Pirelli enthousiaste après un GP d'Espagne hautement stratégique

partages
commentaires
Pirelli enthousiaste après un GP d'Espagne hautement stratégique
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
11 mai 2015 à 12:59

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06 et son équipier vainqueur, Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06, dans le Parc Fermé
Le vainqueur Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 fête sa victoire dans le parc fermé avec le deuxième, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Sebastian Vettel, Ferrari fête sa troisième position dans le Parc Fermé
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 fête sa deuxième position sur le podium
Felipe Massa, Williams F1 Team pendant un arrêt aux stands
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team pendant un arrêt aux stands

La lutte pour le podium du Grand Prix d’Espagne a mis aux prises trois pilotes évoluant sur différentes stratégies à deux ou trois arrêts aux stands. Le type même de course où la bonne gestion des pneumatiques fait toute la différence.

Nico Rosberg a en effet mené du premier au dernier tour - une première cette saison - en ne s’arrêtant qu’à deux reprises avec sa Mercedes, tandis que son équipier Lewis Hamilton s’est engagé dans une âpre bataille avec la Ferrari de Sebastian Vettel en usant d’une tactique opposée à celle de l’Allemand.

En optant pour une stratégie à trois arrêts afin de regagner la place perdue au départ face à Vettel, ce dernier évoluant sur deux pit-stops, Hamilton a pu profiter d’une voiture plus performante en fin de course et offrir aux aficionados un dénouement palpitant.

Rosberg a choisi pour sa part une combinaison medium-medium-dur qui devait, selon nous, représenter le scénario idéal, et qui le fut puisque l’Allemand a franchi le drapeau à damier avec plus de 30 secondes d’avance.

Au départ, tous les pilotes avaient décidé de chausser la gomme medium qui s’était révélée, vendredi pendant les essais libres, plus rapide de 1’’5 que la dure. Hamilton, au contraire de son équipier, a cependant décidé de basculer sur une stratégie à trois arrêts en privilégiant les enveloppes dures dans son troisième relais - après avoir passé deux trains de mediums - pour se laisser la possibilité de rejoindre l’arrivée sans repasser une troisième fois par les stands. Felipe Massa, sur sa Williams, a été le seul pilote à imiter le Britannique et a progressé de la 9e place au départ à la 6e à l’arrivée.

Après des qualifications décevantes, Kimi Räikkönen a tenté une stratégie alternative de deux pit-stops. Le Finlandais a utilisé le mélange dur dans son deuxième relais afin de bénéficier en fin de course des meilleures performances du medium pour tenter de prendre l’avantage sur son compatriote Valtteri Bottas (Williams).

L’usure et la dégradation des pneumatiques ayant été conformes aux attentes, les deux tactiques furent sensiblement équivalentes. Les teams et les pilotes ont ainsi pu réadapter leur choix en fonction des circonstances de course.

Les écuries de Formule 1 vont encore rester quelques jours à Barcelone puisque mardi et mercredi sont organisés les premiers essais en cours de saison, où plusieurs pilotes réservistes viendront prêter main forte aux titulaires.

"La stratégie nous a tenus en haleine tout au long de ce Grand Prix d’Espagne, et la lutte entre Mercedes et Ferrari a été aussi fascinante que complexe", constate Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport.

"La sélection de pneumatiques fournie ce week-end a laissé la porte ouverte à différentes variantes pour permettre aux teams d’optimiser leurs performances. Malgré l’exigence de cette piste de Montmelo, tant par la chaleur de l’asphalte que par la température ambiante, nos deux types d’enveloppes se sont parfaitement bien comportées et n’ont révélé que quelques faibles signes de graining et de cloquage. Un facteur qui n’a pas été sans faciliter la vie du pilote qui a ainsi pu maximiser les bénéfices de son choix tactique. Nous nous concentrons désormais sur les tests qui vont nous permettre de recueillir de nouvelles données importantes en prévision du développement futur de nos produits". 

Prochain article Formule 1
Analyse : Pourquoi la FIA a serré la vis pour le débit de carburant

Article précédent

Analyse : Pourquoi la FIA a serré la vis pour le débit de carburant

Article suivant

Retour de la F1 au Mexique - L'ancien circuit était "trop dangereux"

Retour de la F1 au Mexique - L'ancien circuit était "trop dangereux"

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Espagne
Catégorie Après-course
Lieu Circuit de Barcelona-Catalunya
Auteur Guillaume Navarro
Type d'article Résumé de course