il faut probablement un pneu beaucoup plus tendre que l'actuel supertendre."

Enfin, la possibilité de laisser les équipes choisir leur composé pneumatique a été évoquée, mais c'est une option que Pirelli aborde avec prudence, ne voulant pas être désigné responsable d'éventuelles défaillances suite à de possibles mauvais choix des écuries.

"Une autre idée, dont nous croyons qu'elle sera prête pour 2016, est de donner plus de liberté aux équipes dans leur choix de pneus, mais sans nous mettre dans la moindre difficulté. C'est notre espoir, et nous voulons que cela se concrétise très rapidement désormais. Nous sommes très proches d'une décision finale. Cela paraît faisable," conclut Hembery.

A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags composés, hembery, pirelli, pneus