Formule 1
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé

Pirelli dément les "rumeurs" de manque de pneus lors des tests

partages
commentaires
Pirelli dément les "rumeurs" de manque de pneus lors des tests
Par :
Co-auteur: Guillaume Navarro
2 mars 2019 à 16:34

Mario Isola, responsable F1 Pirelli, a balayé d'un revers de la main les "rumeurs" selon lesquelles les équipes n'auraient pas été suffisamment approvisionnées en pneus durant les essais hivernaux.

Kilométrage par équipe, semaines 1 et 2
Nico Hulkenberg, Renault F1 Team R.S. 19
Sergio Perez, Racing Point F1 Team RP19
Les mécaniciens Alfa Romeo Racing se préparent pour un arrêt au stand
Carlos Sainz Jr., McLaren MCL34
Sebastian Vettel, Ferrari SF90
Max Verstappen, Red Bull Racing RB15

Les équipes F1 sont strictement limitées de manière réglementaire à une utilisation de 40 trains de pneus slicks par test depuis la mise en place de seulement deux séances de tests hivernaux, en 2016. Une décision prise en commun par la FIA et le fournisseur unique du championnat.   

Les dix équipes F1 ont parcouru un tour entier de la planète sur les huit jours de tests réalisés par temps sec, à Barcelone. 40835 km : ce sont plusieurs milliers de kilomètres de plus qu'en 2018 et 2017. Dès lors, certaines équipes se sont senties limitées par la quantité de pneus disponibles.

Lire aussi :

"J'ai entendu des commentaires, des rumeurs concernant le fait que les équipes n'étaient pas satisfaites de la quantité de trains disponible pour les essais", soupire Mario Isola. "Elle a été réduite car le nombre de journées de tests l'a été. En proportion, il s'agit du même nombre de pneus que ce qu'ils ont probablement eu ces dix dernières années", pointe l'Italien.

"Bien entendu, cette année, avec les bonnes conditions météorologiques et les autos très fiables, toutes les équipes ont eu l'opportunité de rouler bien plus que dans le passé", remarque Isola. "Je ne pense pas que le nombre de trains soit insuffisant", poursuit le responsable Pirelli.

Comme le décrit Motorsport.com dans son bilan détaillé des tests hivernaux, les équipes ont parcouru l'équivalent de 133 distances de GP en huit jours, en dépit du fait que Williams n'ait bouclé que l'équivalent de huit manches, contre presque une saison complète pour Mercedes.

Plus de roulage en 2015 et 2016

La distance parcourue en 2018 n'est cependant pas un record : en 2015, alors que débutait l'ère hybride des unités de puissance V6 turbo, les neuf équipes présentes en tests avaient emmagasiné un peu plus de roulage. En 2016, le plateau de 11 équipes avait lui aussi installé une référence kilométrique en essais. Toutefois, les teams font remarquer qu'ils disposent de 20 trains de moins qu'à cette époque, durant laquelle trois séances étaient organisées (une à Jerez et deux à Barcelone). Nombreuses étaient ainsi les équipes à mettre de côté des trains alloués à la première séance pour les deux suivantes.

Voir aussi :

Pour Isola, l'allocation mise en place demeure largement suffisante pour permettre aux équipes d'être prêtes pour le début de saison. Avec deux trains de pneus prototypes pour chaque test et un train additionnel du composé le plus tendre de la gamme mis à disposition pour tout le monde, les équipes ont en réalité chacune disposé de 85 trains de pneumatiques (340 pneus) pour les deux tests. Pirelli ajoute que le nombre de trains de pneus demeurant disponibles pour les équipes en arrivant à la dernière journée était au minimum de 12, et que l'une d'entre elle en avait encore 21 non utilisés.

"Il ont commencé la seconde [semaine] de tests avec 42 à 50 trains pour les quatre jours", commente Isola. "Il faut tenir compte du fait qu'ils ont fait pas mal de simulations de course et utilisé les mêmes trains de pneus pendant de nombreux kilomètres. Et il faut bien évidemment un plus grand nombre de trains pour faire des simulations de qualifications. Mais je pense qu'ils n'ont honnêtement pas manqué de pneus."

Pirelli a par ailleurs rappelé que les équipes disposaient de leur propre choix d'allocations de mélanges sur ces tests, et que la gestion de leur utilisation était hautement anticipable. La limite de trains est quant à elle plus dictée par des motivations d'économies par la FIA que par une incapacité de la marque italienne à délibérer un volume plus important de ses produits.

 

Article suivant
Haas était "un peu trop nerveux" au début des essais

Article précédent

Haas était "un peu trop nerveux" au début des essais

Article suivant

Les plus belles photos des seconds essais hivernaux 2019

Les plus belles photos des seconds essais hivernaux 2019
Charger les commentaires