Plus de détails sur l'échelle F4-F3-F2-F1

La FIA vient de révéler plus de détails sur l'échelle qu'elle est en train de construire au niveau des formules de promotion par le biais de sa Commission monoplace dont le directeur est Stefano Domenicali, ancien team principal de la Scuderia Ferrari.

Un championnat de Formule 2 avait fait son retour de 2009 à 2012 mais devrait être d'actualité prochainement, comme on l'a découvert lorsque la FIA a publié le barème de points rendant éligible à la Super Licence : un pilote doit accumuler 40 points dans ses trois dernières années en sport automobile, et c'est le championnat de F2 qui octroie le plus d'unités avec 60 points pour son champion. L'ensemble des championnats gérés par la FIA est relativement avantagé par ce barème.

Créer une plateforme très solide et crédible pour le sport automobile

"Je crois que la plateforme que nous devons construire pour l’avenir est de créer une plateforme très très solide et très crédible pour le sport automobile, déclare Stefano Domenicali. "Bien sûr, nous avons la catégorie reine qui est la Formule 1, et nous devons nous assurer qu’après le karting, il y a des marches régulières qui permettent non seulement aux pilotes mais aussi aux ingénieurs, aux mécaniciens, aux équipes de se développer".

"Je pense que c’est important et fondamental de reconnaître que ce sont des championnats dans lesquels il faut apprendre quelque chose chaque année", poursuit l'Italien. "Le rôle de la fédération, avec les autorités nationales, sera non seulement de réguler et d’arbitrer le championnat, mais aussi de s’assurer que les commissaires et les gens des fédérations aident et enseignent aux pilotes comment se développer".

 

Cohérence entre les séries

Les championnats de F4 se sont particulièrement développés cette année : on retrouvera en 2015 la F4 Japon, la F4 Chine et la F4 Australie. En Grande-Bretagne, la MSA Formula va remplacer la Formule Ford et faire concurrence à la F4 du BRDC, qui n'est pas officiellement reconnue par la FIA. L'ADAC F4 couvrira l'Allemagne, l'Autriche et les Pays-Bas en remplacement de l'ADAC Formel Masters, tandis que la SMP F4 est organisée par les autorités finlandaise et russe.

"La F4 sera la base de cette échelle", explique Domenicali. "Cette année, le championnat sera présent dans sept pays avec un bon nombre de pilotes, plus de vingt. Je crois vraiment que c’est le bon projet, il est bon marché. La F4 est le premier pas pour s’assurer que les pilotes vont trouver la bonne base à leurs débuts en monoplace, après avoir quitté le karting".

C'est cependant la F2 qui attire le plus d'attention. Le championnat a été doté de plus de points que le GP2 en vue de la Super Licence, et attribuera même le double de points de la Formule Renault 3.5 ! Tandis que Renault enrage, subissant un léger appauvrissement de son plateau pour 2015, la F2 devrait sans doute attirer des pilotes prometteurs grâce au barème : finir sur le podium du championnat sera suffisant pour obtenir la Super Licence, quels que soient les résultats obtenus lors des saisons précédentes.

"Nous devons nous assurer de préparer le bon package. Il y a la perspective technique, il faut que les coûts soient abordables, et il y a la plateforme commerciale. Nous devons présenter ce projet au Conseil mondial du sport automobile très bientôt, car après, ce chemin vers la Formule 1, pas à pas, sera complet", conclut Domenicali.

Rappelons que la saison 2015 de F3 Europe va quant à elle bientôt commencer avec des pilotes prometteurs tels que Marvin Kirchhöfer, Charles Leclerc, Pietro Fittipaldi ou Callum Ilott, nouveau prodige de Red Bull, qui vient du karting. Le premier meeting de l'année aura lieu à Silverstone du 10 au 12 avril.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Pietro Fittipaldi , Marvin Kirchhofer , Callum Ilott , Charles Leclerc
Type d'article Actualités
Tags domenicali, f2, f3, f4, fia