Formule 1
03 juil.
Événement terminé
10 juil.
Événement terminé
17 juil.
Événement terminé
C
GP du 70e Anniversaire
07 août
EL1 dans
21 Heures
:
29 Minutes
:
12 Secondes
04 sept.
EL1 dans
28 jours
11 sept.
Prochain événement dans
35 jours
25 sept.
EL1 dans
49 jours
C
GP de l'Eifel
09 oct.
Prochain événement dans
63 jours
23 oct.
Prochain événement dans
77 jours
31 oct.
Prochain événement dans
85 jours

Pourquoi ce 22 juillet pourrait dessiner la hiérarchie 2021

partages
commentaires
Pourquoi ce 22 juillet pourrait dessiner la hiérarchie 2021
Par :
22 juil. 2020 à 10:00

Ce mercredi 22 juillet pourrait être déterminant quant à la direction que prendra la lutte au championnat en 2021. En effet, il s'agit de la première date butoir pour les dix écuries de Formule 1, qui doivent informer la FIA de la manière dont ils déploieront leurs jetons de développement pour la saison prochaine.

En raison de la crise du coronavirus et de la prolongation d'un an de l'actuelle réglementation, l'essentiel des éléments des monoplaces utilisées cette année ont été gelés. Une première échéance pour l'homologation des pièces était fixée au premier Grand Prix, une autre au 22 septembre.

En parallèle, les équipes peuvent déployer à deux reprises des jetons de développement dans le domaine de leur choix sur la monoplace, en se basant sur une liste figurant dans la réglementation. Le système de jetons permet à une écurie de régler un problème fondamental et de ne pas en subir les conséquences jusqu'à la fin de l'année 2021, créant également une opportunité de franchir un cap de performance.

Lire aussi :

McLaren est la seule équipe qui n'a pas le libre choix dans l'utilisation de ses jetons, en raison de son passage de l'unité de puissance Renault à celle de Mercedes l'hiver prochain. Le règlement énonce que l'équipe doit utiliser ses jetons pour modifier l'installation de son bloc moteur.

"Le problème avec le gel des châssis, c'est que nous avons une équipe qui change de moteur, McLaren", expliquait le mois dernier Ross Brawn, patron sportif de la F1, à Motorsport.com. "On ne peut pas l'ignorer, on ne peut pas leur dire de ne pas changer de moteur. Nous avons donc dû trouver un système juste pour accommoder leur besoin de changement. Nous admettons aussi le fait que des équipes peuvent avoir un défaut sur leur voiture et qu'elles ne doivent pas avoir à le subir pendant deux ans. Le système de jetons leur permet d'avoir une petite marge de manœuvre pour corriger ce qui ne va pas. Une équipe nous a dit qu'elle avait un mauvais système de refroidissement sur sa voiture, qu'elle ne pouvait pas le subir pendant deux saisons. Donc leur donner un peu de marge de manœuvre est un bon compromis, je pense." 

La FIA a fixé trois dates butoirs intitulées D1, D2 et D3, auxquelles les équipes doivent notifier leurs intentions. Elles sont établies comme suit :

22 juillet - D1 : "Notifier la FIA de l'intention de modifier un élément homologué, avec une estimation des pièces concernées et une brève description des raisons."

5 août - D2 : "Fournir à la FIA une spécification complète des changements envisagés sur le composant homologué et les pièces concernées."

21 septembre - D3 : "Fournir à la FIA un schéma détaillé des changements envisagés."

Si l'élément modifié ne fonctionne pas lors des cinq Grands Prix qui suivent, une écurie peut revenir à la version précédente mais devra se débarrasser de la nouvelle spécification. Cela empêchera les équipes d'avoir deux spécifications entre lesquelles alterner.

Même si McLaren n'aura pas la même opportunité que la concurrence en raison de son changement de moteur, Andreas Seidl ne regrette pas le choix qui a été fait.

"Non, il n'y a pas de frustration", assure-t-il. "Au bout du compte, il était évident que pour mettre en place ces mesures prises durant la crise, il était important que toutes les équipes se rassemblent et acceptent certains compromis. Et pour moi, franchement, ça reste un miracle que cela se soit fait comme ça, car au début de la discussion, je ne m'attendais pas à ce que nous puissions trouver un terrain d'entente."

"Nous devons accepter certains compromis également. Au final, la communication que nous avons sur le sujet spécifique de l'installation moteur avec la FIA est ouverte et constructive. Pour nous, les limites sont claires. Maintenant, il est important de se mettre au travail, d'abord parce que le timing est naturellement très serré. Il n'y a pas de frustration sur ce plan."

Il reste un point controversé et encore discuté, car la réglementation autorise les équipes clientes qui utilisent des pièces 2019 à profiter de pièces de spécification 2020 l'an prochain sans avoir recours à des jetons de développement. Cela permet à Racing Point et AlphaTauri de recevoir des boîtes de vitesses 2020 et d'autres éléments de leurs partenaires respectifs, Mercedes et Red Bull Racing.

Brawn : La FIA est face à un "problème délicat" avec Racing Point

Article précédent

Brawn : La FIA est face à un "problème délicat" avec Racing Point

Article suivant

Nick Chester rejoint Mercedes en Formule E

Nick Chester rejoint Mercedes en Formule E
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Adam Cooper