Pourquoi McLaren a vendu des parts de son écurie

Les dirigeants de McLaren évoquent la vente partielle de l'écurie à MSP Sports Capital, annoncée le mois dernier.

Pourquoi McLaren a vendu des parts de son écurie

C'est le 13 décembre dernier qu'a été officialisée une nouvelle majeure pour l'avenir de McLaren F1 Team : la vente de 15% de ses parts à MSP Sports Capital, chiffre qui pourra atteindre jusqu'à 33% d'ici 2022, pour un investissement de 185 M£ (environ 205 M€).

Lire aussi :

Côté sportif, l'écurie octuple championne du monde reste sur une saison 2020 très positive avec la troisième place du classement des constructeurs, soit son meilleur résultat depuis 2012. Cependant, en parallèle, le groupe McLaren a connu un exercice 2020 particulièrement difficile, frappé de plein fouet par la pandémie de COVID-19 et les restrictions sanitaires mises en place par le gouvernement britannique. D'où ce changement de cap dans la direction de l'entreprise, préféré à une simple réduction du budget de l'écurie.

"Je pense que McLaren avait un business model fragile, car la trésorerie de la branche automobile était déployée dans la branche sportive", explique le président exécutif Paul Walsh, en poste depuis mars 2020. "Les objectifs de résultats et les critères de succès étaient différents. Et aucun doute : comme pour bien d'autres entreprises, la pandémie a amplifié ces difficultés. Il est donc devenu très urgent de faire cela."

"Si l'on regarde l'impact de la pandémie, nous avons cessé de produire des voitures parce que notre usine était fermée. Si l'on ne produit pas de voitures, on n'en vend pas. Si l'on n'en vend pas, on ne gagne pas d'argent. Mais notre écurie continuait de dépenser de l'argent, et c'est normal. Cette tension a bien fait prendre conscience à tout le monde que ce système avait besoin d'être ajusté."

"Nous aurions pu simplement réduire la voilure. Et nous aurions pu simplement demander à Zak [Brown, PDG] de dépenser moins d'argent. Mais il aurait alors fallu admettre que nous revoyions nos ambitions à la baisse. Et nous n'aimions pas ça."

Le McLaren Technology Centre de Woking

Le McLaren Technology Centre de Woking

Cette injection financière va notamment permettre à McLaren de reprendre des projets majeurs tels que sa nouvelle soufflerie et son nouveau simulateur au McLaren Technology Centre, cruciaux pour effectuer un véritable retour parmi les top teams, selon le directeur d'équipe Andreas Seidl.

"[Cet investissement] assure qu'à l'avenir nous ayons toutes les ressources nécessaires pour nous battre avec les grandes équipes sur un pied d'égalité côté budgétaire", indique Seidl. "Cela signifie que nous pouvons mettre à jour nos infrastructures – nous avons commencé à le faire [en 2019] – qui sont évidemment la clé de notre compétitivité, notamment pour l'avenir. Maintenant, nous avons simplement besoin de temps pour continuer à travailler sur notre plan. Il est également important de ne pas s'enflammer à la suite des résultats de [2020]. Il nous reste beaucoup de chemin à parcourir."

"Je pense que [2021] sera probablement une nouvelle bataille entre quatre ou cinq équipes. Cette bataille de la troisième à la septième place sera similaire à ce que nous avons vu [en 2020]. Nous devons donc rester réalistes sur ce qui est possible. De notre côté, nous avons encore ces grandes restrictions liées à des infrastructures dépassées, qu'il va nous falloir trois ans pour mettre au goût du jour. Puis il faudra le temps d'en tirer réellement des bénéfices. Jusque-là, nous serons simplement restreints. L'équipe conserve néanmoins du potentiel à libérer, et c'est ce que nous allons essayer de faire [en 2021]."

Rappelons que les pilotes de McLaren cette saison seront Lando Norris et Daniel Ricciardo, à la suite du départ de Carlos Sainz chez Ferrari.

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires
L'adaptation "surnaturelle" qui a ressuscité la carrière de Gasly

Article précédent

L'adaptation "surnaturelle" qui a ressuscité la carrière de Gasly

Article suivant

Todt prévient : des changements au calendrier 2021 sont probables

Todt prévient : des changements au calendrier 2021 sont probables
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021