Pirelli : Le pneu ultratendre peut faire l'intégralité du GP de Monaco

Pirelli estime que le pneu ultratendre a la capacité de tenir toute la course à Monaco. Cela ouvrirait la possibilité pour les équipes de passer un minimum de temps avec la gomme supertendre, qui doit impérativement être chaussée durant le GP.

Selon Mario Isola, directeur de la compétition de Pirelli Motorsport, les pilotes qui s'élanceront hors du top 10 pourraient ainsi prendre la décision de débuter le Grand Prix avec les pneus supertendres et de s'en débarrasser après seulement un tour. Une stratégie qui pourrait être d'autant plus payante en cas d'intervention de la voiture de sécurité à ce moment de la course, ce qui est loin d'être improbable en Principauté. 

"Nous n'avons plus ou moins aucune dégradation", affirme Isola. "Lors de la deuxième séance [d'essais libres], les simulations de course étaient très régulières. C'était attendu. Nous avons un temps au tour delta qui est de 0"7 entre l'ultratendre et le supertendre. En course, ce chiffre sera probablement plus petit, mais c'est normal." 

"Je suppose que tout le monde veut faire un long relais en ultratendres. Nous verrons, car ici la probabilité d'intervention de la voiture de sécurité est élevée. Peut-être que quelqu'un va partir en supertendres, et si nous avons une voiture de sécurité, c'est possible de changer, de passer en ultratendres, et de faire toute la course."

"L'usure n'est pas un problème, la dégradation non plus. La gestion des pneus était parfaite [jeudi], pas de cloques, pas de graining, rien. Il y a différentes options stratégiques, car ils peuvent changer les pneus quand ils veulent, en fonction des conditions de course. S'il n'y a pas de voiture de sécurité au début, nous pouvons avoir une situation différente."

De nombreuses options stratégiques

Pour Isola, les pilotes hors du top 10 en qualifications pourraient bénéficier d'un départ pris en pneus supertendres y compris si la voiture de sécurité n'intervient pas lors des premiers tours de course. "Au début, dans le trafic, c'est quelque chose qui ne va pas vous pénaliser", explique-t-il. "Si vous restez dans le rythme, que vous ne perdez pas de place et que vous gardez le contact avec la voiture devant vous, c'est possible avec le supertendre. Nous savons qu'en course, ils gardent un rythme qui n'est pas comme en qualifications. Dans ce cas, quand il y a une voiture de sécurité, on s'arrête et on termine en ultratendres."

Il existe également la possibilité, pour les dix pilotes qui accèderont à la Q3, de tenter de qualifier avec les pneus supertendres en Q2, de manière à faire ce même pari stratégique. Néanmoins, les chronos extrêmement serrés ce week-end pourraient être très dissuasifs et le pari serait à quitte ou double. 

"Personnellement, je pense que c'est un risque de faire la Q2 en supertendres, car si l'on regarde les dix premiers [jeudi], ils ne sont pas éloignés", fait remarquer Mario Isola. "Et avec le delta de 0"7, c'est assez risqué d'essayer de faire la Q2 en supertendres. Si vous faites une erreur, ou qu'il y a du trafic, ce qui est toujours possible à Monaco, il y a un gros risque de ne pas passer en Q3 et de partir 11e, 12e ou 13e. Dépasser est tellement difficile ici, ce serait probablement un gros désavantage."

Propos recueillis par Adam Cooper

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Monaco
Circuit Monte Carlo
Type d'article Actualités