Pourquoi Bottas serait le bon choix pour Mercedes

partages
commentaires
Pourquoi Bottas serait le bon choix pour Mercedes
Charles Bradley
Par : Charles Bradley
Traduit par: Basile Davoine
12 déc. 2016 à 12:30

Mercedes veut un pilote rapide, régulier et non politique pour remplacer Nico Rosberg et faire équipe avec Lewis Hamilton en 2017. Cet homme est-il Valtteri Bottas ?

Nico Rosberg, Mercedes AMG F1
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid mène au départ
Valtteri Bottas, Williams
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, Max Verstappen, Red Bull Racing
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11, Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team RS16
Valtteri Bottas, Williams F1 Team
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, en tête au départ de la course
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
Fernando Alonso, McLaren
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09
Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid franchit la ligne d'arrivée devant le Champion du monde Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Le Champion du monde Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 serre la main de son équipier Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Valtteri Bottas, Williams
Valtteri Bottas, Williams
Des étincelles s'envolent de la voiture de Valtteri Bottas, Williams FW38
Valtteri Bottas, Williams, sur la grille
Valtteri Bottas, Williams FW38
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, Max Verstappen, Red Bull Racing
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso
Valtteri Bottas, Williams FW38, devant Felipe Massa, Williams FW38
Valtteri Bottas, Williams, sur la grille

Quand Nico Rosberg a annoncé avec fracas sa retraite de la Formule 1, cela n'a pas seulement pris son équipe, Mercedes, par surprise, mais aussi tout le marché des pilotes.

Quelques mois plus tôt, beaucoup auraient eu tout à gagner. Par exemple, c'était la chance que Nico Hülkenberg attendait depuis des années, alors qu'il a confirmé son transfert chez Renault. Ils n'auraient eu qu'à mettre le numéro 27 à la place du 6 sur les produits dérivés de l'équipe ! 

Plus sérieusement, Mercedes a besoin d'un line-up harmonieux afin de poursuivre sa série de titres mondiaux chez les constructeurs. Son duo Rosberg/Hamilton a peut-être causé quelques maux de tête en interne, mais c'était un partenariat efficace et équilibré, qui est resté du bon côté de la ligne sans imploser comme Senna/Prost ou Villeneuve/Pironi.

Quand Rosberg a lâché la bombe, je peux vous garantir que tout le monde, de Sebastian Vettel à Max Verstappen en passant par Fernando Alonso et Daniel Ricciardo, a demandé à ses avocats d'examiner les petites mentions figurant sur leurs contrats. Il semble qu'ils soient tous verrouillés. Si des contrats peuvent être rompus et rachetés, je ne crois pas que ce soit le style de Mercedes de se transformer en pirate pour voler le pilote superstar d'un rival.

Si Mercedes ne pense pas que son junior, Pascal Wehrlein, âgé de 22 ans, soit prêt à se mesurer au triple champion du monde Hamilton - et nul besoin d'être un génie pour savoir pourquoi, après seulement une saison dans une Manor -, alors Valtteri Bottas (Williams) est clairement le choix numéro un.

Pourquoi Bottas ?

Il a 27 ans, et il est donc au sommet de ses capacités. Il court en F1 depuis quatre saisons, a terminé parmi les quatre premiers du championnat en 2014, et il a marqué plus de 400 points en 77 départs. Il a gagné des titres dans les catégories junior, le plus notable en GP3, et son approche a montré peu de signes laissant penser qu'il serait un élément perturbateur pour une équipe.

Je ne peux pas penser à un autre pilote aussi facilement et rapidement adaptable, et convenant mieux que lui à un changement d'équipe sans heurt, si ce n'est son compatriote finlandais Kimi Räikkönen. Nous n'avons qu'entrevu à quel point Bottas est vraiment bon - les qualifications au Canada en 2013, puis cette série de courses européennes en 2014 quand il a décroché quatre podiums en cinq manches - et il risque de stagner chez Williams après quatre saisons (cinq si l'on inclut une autre avec des roulages le vendredi matin).

Bien sûr, comme la plupart des autres (à moins que Mercedes ne pense à faire signer Felipe Massa, Esteban Gutierrez, Felipe Nasr, Rio Haryanto ou Pastor Maldonado), il est sous contrat. Mais Williams est une équipe "cordiale", compte tenu de la fourniture moteur que lui apporte Mercedes, et cela lui bénéficierait sans doute avec des unités de puissance à moindre coût et un remplaçant raisonnable que serait Wehrlein (même si disposer de deux jeunes pilotes n'est peut-être pas totalement idéal).

Racheter ce contrat pourrait prendre quelques semaines et nécessiter une période de discussions avec les avocats. Et il est clair que, plus la décision prend du temps, et plus il est probable que ce ne soit pas Wehrlein. Interrogez-vous pour délibérer : prendriez-vous un pilote avec neuf podiums en F1 ou aucun ?

Mais demandez-vous aussi : Bottas est-il un choix un peu ennuyeux ? Quand a-t-il montré pouvoir faire des étincelles comme il pourrait y en avoir en luttant face à Hamilton, ou pour résister à Red Bull et Ferrari si la révolution technique 2017 leur profite ? Et, depuis que les règles 2014 sont entrées en jeu, il a marqué de moins en moins de points chaque saison…

Il pourrait y avoir besoin de quelqu'un qui peut mener l'équipe, si Hamilton fait face à l'une de ses occasionnelles affaires privées, mais Bottas a sans aucun doute prouvé chez Williams qu'il pouvait le faire.

Williams résistera certainement aux premières approches pour racheter le contrat de Bottas. Mais comme pour un footballeur incertain, quand Barcelone ou le Real Madrid appelle, la résistance est futile sur le long terme. Il faut tirer le plus possible de l'accord, et repartir de l'avant. Il ne faut pas se retrouver avec un pilote qui a le souhait de s'en aller.

D'autres options ?

La première autre piste que je peux voir est Sergio Pérez. Nous avons subi une sorte de saga pour sa reconduction chez Force India, avec un certain nombre de questions contractuelles devant être résolues. Le principal soutien financier de Pérez, Carlos Slim, pourrait-il envoyer sa superstar mexicaine dans une voiture capable de jouer le titre l'année prochaine ? Pourrait-il y avoir une clause de sortie supplémentaire dans le contrat de Pérez ?

Si l'aventure de Pérez chez McLaren n'a pas fonctionné, il sait ce que c'est que courir pour une grande équipe. Mais il garde sûrement des traces de cela, en dépit de l'impressionnante capacité à gérer les pneus qu'il a démontrée chez Force India et Sauber. 

En fait, mon choix favori parmi les autres serait Carlos Sainz. Nous en avons vu assez avec lui pour disposer d'une impression vraiment positive.

Le rouleau compresseur Max Verstappen me rappelle beaucoup la manière dont Hamilton a mis sur la touche d'autres gars chez McLaren-Mercedes il y a une décennie, et peut-être que la meilleure chose que Sainz puisse faire est d'admettre son échec pour gravir les échelons chez Red Bull, alors que Ricciardo et Verstappen semblent partis pour faire comme Vettel et Webber. Peut-être qu'il est temps pour lui de quitter le navire ?

Il a déjà bien résisté à Verstappen, et laissé Daniil Kvyat dans l'ombre. Dans un monde parfait, en ayant le feu vert pour recruter un "deuxième numéro un", il faudrait s'attendre à ce que Mercedes aille chercher Alonso. Mais pourquoi pas aller chercher celui qui serait son successeur naturel en Espagne ?

Conclusion

Alors, qui sera l'heureux élu : Bottas, Wehrlein, Pérez ou Sainz ?

Mon cœur me dit qu'il faut racheter le contrat de Sainz chez Toro Rosso, ce qui est bien différent que de recruter Ricciardo ou Verstappen chez Red Bull, et de voir de belles choses en 2017. 

Ma tête me dit Bottas. C'est un pilote de pointe en attente, et son heure est enfin venue.

Article suivant
Pirelli - Des pneus encore différents en 2018

Article précédent

Pirelli - Des pneus encore différents en 2018

Article suivant

Force India - Un rythme de développement "phénoménal" en 2017

Force India - Un rythme de développement "phénoménal" en 2017
Charger les commentaires