Pirelli - "Les différences entre les pneus sont désormais minimes"

Pirelli a nuancé l’importance du “mauvais” train de pneus de Nico Rosberg en qualification du Grand Prix du Canada, insistant sur le fait que toute différence est désormais minime.

Rosberg avait laissé entendre que ses espoirs de battre son coéquipier Lewis Hamilton pour la pole position à Montréal avait été gâchés par un changement malvenu de set-up en réponse à la tenue de route obtenue avec le premier train.

L’équipe Mercedes, qui inspecte avec précaution chaque train de pneus qu’elle utilise, avait suggéré que le premier utilisé par Rosberg en Q3 aurait pu avoir une plus mauvaise “uniformité” que celui monté pour sa seconde tentative.

Des différences minimes...

Pirelli insiste, cependant, sur le fait que les différences entre les pneus ont été surestimées et que d’autres facteurs qui sont sous le contrôle de l’équipe – dont les pressions de pneus et la répartition du poids – sont susceptibles d’avoir un impact plus élevé sur la performance.

Je pense qu’il y a quelques variations mineures, par exemple au niveau du poids, mais c’est dans la nature même du produit,” confie le Directeur de la Compétition de Pirelli, Paul Hembery, à Motorsport.com. “Le degré de variation pour celui que nous fabriquons est extrêmement faible.”

Le niveau de test en laboratoire et les caractéristiques chimiques du pneu sont intenses et il est clair que pour tout essai que nous avons fait ou tout ce que nous avons pu voir en F1, nous opérons à des niveaux très précis. Cependant, dans quelque chose d’aussi précis que la F1, je suis sûr que chaque millimètre compte en terme de dessin et de forme et que ceci peut affecter les équipes.”

...qui peuvent tout de même peser lourd

Après les qualifications au Canada, Rosberg avait trouvé impressionnant à quel point de toutes petites différences comme l’uniformité du pneu pouvaient se manifester d’elles-mêmes en influant sur la performance.

Hembery convient que le niveau de détail auquel les équipes opèrent aujourd’hui est tel que c’est une nécessité pour elles d’évaluer un produit qui se déplace comme un pneu peut le faire.

Les pneus sont faits de gomme et de matériaux renforcés, pas dans un matériau stable de ce point de vue,” dit-il. “Ils ne sont pas faits de quelque chose de solide comme le métal – mais bien sûr, le processus de préparation qui est le nôtre est très précis.”

Et de conclure : “Dès que l’on commence à y injecter de l’air et à le gonfler, alors bien sûr il y a quelques variations naturelles.”

A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Circuit Circuit Gilles-Villeneuve
Pilotes Nico Rosberg
Type d'article Actualités
Tags pirelli, rosberg