Pour Rosberg, la délamination de Vettel n'est "pas acceptable"

Nico Rosberg également était remonté contre Pirelli, qui selon lui risquait de causer les "deux plus gros accidents de l'Histoire" avec des crevaisons en Belgique.

Le pilote Mercedes Nico Rosberg avait été victime vendredi d'une impressionnante sortie de piste à haute-vitesse, après la rupture d'un pneu arrière-droit avant Blanchimont. Le pilote allemand n'avait rien tapé, mais était évidemment sonné par l'expérience.

Mais lors du Grand Prix ce dimanche, Sebastian Vettel a également connu une crevaison, cette fois-ci dans la ligne droite de Kemmel, soit quelques centaines de mètres après le Raidillon de l'Eau Rouge. Un deuxième incident qui a incité Rosberg a réagir dans sa traditionnelle vidéo d'après-course.

"La crevaison de Vettel, ça n'est pas acceptable. Pour tous les deux, que ce soit moi vendredi ou lui dimanche, si la crevaison arrive 200 mètres plus tôt ou plus tard, on aurait eu de gros accidents, je veux dire les plus gros accidents de l'Histoire, car la vitesse est si grande."

 

 

A deux semaines du Grand Prix d'Italie, disputé sur le temple de la vitesse à Monza, Nico Rosberg propose ce qui pourrait être une solution, à savoir un flux en direct sur les muret des stands des écuries, qui pourraient ainsi voir en permanence les pneus arrières et prévenir certaines délaminations de pneumatiques.

"Le prochain circuit est Monza, le plus rapide de l'année, donc il faut penser à une solution. Peut-être activer toutes les caméras qui regardent vers l'arrière en direct, comme ça les écuries peuvent observer cela et nous prévenir s'il y a un risque d'explosion."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Belgique
Circuit Spa-Francorchamps
Pilotes Nico Rosberg , Sebastian Vettel
Équipes Mercedes , Ferrari
Type d'article Actualités
Tags pirelli