Formule 1
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
EL1 dans
3 jours
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
24 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
38 jours

Quand une place en classe éco aide Verstappen à conquérir Red Bull

partages
commentaires
Quand une place en classe éco aide Verstappen à conquérir Red Bull
Par :
Traduit par: Fabien Gaillard
10 janv. 2017 à 16:45

Quand Max Verstappen s'est vu expliquer qu'en raison d'un surbooking, sa place en classe affaires après le GP du Canada s'était changée en classe éco près des toilettes, il aurait été facile de le pardonner s'il avait rué dans les brancards.

Max Verstappen, Red Bull Racing RB12 fête sa troisième place dans le Parc Fermé
Podium : le troisième, Max Verstappen, Red Bull Racing
Max Verstappen, Red Bull Racing, célèbre sa troisième place sur le podium
Max Verstappen, Red Bull Racing, célèbre sa troisième place
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12, célèbre sa troisième place à la fin de la course
Podium: troisième place Max Verstappen, Red Bull Racing
Max Verstappen, Red Bull Racing et Daniel Ricciardo, Red Bull Racing posent pour un photographe
Max Verstappen, Red Bull Racing
Max Verstappen, Red Bull Racing lors d'une photo de l'équipe
Max Verstappen, Red Bull Racing lors d'une photo d'équipe
Max Verstappen, Red Bull Racing lors d'une photo de l'équipe
Max Verstappen, Red Bull Racing avec le Dr Helmut Marko, consultant Red Bull Motorsport
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Max Verstappen, Red Bull Racing, Felipe Massa, Williams F1 Team, Sergio Perez, Sahara Force India F1
Max Verstappen, Red Bull Racing
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing teste les pneus Pirelli 2017
Max Verstappen, Red Bull Racing lors d'une photo d'équipe
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing teste les pneus Pirelli 2017
Max Verstappen, Red Bull Racing teste les pneus Pirelli 2017
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12

Mais s'il y a une chose que son équipe a appris de l'arrivée du Néerlandais dans le cercle des superstars de la Formule 1, c'est que son nouveau statut ne lui est pas monté à la tête.

Donc, au lieu de se plaindre au sujet de ce qui s'est passé, Verstappen a haussé les épaules, réalisé qu'il y avait des choses plus importantes dans la vie que de s'énerver concernant cela et est passé à autre chose.

Avec sa vitesse époustouflante en piste, c'est l'attitude hors piste de Verstappen et son enthousiasme qui lui ont apporté beaucoup de fans chez Red Bull, et a donné confiance à l'équipe dans le fait que Daniel Ricciardo et lui n'appuieront pas sur le bouton "auto-destruction" s'ils se retrouvent en situation de jouer le titre en 2017.

Le directeur de Red Bull, Christian Horner, a expliqué à Motorsport.com : "Max est très, très bon, et il est tellement enthousiaste à propos de tout. Il est comme un chiot labrador qui veut se lancer dans n'importe quoi. Qu'il s'agisse de l'Histoire de la discipline, qu'il s'agisse de ce qui passe dans les formules de promotion ou en karting, il aime la course. Il se sent privilégié d'être un pilote de Formule 1."

"Il y a eu un exemple concret plus tôt dans l'année, quand des vols à partir de Montréal ont été surbookés, et il n'y avait pas de place disponible en classe affaires. Donc il a dû s'asseoir près des toilettes en [classe] économique."

"Avec d'autres, ça aurait été un problème majeur, mais [avec Max], ça n'était pas un souci du tout. Il a dit : 'Aucun problème, si c'est ce qui est disponible [...], j'irai là-bas'. Et je pense que c'est ce qui est très rafraîchissant avec lui. C'est juste de l'enthousiasme concernant le fait d'être un pilote de Formule 1 et de faire ce qu'il fait."

Tension en piste

Évidemment, suggérer que Verstappen est très facile à gérer dans tous les cas serait faux, parce qu'une fois son casque enfilé, sa détermination et son fighting spirit ressortent.

Et il y a eu des occasions, en 2016, où les choses se sont avérées difficiles, comme au Grand Prix de Hongrie, où un accord mis en place avant la course - selon lequel le pilote Red Bull le moins bien placé devait ralentir pour retenir le peloton et aider l'autre à s'échapper - est passé à la trappe.

Au lieu de ça, Verstappen est resté proche de Ricciardo et a indiqué à la radio qu'il ne pouvait pas aller plus lentement parce qu'il pilotait comme sa "grand-mère". L'incident a entraîné de la tension à l'époque mais globalement, Horner pense que Verstappen et Ricciardo ont appris, au cours de la saison passée, comment ils devaient se comporter.

"[En Hongrie, c'était] très mineur", explique Horner. "Je veux dire, ils travaillent très bien ensemble. Si vous regardez, nous avons inversé les [positions des] pilotes à Hockenheim. Tout le monde dit que Max n'a pas joué le jeu de l'équipe, et ce jour-là, il a clairement démontré que c'était le cas."

"Et ensuite, évidemment, la faveur a été retournée au Mexique. C'est juste la façon dont ils ont couru, que ce soit au premier virage à Hockenheim ou sur beaucoup de circuits, ils ont été propres et courtois."

"C'est la raison pour laquelle je me suis senti très à l'aise en laissant les deux se battre en Malaisie, même quand c'est devenu [une lutte] pour une victoire en Grand Prix, après le problème moteur de Lewis [Hamilton]. À aucun moment il n'y a eu de crainte concernant le fait qu'ils se battaient l'un contre l'autre."

Le plus gros problème pour Red Bull est de composer avec les cas dans lesquels des facteurs externes - comme la décision stratégique à Barcelone ou l'erreur lors de l'arrêt au stand à Monaco - ont au final lésé un pilote plus qu'un autre.

"Vous savez, les problèmes ça arrive. Pour moi, Barcelone a été très simple, parce que c'était juste une simple stratégie qui peut, d'un jour à l'autre, aller en votre sens ou contre vous. Vous savez, Monaco fait bien plus mal, ça a autant fait mal à l'équipe qu'à Daniel."

"Il a pu voir cela, il a bien réagi à cela. Très rapidement après... cela n'a pas du tout affecté sa saison, je dirais. Il s'est relevé, est passé à autre chose et a juste produit des courses fantastiques."

Rivaux pour le titre

Mais alors que Red Bull a connu une saison 2016 sans trop de difficultés, les choses pourraient devenir bien plus compliquées si Verstappen et Ricciardo se trouvaient en position de rivaux pour le championnat du monde.

La F1 sait trop bien - de la façon dont la relation entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg s'est transformée - à quel point des liens forts peuvent être totalement brisés quand des équipiers deviennent des candidats au titre.

Horner espère que la relation entre Ricciardo et Verstappen sera assez forte pour faire face à de telles circonstances, mais il sait qu'il serait stupide de s'attendre à ce que les choses ne changent pas.

Interrogé sur le point de savoir s'il sera facile de rester sur un pied d'égalité si Ricciardo et Verstappen se battaient pour le titre, Horner déclare : "Probablement pas. Mais je pense que la chose la plus importante qui existe entre eux est le respect. Ils ont un grand respect l'un pour l'autre."

"En plus de cela, ils s'apprécient assez. Ce n'est pas une exigence de l'équipe, c'est juste qu'ils vivent dans le même immeuble à Monaco et que Daniel est un peu comme un grand frère pour Max, en dehors de la voiture."

"À l'intérieur de la voiture, ils sont tous les deux aussi affamés l'un que l'autre, ils veulent tous les deux gagner et ils veulent tous les deux se battre durement. Tant que c'est viril mais correct, ça nous va."

À en juger par l'affaire des places en avion de l'année dernière, Red Bull ne devrait pas avoir trop d'inquiétudes sur le fait d'avoir des fauteurs de trouble dans son camp.

Article suivant
Michael Schumacher entre au Hall of Fame du sport allemand

Article précédent

Michael Schumacher entre au Hall of Fame du sport allemand

Article suivant

Mercedes officialise le départ de Paddy Lowe

Mercedes officialise le départ de Paddy Lowe
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Max Verstappen Boutique
Équipes Red Bull Racing Boutique
Auteur Jonathan Noble