Pourquoi Honda ne peut aligner sa communication avec la F1

Nombreux sont ceux, à commencer par les rivaux de chez Renault, à ne pas sembler convaincus d’un possible retour de Honda en tant que motoriste F1 en 2014

Nombreux sont ceux, à commencer par les rivaux de chez Renault, à ne pas sembler convaincus d’un possible retour de Honda en tant que motoriste F1 en 2014. Si les premières observations rationnelles tiennent bien entendu compte des investissements temporel et financier conséquents nécessaires pour arriver prêt pour la nouvelle époque des V6 Turbo, il est bon de rappeler que la F1 n’est peut-être plus aujourd’hui le vecteur de communication le plus approprié pour la firme japonaise.

Honda ne se concentre en effet plus sur l’aspect performance depuis bien longtemps, quand il s’agit de lancer la machine marketing pour écouler des millions d’automobiles. Comme tous les constructeurs japonais, Honda se préoccupe avant tout de véhiculer une image de pionnier écoresponsable, engagé à un niveau supérieur à celui de ses concurrents directs.

La tentative de l’équipe Honda de se parer de la robe du projet MyEarthDreams, lors de la dernière incarnation F1 du groupe, est là pour rappeler que la marque pousse plus que nombre d’autres vers cette quête d’image verte, durable. Par des actes, des vrais.

L’annonce de cette fin de semaine du groupe, concernant le lancement d’un projet ambitieux d’équilibre au niveau de sa chaîne de production brésilienne, est une autre indication de la trajectoire empruntée par Honda. La marque va devenir le premier constructeur automobile à se lancer au Brésil dans la création d’énergie éolienne renouvelable pour les besoins de sa production, afin d’atteindre un équilibre total entre besoins électriques et une production, devenant bien moins néfaste.

Le but de l’opération brésilienne est un lancement en septembre 2014. Une « ferme éolienne » sera construite dans la ville de Xangri-la, dans la région du Rio Grande do Sul. Disposant de neuf unités de turbines éoliennes, ce site devrait générer pas moins de 85’000MWh par an, soit l’équivalent des besoins électriques annuels pour la production automobile massive de Honda sur le territoire.

En dépit des efforts de la FIA pour apporter une nouvelle dimension à la F1 en termes d’image responsable avec des V6 moins gourmands et un KERS survendu en termes de communication, la F1 demeure un domaine difficile d’accès pour tout constructeur souhaitant pousser le vert comme toile de fond. L’endurance, avec ses hybrides et ses électriques, demeure le support logique.

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités