Pour Hermann Tilke, "aucune excuse n’est recevable"

Régulièrement, lorsqu’un nouveau circuit doit intégrer le calendrier du Championnat du Monde de Formule 1, il est question de retard pris dans sa construction

Régulièrement, lorsqu’un nouveau circuit doit intégrer le calendrier du Championnat du Monde de Formule 1, il est question de retard pris dans sa construction. Hermann Tilke est alors au centre des attentions, puisque c’est son entreprise qui a la charge de mener à bien les travaux, et il faut bien avouer que ce n’est pas chose aisée…

Pour l’Allemand, la notoriété qui est aujourd’hui la sienne est une chance, mais c’est avant tout une lourde responsabilité. "Ce sont nos réalisations en F1 et en sport automobile qui nous ont fait connaître, nous ont offert la notoriété et la réputation qui sont les nôtres aujourd’hui", explique-t-il.

"Avec un circuit, quand vous commencez les premiers dessins, vous connaissez déjà la date de la fin des travaux. Il faut donc tenir les délais, être dans les temps. Quand une épreuve de Formule 1 est inscrite au calendrier, vous ne pouvez pas bouger sa date. Conditions climatiques, malchance… aucune excuse n’est recevable", poursuit Tilke.

Lorsqu’une piste n’est pas prête à quelques jours de l’arrivée des monoplaces, on ose donc à peine imaginer la pression pesant sur ses épaules, tant les enjeux sportifs et financiers sont colossaux. "Il faut être non seulement dans les temps, mais rester aussi dans le budget. Deux choses auxquelles nos clients sont très sensibles", synthétise-t-il pour conclure.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités