Pourquoi Mercedes a remplacé l'aileron de Hamilton en Autriche

Changer d'aileron avant lors du Grand Prix d'Autriche a coûté un temps précieux à Lewis Hamilton, mais prendre une autre décision se serait révélé plus dommageable encore.

Pourquoi Mercedes a remplacé l'aileron de Hamilton en Autriche

Alors que le Grand Prix d'Autriche s'est avéré particulièrement difficile pour Mercedes en raison d'une surchauffe moteur difficile à contenir, Lewis Hamilton s'est compliqué la tâche dimanche dernier lorsqu'il a endommagé son aileron avant. Durant son premier relais, les passages répétés sur le vibreur du virage 10 ont provoqué des dégâts sur cet élément, entraînant un choix cornélien pour son équipe.

"Il passait sur le vibreur au virage 10 et l'ajusteur de flap s'est cassé", révèle le directeur de l'ingénierie piste de l'écurie, Andrew Shovlin. "C'est ce que nous utilisons pour modifier l'angle des flaps à gauche à et à droite de l'aileron, ce qui change la quantité d'appui aérodynamique produite. C'est l'outil principal pour les pilotes et les ingénieurs afin d'équilibrer la voiture."

Lire aussi :

À l'approche de l'unique arrêt au stand, Mercedes a finalement opté pour un remplacement de l'aileron avant, contraignant le quintuple Champion du monde à s'immobiliser 11 secondes et lui coûtant au moins la quatrième place. Mais le temps perdu aurait été bien plus significatif s'il avait terminé le Grand Prix avec son aileron abîmé. Hamilton a finalement terminé cinquième, à 22"8 du vainqueur, Max Verstappen.

"Il y a deux choses dont nous discutions", précise Andrew Shovlin. "En le faisant rentrer, est-ce que l'on optait pour l'angle maximum possible de l'autre côté [de l'aileron] afin d'améliorer l'équilibre, ou est-ce que l'on changeait le nez. On regardait les relevés dont nous disposions pour cet aileron, en essayant de comprendre s'il y avait la portée pour le faire, en ajoutant juste plus d'aileron de l'autre côté de la voiture, et il était clair que ce ne serait pas suffisant. Nous devions donc profiter de l'arrêt au stand, soit environ huit secondes supplémentaires, mais dans l'ensemble cela [lui] permettait d'être plus rapide sur la totalité de la course, car sinon il aurait été plus lent d'au moins une demi-seconde par tour."

"Nous faisons des entraînements aux arrêts au stand chaque jour durant les week-ends de Grand Prix, et nous faisons habituellement deux entraînements aux changements d'aileron avant à chaque fois. Ce n'est pas quelque chose que nous faisons souvent en course, probablement une ou deux fois dans l'année. C'est quelque chose de difficile, c'est assez lourd, assez grand désormais, et il faut coordonner ça avec le changement des roues qui a lieu en même temps. Mais on s'assure que les gars soient tous prêts pour ça, de façon à pouvoir le faire comme dimanche dernier. Nous savons combien de temps ça prend et nous savons que nous pouvons le faire de manière fiable."

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W10, au stand

partages
commentaires
Wolff suspecte "une intention cachée" derrière les rumeurs

Article précédent

Wolff suspecte "une intention cachée" derrière les rumeurs

Article suivant

Seidl : "Difficile d'imaginer" un nouveau motoriste en F1

Seidl : "Difficile d'imaginer" un nouveau motoriste en F1
Charger les commentaires
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021
Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021