Pourquoi Red Bull et Porsche tardent à annoncer leur alliance

Véritable secret de polichinelle, l'alliance entre Red Bull et Porsche en vue de la saison 2026 de F1 peine toutefois à être officiellement annoncée.

Pourquoi Red Bull et Porsche tardent à annoncer leur alliance
Charger le lecteur audio

Dans le cadre de la prochaine réglementation moteur en Formule 1, qui doit entrer en vigueur en 2026, Red Bull et Porsche vont s'allier. Plus tôt cette année, le conseil d'administration du Groupe Volkswagen avait autorisé la marque, ainsi qu'Audi, à explorer les moyens d'entrer dans la discipline reine.

Dans des documents légaux officiels publiés au Maroc à la fin du mois de juillet, il apparaît que l'alliance va prendre la forme d'une prise de participation à hauteur de 50% de Red Bull Technology par Porsche. Ces documents laissaient également entendre qu'une annonce pourrait avoir lieu dès ce jeudi 4 août, mais pour le moment le feu vert n'a pas été donné.

Lire aussi :

Interrogé sur le sujet au Hungaroring, Christian Horner avait évoqué un "très long processus" avant une éventuelle confirmation formelle, tout en soulignant qu'il existait encore des "obstacles majeurs" liés à l'état de la nouvelle réglementation, notamment concernant le traitement des nouveaux entrants en F1 en qualité de motoriste. Red Bull espérait pouvoir la rendre publique lors de sa course à domicile en Autriche.

Or, la finalisation des règles 2026 semble toujours être un point de crispation du côté de VW et l'ultime barrage à une annonce officielle. Parmi les éléments encore discutés, le nombre d'heures allouées au test de moteurs pour les nouveaux entrants et le matériau utilisé pour les pistons, avec la volonté de Porsche de passer à l'aluminium alors que les constructeurs en place souhaitent qu'ils soient en acier car ils ont plus d'expérience avec.

Un vote électronique prévu le 2 août par le Conseil Mondial du Sport Automobile a ainsi dû être repoussé au 8 août pour poursuivre les négociations. Et la trêve estivale pourrait rallonger encore les délais.

Une F1 fictive aux couleur de Porsche

Une F1 fictive aux couleur de Porsche

S'adressant à la publication sœur de Motorsport.com, Motorsport-Total.com, le conseiller de Red Bull, Helmut Marko, a déclaré que la situation était "très simple" : "La décision du conseil d'administration de VW est que si les règles techniques répondent à leurs critères, alors ils sont autorisés à aller en Formule 1", a déclaré l'Autrichien.

"Cela concerne principalement le plafonnement des coûts, la durabilité, le carburant à zéro émission, l'égalité des chances en tant que nouveau venu, donc plus de possibilités en matière de bancs d'essai, et ainsi de suite. Mais en termes purement formels, ce nouveau règlement n'existe pas encore. Le président de la FIA devrait bientôt le soumettre au vote par e-mail. Ce n'est qu'à ce moment-là que les choses se mettront officiellement en place."

Pour Marko, les constructeurs installés "essaient de tirer le meilleur parti de [ces règles] pour eux-mêmes", notamment en faisant perdre du temps de préparation aux nouveaux entrants. 

Pendant ce temps, Red Bull a annoncé la prolongation du partenariat technique avec Honda jusqu'à la fin de saison 2025. Et l'écurie continue de développer le département moteur "Powertrains" du côté de Milton Keynes, mis en place après l'annonce du départ de Honda.

Avec ce nouvel accord, les éventuelles questions autour de la réalité du statut de nouvel entrant de Powertains s'effacent quelque peu en vue des saisons juste avant 2026. "Ils travaillent juste sur la réglementation 2026", a déclaré Marko à propos de l'objectif actuel de Red Bull Powertrains. "Si un nouveau constructeur se présente, ils peuvent coopérer."

Par ailleurs, Marko a confirmé qu'AlphaTauri utiliserait à compter de 2026 les mêmes unités de puissance que l'écurie mère, et que la structure italienne demeurerait à 100% entre les mains de Red Bull.

Lire aussi :

Avec Luke Smith et Christian Nimmervoll

partages
commentaires

Voir aussi :

Bottas : Alfa Romeo doit "redresser la barre sur la fiabilité"
Article précédent

Bottas : Alfa Romeo doit "redresser la barre sur la fiabilité"

Article suivant

Wolff : Mercedes ne doit pas s'emballer après la Hongrie

Wolff : Mercedes ne doit pas s'emballer après la Hongrie