Pirelli - Les simulations des équipes s'affinent pour 2017

partages
Pirelli - Les simulations des équipes s'affinent pour 2017
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
Traduit par: Basile Davoine
8 nov. 2016 à 14:01

Pirelli a fait savoir que les estimations des niveaux d’appui pour 2017, fournies par les équipes, avaient commencé à converger, rendant plus facile pour la compagnie italienne la finalisation de ses pneumatiques pour la saison prochaine.

Mercedes AMG F1 W06 Hybrid avec les pneus Pirelli 2017 et 2016
Sebastian Vettel, Ferrari SF15-T testant des pneus Pirelli 2017
Nico Rosberg, Mercedes F1 Team teste les pneus Pirelli 2017
Pascal Wehrlein, Mercedes F1 Team teste les pneus Pirelli 2017
Des pneus Pirelli usés

Pirelli a travaillé avec les estimations faites par les équipes sur ce que seront les niveaux d’appuis et les charges exercées sur les pneumatiques en début de saison 2017 et jusqu’au dernier Grand Prix, après le développement aérodynamique qui sera mené.

Les premières estimations étaient très éparses, mais elles sont désormais similaires, au moins pour le début de l’année.

"C’est vrai que, la première fois que nous avons reçu les prévisions, il y avait un assez gros écart entre les équipes", a expliqué à Motorsport.com Mario Isola, directeur technique de Pirelli. "Puis nous avons pris leurs simulations et nous avons préparé un modèle de pneu que nous avons fourni aux équipes. Le travail s’est poursuivi, et les équipes nous ont donné d’autres prévisions."

"Désormais, nous voyons que nous convergeons vers une bande étroite. C’est bien plus précis maintenant. Je pense qu’il y a une bonne estimation si nous considérons les performances attendues au début de l’année 2017."

"Nous avons également reçu une estimation pour la fin 2017. Bien sûr, il faut prendre en compte le niveau de développement sur une année, avec une voiture complètement nouvelle. C’est donc un peu plus large pour la fin d’année."

"Mais pour le début, nous convergeons plus ou moins vers les mêmes prévisions. Pour les simulations que nous recevons en ce moment, il y a encore un écart de plus d’une seconde. Mais nous considérons qu’une ou deux secondes de différence, c’est une bonne estimation, nous ne sommes pas à cinq ou six secondes."

Article suivant
L'avenir de Sauber ne dépend pas de Nasr et Ericsson

Article précédent

L'avenir de Sauber ne dépend pas de Nasr et Ericsson

Article suivant

Moteurs - Hamilton et Rosberg à égalité dans la lutte pour le titre

Moteurs - Hamilton et Rosberg à égalité dans la lutte pour le titre

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Adam Cooper
Type d'article Actualités