Portrait : Franck Perera, de Toyota F1 au GT Tour (2/2)

L’étape ultime d'une carrière jusque-là bien tracée pour Franck Perera aurait été une titularisation, tout au moins l’opportunité de disputer un ou plusieurs Grands Prix

L’étape ultime d'une carrière jusque-là bien tracée pour Franck Perera aurait été une titularisation, tout au moins l’opportunité de disputer un ou plusieurs Grands Prix. Malheureusement, cette occasion ne s’est jamais présentée pour Perera, victime notamment des errements politiques de Toyota avant son retrait définitif de la Formule 1.

J’ai quand même eu la chance à l’époque, sans papa maman ou d’autres dont je ne citerai pas les noms, d’arriver jusqu’à pilote d’essais en F1”, sourie-t-il lors d'une entrevue avec ToileF1.

Avec six ans sous contrat avec Toyota, j’ai quand même gagné des titres en Formule Renault, j’ai fait du GP2 et puis de la F1 pendant deux ans. Malheureusement je n’ai pas pu faire les Grands Prix, car Toyota a arrêté juste après et puis il y a eu aussi un gros renouvellement chez eux les deux dernières années, avec les Japonais qui ont commencé un peu à rendre les choses pas très claires entre la base en Europe et le Japon! Ryan Briscoe, qui a apporté beaucoup de résultats, a aussi été viré, Ange Pasquali n’était plus là… Il y a eu un séisme et j’ai quand même eu la chance de rester très longtemps, mais après ça s’est terminé”.

"C’est dommage de ne pas avoir eu la chance de faire une deuxième saison de GP2 car je n'en ai fait qu’une, durant laquelle j’ai fait des perfs mais peu de résultats. J’ai quand même fait deuxième à Monaco derrière Lewis [Hamilton], mais souvent, je faisais des perfs en qualifs. Et on sait très bien que tous ont eu beaucoup d’années de GP2, dont Grosjean, Maldonado… Je n’ai pas eu cette chance-là, donc du coup je suis parti aux États-Unis."

C’est à la fin de l’année 2006 que l’aventure s’est ainsi terminée avec Toyota, avant l’exil aux USA vers le Champcar puis l’Indycar, mais également un passage par la défunte SuperLeague Formula, où il se montrait régulièrement comme l'un des candidates aux poles et podiums. Humble, Franck a même travaillé dans un établissement hôtelier le temps de retrouver le contact avec les sports mécaniques.

Depuis l'année dernière, après une petite traversée du désert, Perera s’est tourné à 29 ans vers le monde du GT, avec le team Pro-GT by Almeras. Il dispute le championnat de France de tourisme (GT Tour) et court également en Blancpain Series.

"J’ai arrêté la compétition pendant presque deux ans et du coup je suis revenu l’hiver dernier. J’ai fait juste un petit test pour voir et finalement tout s’est organisé un peu au dernier moment, et je suis donc arrivé en avril [2012] sans roulage. Il fallait refaire les compétitions, découvrir le monde du GT, reprendre confiance en moi car avec de l’expérience ou pas, quand on arrête pendant longtemps ce n’est pas facile. Mon apprentissage s’est rapidement fait et cette année je suis devenu le numéro un de l’équipe donc j’ai pu développer un peu plus de choses, et du coup j’ai la voiture bien en main."

Après deux épreuves de GT Tour cette saison, Franck Perera pointe pour le moment à la sixième place du championnat pilotes, en compagnie de son équipier Philippe Giauque, mais se montre régulièrement devant et sera clairement l'un des grands animateurs de cette saison 2013.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Ryan Briscoe , Franck Perera , Philippe Giauque
Type d'article Actualités