Formule 1 GP de Monaco

Pourquoi l'erreur radio de Mercedes avec Hamilton n'a rien changé

Malgré le fait d'avoir reconnu l'erreur de communication dans les messages radios envoyés à Lewis Hamilton après son arrêt au stand à Monaco, Mercedes estime qu'elle n'a en réalité rien changé.

Lewis Hamilton, Mercedes W15

Lors du Grand Prix de Monaco, Lewis Hamilton disposait d'une avance conséquente sur Yuki Tsunoda et a pu s'arrêter au 51e tour sans perdre de position. Toutefois, cet arrêt aurait éventuellement pu permettre au Britannique de faire l'undercut sur Max Verstappen, puisque Red Bull a choisi de couvrir la stratégie de Mercedes

Mais dans son tour de sortie des stands, Hamilton n'a pas reçu l'ordre d'attaquer au maximum. Aussi, quand le Néerlandais est ressorti de la pitlane, il était toujours devant le septuple Champion du monde. Toutefois, et même si Toto Wolff a reconnu après la course que son écurie s'était emmêlée les pinceaux dans ses messages, Andrew Shovlin, le responsable de l'ingénierie de piste, a expliqué que l'undercut n'était pas réellement le but de la manœuvre.

"Nous n'avons jamais pensé que nous serions en mesure de faire l'undercut sur Max, parce que la réalité est que si nous nous sommes arrêtés parce qu'il n'y avait personne derrière nous et que nous avions le champ libre, ils n'allaient pas s'arrêter s'ils n'avaient pas la fenêtre pour repartir devant nous", a déclaré l'ingénieur britannique dans la vidéo de débriefing de l'écurie. Une réponse qui offre également une réponse aux observateurs qui se sont interrogés sur la possibilité d'utiliser George Russell pour ralentir le pilote Red Bull.

"Ce à quoi nous nous attendions, c'est que Lewis rattrape Max, qui ne se serait pas arrêté", a poursuivi Shovlin. "Max aurait eu des pneus usés, Lewis des pneus neufs et il aurait pu mettre Max sous pression. Nous ne pensions pas que cela changerait vraiment la situation de la course, mais dans le cas improbable où George aurait des difficultés à rallier l'arrivée, cela nous donnait une petite assurance."

Lire aussi :

Toutefois, en ne réduisant pas l'écart suffisamment vite entre la sortie de Hamilton et la sortie de Verstappen, Mercedes a placé Russell dans une situation plus délicate que prévu : "Ce qui n'a pas bien marché, c'est que comme nous n'avons pas dit à Lewis d'aller à fond dans ce tour de sortie, Max avait en fait l'écart nécessaire pour faire l'arrêt au stand, ce qui lui a permis de le faire, parce que, comme il n'allait pas aussi vite qu'il le pouvait pour commencer, il a pu attaquer [dans son tour de rentrée] derrière George."

"Il a gagné du temps par rapport à lui-même parce qu'il gérait. Il a pu faire cet arrêt et ressortir devant. Ce que nous avons involontairement provoqué, c'est que Max s'est retrouvé avec un train de pneus neufs derrière George, ce qui n'était pas idéal, mais comme vous l'avez vu, il ne semblait pas vraiment que George risquait de perdre cette position. Il avait bien géré les pneus et il avait des gommes en bon état à la fin."

"Nous aurions pu être un peu plus précis", reconnaît Shovlin, "et nous aurions pu être un peu plus clairs avec ce message. Mais ce qui se serait passé, c'est que nous aurions eu Lewis sur des gommes neuves, en mesure de réaliser le meilleur tour, ce qui était l'une des raisons pour lesquelles nous voulions faire cela et être en mesure de mettre un peu de pression sur Max."

Article précédent Un autre pilier d'Enstone quitte Alpine F1
Article suivant Ocon dénonce la désinformation "grossière" et a "hâte de courir à Montréal"

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France France