Pirelli ne savait pas que la piste d'Istanbul allait être refaite

La piste de l'Istanbul Park était particulièrement glissante ce vendredi, et c'est en partie car Pirelli n'a pu faire un choix de pneus adapté, surpris par une surface de piste refaite à la dernière minute.

Pirelli ne savait pas que la piste d'Istanbul allait être refaite

Un manque d'adhérence sans précédent, des tête-à-queue en pagaille, des chronos à une poignée de secondes du record… Les essais libres du Grand Prix de Turquie resteront dans les mémoires, et pas forcément pour les bonnes raisons. La surface de la piste a été refaite quelques semaines avant cette course à l'Istanbul Park, et aucune compétition n'y a eu lieu depuis lors. La Formule 1 a donc étrenné une piste complètement lisse, de surcroît lavée avant le début des EL1 et encore humide lorsque le feu est passé au vert.

Lire aussi :

Les pilotes se sont (presque) unanimement plaints de cette nouvelle surface, dont Pirelli semble également avoir été victime : s'attendant à une piste abrasive sur ce tracé incluant le redoutable virage 8, le manufacturier italien a apporté les gommes les plus dures de sa gamme, alors que dans ces circonstances, un peu plus de tendreté n'aurait pas fait de mal.

Mario Isola, directeur de la compétition monoplace chez Pirelli, n'a pas caché être "un peu surpris" à l'antenne de F1 TV : "Nous avons choisi les pneus avant de savoir qu'ils allaient refaire la surface de la piste. [Ils l'ont fait] très tard. Nous avions déjà produit les pneus. Les pneus étaient déjà partis en Turquie – nous les produisons en Roumanie. Nous avons demandé à nos collègues qui travaillent à l'usine ici à Izmit de mesurer l'abrasivité de l'asphalte dès que c'était fini. C'était immédiatement clair que les caractéristiques du nouvel asphalte étaient très différentes de ce que nous attendions, mais nous n'avions pas le temps de réagir."

"Nous avons basé nos estimations sur les informations historiques que nous avions sur un asphalte complètement différent – bien plus agressif, je dirais. D'habitude, comme vous le savez, nous prenons en compte la sévérité du tracé, le type d'asphalte, la météo attendue. C'est ce que nous considérons comme un circuit sévère, et par conséquent, nous avons sélectionné le C1, le C2 et le C3. Ce matin, c'était une situation unique avec beaucoup d'éléments allant dans le même sens : la piste était humide, l'asphalte était très glissant, la plupart des équipes utilisaient le composé dur car elles voulaient se débarrasser d'un train, et la température n'était pas très chaude."

Max Verstappen, Red Bull Racing RB16, fait un tête à queue devant Daniil Kvyat, AlphaTauri AT01

Isola fait néanmoins contre mauvaise fortune bon cœur. "C'est pareil pour tous les pilotes. Ce sera amusant de voir comment ils peuvent s'adapter à la situation. Ce matin, on a vu pas mal de rallye, ce n'est pas mal pour le spectacle. Si des pilotes m'écoutent, ils vont sûrement me tuer après cette interview ! Mais c'est marrant", sourit-il. Et l'adhérence peinera à s'améliorer, en particulier en l'absence de courses annexes pour déposer de la gomme.

Pirelli situe en tout cas l'écart entre les durs et les mediums à huit dixièmes au tour, et celui entre les mediums et les tendres à neuf dixièmes, mais tout le monde n'est manifestement pas de cet avis. "J'ai utilisé les pneus durs cet après-midi, j'étais à environ cinq secondes au tour de Kevin [Magnussen] en pneus mediums", analyse Romain Grosjean. "Je ne pense donc pas que nous allons les toucher pour le reste du week-end."

"La piste s'est améliorée, mais il n'y a qu'une trajectoire. Cela va rendre les dépassements assez compliqués. Si on est hors trajectoire, le niveau d'adhérence correspond à ce qu'il était ce matin. Peut-être que la pluie va nettoyer ça, je crois qu'il y a un risque de pluie demain. Cela pourrait aussi empirer en faisant sortir l'huile du nouvel asphalte." Des averses éparses pourraient effectivement venir perturber les festivités ce samedi ainsi que dimanche matin.

partages
commentaires

Voir aussi :

Verstappen : "Nous sommes à 5 secondes des temps qu'on devrait faire"
Article précédent

Verstappen : "Nous sommes à 5 secondes des temps qu'on devrait faire"

Article suivant

Red Bull retarde encore sa décision sur l'avenir d'Albon

Red Bull retarde encore sa décision sur l'avenir d'Albon
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021