Pirelli voulait retourner à Bahreïn pour les essais hivernaux

Alors que les premiers essais d’avant-saison débutent dans une semaine à Jérez, le directeur de Pirelli Motorsport Paul Hembery regrette l’absence d’un pays plus chaud au calendrier hivernal

Alors que les premiers essais d’avant-saison débutent dans une semaine à Jérez, le directeur de Pirelli Motorsport Paul Hembery regrette l’absence d’un pays plus chaud au calendrier hivernal.

"Nous avons beaucoup appris l’an dernier à Bahreïn," confie le Britannique à GPUpdate. "Je pense que l’idéal serait d’enchaîner des séances d’essais à Bahreïn et Abou Dhabi : cela nous permettrait de collecter un maximum d’informations dans des conditions très chaudes."

Mais si la F1 a choisi de rester en Europe cette année, c’est avant tout pour des raisons financières dont Hembery a parfaitement conscience : "Certaines contraintes empêchent de faire ce que l’on veut et nous devons travailler et avancer saison après saison au gré de certains impondérables. Je comprends bien cela, mais d’un point de vue égoïste, il est clair que nous préférions le calendrier de l’an dernier."

À l’instar de Niki Lauda quelques jours plus tôt, le directeur du manufacturier italien pense que les températures sont trop basses à cette époque de l’année en Espagne, ce qui n’est pas idéal pour les tests d’avant-saison.

"Jerez, ce n’est pas si mal. Mais je pense qu’il fait trop frais à Barcelone en février. Il faudra toutefois faire avec et tenter d’être encore plus précis dans les conclusions que nous pourrons tirer de ces essais," conclut Hembery.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Niki Lauda
Type d'article Actualités