Pirelli : Plats et crevaisons font partie de la course

Comme l'avait indiqué Pirelli avant la course, la stratégie à deux arrêts était la meilleure option pour l'ensemble des équipes ce dimanche à Yeongam

Comme l'avait indiqué Pirelli avant la course, la stratégie à deux arrêts était la meilleure option pour l'ensemble des équipes ce dimanche à Yeongam. D'ailleurs, tous les pilotes du top 10 ont eu recours à ce choix, même si les deux interventions de la voiture de sécurité en milieu de course ont bien aidé les équipes à gérer la durée de vie des pneumatiques. Sans sortie du Safety Car, on peut imaginer que plusieurs pilotes auraient tenté le pari de faire trois arrêts.

Seul Jenson Button n'a pas profité du Safety Car pour effectuer son deuxième arrêt, ce qui s'explique par son premier changement de pneus précoce en raison de son aileron avant abîmé lors du départ. Par ailleurs, un seul pilote a tenté d'inverser la stratégie, en s'élançant en pneus mediums et non en supertendres, à savoir Daniel Ricciardo. Le pari aurait pu s'avérer payant pour l'Australien, mais il a été contraint à l'abandon à quelques tours de l'arrivée.

"Le mélange medium étant sans doute le choix pneumatique idéal pour la course, la plupart des pilotes a essayé de monter celui-ci aussi tôt que possible", souligne Paul Hembery, directeur de Pirelli Motorsport. "Les équipes ont réagi dès le départ de la course aux stratégies mises en place par leurs rivaux directs. Nous disposions d’un choix de pneus pouvant être assez agressif, mais les supertendres ont été des pneus de qualifications parfaits et le medium était optimal pour la course, et cela fut décidé en accord avec les requêtes de nombreuses équipes."

"Les deux interventions de la voiture de sécurité ont eu un impact important sur la stratégie de course, permettant à tous les pilotes à l’arrivée ont complété la course en seulement deux arrêts. Sans voitures de sécurité, on aurait sans doute vu plus de monde s’arrêter à trois reprises, mais cela restait dans la fenêtre de 2 à 3 arrêts, ce qui est notre objectif depuis notre arrivée en Formule 1."

Pour Pirelli, la course a été marquée par l'incident qui a affecté Sergio Pérez, lorsque le pneu avant-droit de la McLaren a explosé en pleine ligne droite. Selon le manufacturier italien, il s'agit d'une conséquence directe du gros freinage du pilote mexicain au virage précédent, qui a causé un plat important sur le pneu.

"Concernant le problème sur le pneu avant droit de Pérez, nous avons été en mesure de déterminer très rapidement qu’il s’agit du résultat d’un plat causé par un blocage de roue sur un gros freinage. Nous sommes bien entendu sur la même construction pneumatique que lors de la course de l’an dernier, et il n’y a pas de problème latent : les plats et les crevaisons ont toujours fait intégralement partie de la course."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button , Sergio Pérez , Daniel Ricciardo
Équipes McLaren
Type d'article Actualités