Pirelli : La réduction d'appui en 2021, pas une question de sécurité

Le responsable de la compétition de Pirelli en F1, Mario Isola, a affirmé que le plan de la FIA pour réduire l'appui aérodynamique en 2021 d'afin d'aider la firme était plus une question de performance que de sécurité.

Pirelli : La réduction d'appui en 2021, pas une question de sécurité

Après le refus de l'ensemble des écuries en fin de saison dernière, Pirelli n'a pas pu introduire les pneus conçus pour 2020 et a dû maintenir pour cette saison les gommes 2019. Or, pandémie de COVID-19 oblige, la réglementation 2021 a été repoussée à 2022, et les pneus 2019 devront faire une troisième saison consécutive l'an prochain.

Le problème d'une telle durée de vie pour un pneu conçu en 2018 est qu'il n'est pas adapté aux évolutions aéro et aux charges qu'il subit avec les monoplaces actuelles et futures. Il a ainsi été décidé, durant le confinement et la pause forcée de la F1, que le niveau d'appui des monoplaces 2021 serait contrôlé en réduisant la taille du fond plat devant les pneus arrière.

Mais depuis, il y a eu le Grand Prix de Grande-Bretagne, lors duquel les pneus ont souffert et subi des crevaisons seulement liées à leur usure plus importante que prévue sur un tracé particulièrement exigeant. La FIA a donc décidé d'imposer une nouvelle réduction de l'appui des monoplaces dans certaines zones. Les détails restent encore à finaliser, ce qui sera fait lors d'une réunion du Groupe de Travail Technique de la FIA avec les directeurs techniques des écuries ce vendredi.

Lire aussi :

Du côté de Pirelli, on accueille évidemment avec plaisir ces changements, mais on insiste pour dire que ces nouvelles modifications ne doivent être vues comme des mesures de sécurité. En effet, le manufacturier dispose d'une réponse face au risque d'usure trop importante et de fragilisation de la structure des pneus : l'augmentation des pressions. Mais ces dernières, au-delà d'un certain seuil, créent d'autre soucis, comme la surchauffe, qui ont un impact sur les performances et donc le spectacle.

"La FIA a décidé de faire ça", a déclaré Mario Isola sur les nouvelles règles annoncées. "Et je ne peux pas dire que je ne suis pas d'accord. Mais je ne veux pas que le message soit qu'il s'agit de raisons de sécurité, car nous pouvons utiliser la pression pour compenser le niveau de contraintes."

"Évidemment, si nous considérons la période entre maintenant et la fin 2021, la capacité des écuries à développer les voitures est énorme. Nous pourrons atteindre, fin 2021, un niveau de charge aéro qui sera très élevé. Et en conséquence, nous serions obligés d'augmenter la pression jusqu'au point d'avoir de nouveau de la dégradation par la surchauffe ou du blistering à un niveau que nous ne voulons pas, donc c'est la bonne chose à faire pour l'an prochain." 

"Pour moi, ce n'est pas une question de sécurité. Si nous augmentons la pression, nous pouvons compenser le niveau de charge, le niveau de stress qui est mis sur les pneus. Nous l'avons fait pour Silverstone lors de la seconde course. OK, la comparaison est difficile parce que nous n'avons pas eu de relais de 37-38 tours."

"Mais selon notre analyse sur les pneus après le second GP de Silverstone, tout a bien fonctionné. Donc la pression joue évidemment un rôle important dans l'équation. Et avec la pression, nous pouvons soutenir la structure, maintenir la structure. Il y a des forces verticales et latérales qui agissent sur les pneus, et nous pouvons établir une pression minimale qui est différente pour chaque circuit et calculée selon le niveau d'énergie qui est transmise au pneu."

Lire aussi :

Cependant, même en l'absence de défaillances, les pressions et les températures plus élevées ont créé des problèmes de blistering. "Il est également clair que l'augmentation de la pression s'accompagne d'effets secondaires comme, par exemple, la dégradation ou la surchauffe, car la gomme est plus stressée [...]  ; dans certains cas, il peut y avoir du blistering également."

"Et les pilotes n'en veulent pas, et nous n'en voulons pas. Donc si l'idée est de limiter l'appui en faisant un petit pas dans la direction de sa réduction en vue de l'an prochain, ils aident à améliorer la situation, ils aident les pneus, car nous pouvons mettre en place des pressions plus basses."

"Et, étant donné que nous utilisons le même produit depuis l'an passé et qu'il doit être utilisé cette année et la saison prochaine, cela aide clairement au niveau du comportement des pneus, en réduisant la surchauffe, en réduisant la dégradation et en donnant la possibilité aux pilotes de pousser un petit peu plus."

Pirelli espère également pouvoir modifier la structure des pneus en vue de la campagne 2021 et prévoit de mener des tests de prototypes lors des EL2 plus tard dans la saison, après avoir repoussé ceux prévus à Silverstone et à Barcelone.

partages
commentaires
Des tests sur de nouveaux circuits auraient envoyé "un mauvais signal"
Article précédent

Des tests sur de nouveaux circuits auraient envoyé "un mauvais signal"

Article suivant

Räikkönen et Ricciardo s'attendent à voir Vettel rebondir chez Ferrari

Räikkönen et Ricciardo s'attendent à voir Vettel rebondir chez Ferrari
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021