Pirelli dément les "rumeurs" de manque de pneus lors des tests

Mario Isola, responsable F1 Pirelli, a balayé d'un revers de la main les "rumeurs" selon lesquelles les équipes n'auraient pas été suffisamment approvisionnées en pneus durant les essais hivernaux.

Pirelli dément les "rumeurs" de manque de pneus lors des tests
Kilométrage par équipe, semaines 1 et 2
Nico Hulkenberg, Renault F1 Team R.S. 19
Sergio Perez, Racing Point F1 Team RP19
Les mécaniciens Alfa Romeo Racing se préparent pour un arrêt au stand
Carlos Sainz Jr., McLaren MCL34
Sebastian Vettel, Ferrari SF90
Max Verstappen, Red Bull Racing RB15

Les équipes F1 sont strictement limitées de manière réglementaire à une utilisation de 40 trains de pneus slicks par test depuis la mise en place de seulement deux séances de tests hivernaux, en 2016. Une décision prise en commun par la FIA et le fournisseur unique du championnat.   

Les dix équipes F1 ont parcouru un tour entier de la planète sur les huit jours de tests réalisés par temps sec, à Barcelone. 40835 km : ce sont plusieurs milliers de kilomètres de plus qu'en 2018 et 2017. Dès lors, certaines équipes se sont senties limitées par la quantité de pneus disponibles.

Lire aussi :

"J'ai entendu des commentaires, des rumeurs concernant le fait que les équipes n'étaient pas satisfaites de la quantité de trains disponible pour les essais", soupire Mario Isola. "Elle a été réduite car le nombre de journées de tests l'a été. En proportion, il s'agit du même nombre de pneus que ce qu'ils ont probablement eu ces dix dernières années", pointe l'Italien.

"Bien entendu, cette année, avec les bonnes conditions météorologiques et les autos très fiables, toutes les équipes ont eu l'opportunité de rouler bien plus que dans le passé", remarque Isola. "Je ne pense pas que le nombre de trains soit insuffisant", poursuit le responsable Pirelli.

Comme le décrit Motorsport.com dans son bilan détaillé des tests hivernaux, les équipes ont parcouru l'équivalent de 133 distances de GP en huit jours, en dépit du fait que Williams n'ait bouclé que l'équivalent de huit manches, contre presque une saison complète pour Mercedes.

Plus de roulage en 2015 et 2016

La distance parcourue en 2018 n'est cependant pas un record : en 2015, alors que débutait l'ère hybride des unités de puissance V6 turbo, les neuf équipes présentes en tests avaient emmagasiné un peu plus de roulage. En 2016, le plateau de 11 équipes avait lui aussi installé une référence kilométrique en essais. Toutefois, les teams font remarquer qu'ils disposent de 20 trains de moins qu'à cette époque, durant laquelle trois séances étaient organisées (une à Jerez et deux à Barcelone). Nombreuses étaient ainsi les équipes à mettre de côté des trains alloués à la première séance pour les deux suivantes.

Voir aussi :

Pour Isola, l'allocation mise en place demeure largement suffisante pour permettre aux équipes d'être prêtes pour le début de saison. Avec deux trains de pneus prototypes pour chaque test et un train additionnel du composé le plus tendre de la gamme mis à disposition pour tout le monde, les équipes ont en réalité chacune disposé de 85 trains de pneumatiques (340 pneus) pour les deux tests. Pirelli ajoute que le nombre de trains de pneus demeurant disponibles pour les équipes en arrivant à la dernière journée était au minimum de 12, et que l'une d'entre elle en avait encore 21 non utilisés.

"Il ont commencé la seconde [semaine] de tests avec 42 à 50 trains pour les quatre jours", commente Isola. "Il faut tenir compte du fait qu'ils ont fait pas mal de simulations de course et utilisé les mêmes trains de pneus pendant de nombreux kilomètres. Et il faut bien évidemment un plus grand nombre de trains pour faire des simulations de qualifications. Mais je pense qu'ils n'ont honnêtement pas manqué de pneus."

Pirelli a par ailleurs rappelé que les équipes disposaient de leur propre choix d'allocations de mélanges sur ces tests, et que la gestion de leur utilisation était hautement anticipable. La limite de trains est quant à elle plus dictée par des motivations d'économies par la FIA que par une incapacité de la marque italienne à délibérer un volume plus important de ses produits.

 

partages
commentaires
Haas était "un peu trop nerveux" au début des essais

Article précédent

Haas était "un peu trop nerveux" au début des essais

Article suivant

Le budget capé peut offrir "un avantage significatif" aux teams d'usine

Le budget capé peut offrir "un avantage significatif" aux teams d'usine
Charger les commentaires
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021