Pourquoi la Mercedes W03 est-elle si irrégulière ? (3/3)

La W03 est également une anti-Sauber C31

La W03 est également une anti-Sauber C31. Entendez par là, une machine extrêmement gourmande avec son train arrière et ses gommes d’une façon générale. Pas franchement une bonne nouvelle lors d’une saison au cours de laquelle Pirelli a promis un écart de performances limité à environ une demi-seconde au tour entre les allocations…

Il s’agit là de la force et du problème de Mercedes à l’heure actuelle. Passée inaperçu en essais par des températures de piste fraîches, la dégradation des Pirelli sur la Mercedes est supérieure à celle des rivales directes que sont l’économe Lotus ou même la très survireuse Ferrari. Pas un problème en qualifs, la W03 attaquant directement les enveloppes pour en tirer le meilleur parti.

Michael Schumacher s’était réjoui lors des essais, sentant que son feeling avec les gommes italiennes redevenait percutant ; un sentiment partagé par Webber et même Button, qui se voyait soudainement penser chiper des poles à Hamilton, capable de faire monter ses températures optimales plus rapidement. La Mercedes W03 semble poser le problème redouté par nombre d’ingénieurs : agressive sur l’arrière, elle ne propose pas la traction nécessaire en sortie de courbes sur les longs relais en raison des glissades provoquées par l’arrière, qui monte trop haut et trop longtemps en température. Le problème fut flagrant sur les deux monoplaces, Rosberg semblant cependant en souffrir bien plus que son aîné lors des deux premiers GP. Médusé, après la manche australienne (pourtant pas abrasive) et conscient du fait que Mercedes s’était un peu trop emballé avec la stratégie sur un tour de qualifications négligeant la sauvegarde des gommes en course, Brawn avait assuré que le problème avait été trouvé et corrigé pour la Malaisie.

Mais dès les gommes tendres medium chaussées de nouveau sur une piste s’asséchant, les ennuis de dégradation des Flèches d’Argent se sont déclarés. Par contraste, Perez volait quel que soit le composé utilisé avec la Sauber, quels que soient les niveaux d’humidité ou de dégradation de ses gommes, grâce à une machine décidément extrêmement douce, mais à coup sûr, moins véloce sur un tour…

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher
Équipes Mercedes , Sauber , Ferrari
Type d'article Actualités