Pourquoi la F1 a besoin des erreurs humaines pour pimenter les GP

Dans la poursuite de l'ingénierie parfaite, ce sont les erreurs commises par des hommes comme celle de Red Bull à Monaco qui continuent de construire le spectacle en Formule 1.

Pourquoi la F1 a besoin des erreurs humaines pour pimenter les GP
Pendant 70 tours, ils ont tout essayé pour pousser Gilles Villeneuve à la faute, mais ce dernier a remporté son 6e et dernier Grand Prix
Le moteur de Ralf Schumacher explose
Mark Webber, Red Bull Racing forcé de s'arrêter après l'explosion et l'incendie d'un moteur
Départ : Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team W07, Valtteri Bottas, Williams FW38 et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team W07
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12 s'arrête après une crevaison
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing félicite Max Verstappen, Red Bull Racing après sa première victoire
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Podium : Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 fête sa victoire aux côtés de Daniel Ricciardo, Red Bull Racing et Sergio Perez, Force India
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing descend de sa voiture dans le parc fermé

Une des récentes attaques contre la Formule 1 est que le sport a atteint un stade où la poursuite de la perfection mécanique a créé une arène inoffensive de prédictibilité et est dépourvu de la dramaturgie du bon vieux temps.

D'aucuns disent que loin est le temps où une défaillance moteur dans le dernier tour laissait le leader KO, ou qu'un changement de vitesse au mauvais moment pouvait donner l'avantage en piste à un rival. Ou ainsi va l'histoire...

En fait, un des facteurs de la course appréciés des fans de F1 en 2016 a été la réintroduction de la simple erreur humaine. Les résultats des Grands Prix de Monaco et d'Espagne ont été influencés par des équipes qui se sont simplement trompées, comme l'écurie Red Bull de Daniel Ricciardo l'a découvert à ses dépens.

Sur le Circuit de Barcelone-Catalunya le mois dernier, Ricciardo avait une grande chance de gagner la course, mais le pilote australien a perdu quand le muret Red Bull a choisi de le laisser sur une stratégie à trois arrêts qui s'est avérée ne pas être aussi rapide que prévu. La valeur ajoutée de gommes neuves dans le dernier relais a été annulée par la perte de la position en piste, et c'est son équipier Max Verstappen, avec deux arrêts, qui a remporté la victoire pour Red Bull.

Deux semaines plus tard, au Grand Prix de Monaco, Ricciardo a de nouveau perdu une chance de victoire en raison d'un autre problème autour d'un arrêt aux stands. Ayant prévu de renvoyer leur pilote en piste avec des pneus tendres pour son dernier relais, Red Bull a décidé de changer pour des supertendres au dernier moment quand l'équipe a vu que Lewis Hamilton avait chaussé les pneus ultratendres.

Mais il est apparu que les pneus n'étaient pas accessibles à temps et les secondes perdues par Ricciardo alors que l'équipe cherchait les gommes ont suffi à lui coûter une probable seconde victoire en deux semaines.

Des variables supplémentaires

Les ratés stratégiques font partie intégrante de la F1, depuis toujours, mais l'introduction en 2016 de composés pneumatiques supplémentaires - et de sélections individuelles des pilotes - a boosté les options stratégiques disponibles et, par conséquent, a augmenté la possibilité de simplement se tromper par rapport à la concurrence.

L'autre facteur a été les changements effectués sur la procédure de départ et les communications radio entre l'équipe et la voiture, les deux ayant facilité l'apparition d'erreurs humaines et ayant permis de garder les choses intéressantes.

Jusqu'ici, la saison 2016 de F1 a été le triomphe des erreurs humaines et mécaniques. La promenade de santé annoncée pour Hamilton pour la défense de son titre est en sourdine depuis Melbourne, quand un mauvais départ depuis la pole position a permis à Nico Rosberg de l'emporter.

Un accrochage au premier tour avec la Williams de Valtteri Bottas a coûté au Britannique une autre victoire possible à Bahreïn, alors que des problèmes d'unité de puissance en qualifications en Chine et en Russie ont plus encore contribué à une bataille pour le championnat bien plus tendue que quiconque l'avait prévu avant la saison.

S'exprimant en 2009, celui qui était alors directeur de Ferrari, Stefano Domenicali, se penchait sur l'erreur humaine en F1 : "La fiabilité procédurale est une partie de la fiabilité globale", déclarait-il. "Les erreurs humaines restent une caractéristique de l'équipe et des pilotes, qui donne une certaine humanité à la course."

"Nous avons essayé d'améliorer les procédures et nous avons introduit des gens de différents domaines pour améliorer les procédures et augmenter la concentration, mais l'erreur humaine jouera toujours un rôle."

partages
commentaires
Ricciardo - Red Bull va se battre face à Ferrari

Article précédent

Ricciardo - Red Bull va se battre face à Ferrari

Article suivant

Le casse-tête des pneus à cause de la fraîcheur canadienne

Le casse-tête des pneus à cause de la fraîcheur canadienne
Charger les commentaires
Pourquoi la F1 doit abolir le point du meilleur tour Prime

Pourquoi la F1 doit abolir le point du meilleur tour

Ce concept est imparfait depuis que la Formule 1 l'a réadopté en 2019, et chaque semaine qui passe tend à montrer qu'accorder un point pour le meilleur tour en course est une mauvaise idée.

Bottas, dans le piège et sur un fil Prime

Bottas, dans le piège et sur un fil

Le Grand Prix de France n'est qu'une preuve de plus du rôle à la fois central que pourrait occuper mais aussi des problèmes que risque de poser (et de se poser) Valtteri Bottas chez Mercedes.

Formule 1
22 juin 2021
Les notes du Grand Prix de France 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de France 2021

Après le Grand Prix de France, septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
21 juin 2021
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Formule 1
20 juin 2021
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021