Pirelli dévoile les stratégies pour le GP d'Azerbaïdjan

La course de Bakou qui se déroulera ce dimanche va offrir plusieurs options stratégiques aux concurrents. Pirelli a mis en avant des tactiques pneumatiques qui pourraient être employées aujourd'hui à 14h10.

Pirelli dévoile les stratégies pour le GP d'Azerbaïdjan
Charger le lecteur audio

Le tracé urbain de Bakou est particulier en ce qu'il combine des sections ultra rapides inhabituelles sur les circuits en ville et des parties sinueuses où la réaccélération et l'agilité sont primordiales. Le compromis a toutefois tendance à basculer du côté de la vitesse en raison de la pleine charge de plus de deux kilomètres qui termine le circuit et qui constitue une zone essentielle pour les dépassements.

Côté pneumatiques, comme depuis le début de saison, il apparaît que le climat influe énormément sur la manière dont ils fonctionnent. Les conditions météo promettent d'être assez fraîches, dans l'air ou en piste, avec un vent qui pourrait être suffisamment fort pour perturber le comportement des monoplaces.

Pirelli a dévoilé, selon ses simulations, les différents scénarios envisageables, que voici :

Estimations Pirelli GP Azerbaïdjan1er relais2e relais3e relais
Stratégie optimale  20 tours  31 tours  
2e stratégie   10 tours  41 tours  
3e stratégie  10 tours  20 tours  21 tours

Il est rapidement apparu lors du week-end azéri que les gommes avaient la capacité de tenir longtemps et donc de permettre des stratégies à un seul arrêt. Le caractère urbain et peu abrasif aide cela même si le revers de la médaille de cette usure modérée est une difficulté à faire suffisamment chauffer les gommes qui provoque notamment de la glisse, surtout si les températures ne décollent pas.

Dans ces conditions et au vu des données disponibles, démarrer en supertendres est la meilleure option. C'est ce qui explique le choix des structures de pointe, puisque le poleman Sebastian Vettel, les Mercedes et les Red Bull s'emploieront à mettre en place la stratégie optimale à un seul arrêt préconisée par Pirelli. Dans le même temps, auteur de plusieurs fautes en Q2 l'ayant obligé à se qualifier en ultratendres, Kimi Räikkönen se retrouve contraint à une stratégie moins aisée puisqu'il devra s'arrêter plus tôt que la plupart de ses concurrents, avec le risque de se heurter à beaucoup de trafic, tout en devant ensuite faire tenir ses gommes tendres une quarantaine de tours.

Un autre paramètre à prendre en compte est le fait que Vettel puisse se retrouver seul face aux deux Mercedes. Depuis le début de saison, il est clair que le rythme en course des Flèches d'Argent est meilleur que le rythme en qualifications. Or, avec deux monoplaces, il pourrait être tentant d'adopter une approche stratégique légèrement différente pour piéger la Scuderia ou pour se mettre en position de profiter de toute opportunité.

Mais Bakou n'est pas le genre de circuit sur lequel les prévisions sont aisées. Même si les deux courses disputées en Azerbaïdjan ont montré les deux facettes que l'épreuve pouvait prendre, l'apparition d'un ou plusieurs Safety Cars est forcément dans les esprits, d'autant plus qu'au-delà de sorties de piste, de simple incidents techniques peuvent obliger à son déploiement. En cas de drapeau rouge, le fait de pouvoir changer de gommes "gratuitement" au moment de l'interruption peut aussi rebattre les cartes et pourrait inciter certains pilotes du milieu ou du fond de peloton à tenter un pari en s'élançant en gommes tendres pour retarder au maximum l'arrêt au stand.

Et, à partir de là, comme le dit Pirelli : "C'est une question d'opportunisme."

partages
commentaires
Leclerc s'offre la première Q2 de sa carrière
Article précédent

Leclerc s'offre la première Q2 de sa carrière

Article suivant

Ecclestone ne reconnaît plus Hamilton, Wolff en rigole

Ecclestone ne reconnaît plus Hamilton, Wolff en rigole
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021