Pourquoi McLaren a tant besoin d'un N°1 comme Alonso

“Oui, si je le pouvais

Oui, si je le pouvais. Je pense que la majorité des équipes en haut comme en bas de la pitlane seraient heureuses de signer Fernando Alonso ; c’est un pilote très talentueux. Je m’attends à ce que notre line-up pilotes soit le même l’an prochain. Mais nous sommes ouverts à tout et je pense qu’à plus long terme, il serait un grand atout. Mais Fernando est en charge de son propre destin, et nous verrons”.

Voici les propos tenus sur Sky Sports, qui vont venir mettre le feu aux poudres de ces prochaines semaines et possiblement ces prochains mois, et sortis de la bouche de Martin Whitmarsh, ce weekend.

De la même façon que de nombreux observateurs doutaient du fait que Sergio Pérez puisse aller ailleurs que chez Ferrari et que Hamilton puisse passer chez Mercedes en 2013 (ou encore que Räikkönen puisse choisir de quitter Lotus pour rejoindre Ferrari en 2014), Alonso reste une réelle option pour McLaren en cette délicate période de signatures de contrats.

Deux éléments pouvant barrer la route sur le papier à une telle association concernent bien sûr le contrat liant Ferrari à Alonso pour encore plusieurs saisons (avec options) et une possible rancœur de McLaren pour un pilote ayant été à l’origine de l’émergence du Spygate ayant coûté une amende de 100 millions de dollars à l’équipe. Mais Whitmarsh n’est pas Ron Dennis, et reste bien conscient du fait que la carrière de Jenson Button est plus proche de sa fin que de son début, et que Sergio Pérez ne représente pas pour l’heure une garantie sportive suffisante pour jouer les deux titres mondiaux avec la bonne voiture. Par ailleurs, les relations entre les instances dirigeantes de Ferrari et Alonso ne sont pas au beau fixe et l'Espagnol se montre de plus en plus impatient, lassé par les problèmes de calibrage rencontrés par la soufflerie de Maranello ces deux dernières saisons.

Honda apportera un boost à McLaren avec de gros moyens à compter de 2015. Le directeur de l’équipe britannique souhaite par ailleurs s’assurer de tout avoir en place dans les autres domaines pour mener son team vers le succès.

Peu de pilotes de gros calibre seront sur le marché dans le futur, Räikkönen ne se destinant sans doute pas à un après-Ferrari, et Vettel étant des plus sollicités et sensible aux sirènes de Maranello. Pérez, de son côté, dispose d'une nouvelle saison pour faire ses preuves chez McLaren en 2014, mais reste sur des fondations meubles...

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button , Fernando Alonso , Sergio Pérez , Martin Whitmarsh
Équipes McLaren , Mercedes , Ferrari
Type d'article Actualités