Pourquoi les crash-tests F1 du Halo sont "assez effrayants"

Les tests de résistance du Halo en Formule 1 ont été décrits comme "assez effrayants" à regarder en raison des forces extrêmes exercées sur la voiture.

L'utilisation obligatoire du Halo en F1 cette année a amené avec elle des complications pour les écuries afin de s'assurer que leurs voitures soient assez solides pour résister aux nouveaux crash-tests de la FIA, y compris celui avec une charge verticale de 116 kN.

Le directeur technique de Mercedes, James Allison, a expliqué la semaine passée que les forces auxquelles le Halo devait résister sont équivalentes à celle exercée par un bus londonien sur le haut de la voiture.

Le responsable de l’ingénierie de Mercedes, Matt Morris, révèle désormais à quel point le fait de voir les crash-tests du Halo lui avait ouvert les yeux, tout en ajoutant que son équipe avait dû procéder à des changements inattendus sur son châssis après avoir rencontré des problèmes avec ses premiers designs.

"Ça a été un gros défi", a déclaré Morris au sujet de ces crash-tests. "Les charges sont très, très élevées. Nous avons toujours su qu'il allait s'agir d'un challenge et nous avons investi du temps et de l'argent pour faire beaucoup de tests de pièces."

"Évidemment, on ne veut pas construire un châssis complet, mais nous avons construit différentes pièces d'essais sur lesquelles nous avions des Halos fictifs, des parties de Halos et avons testé comment les interfaces se comporteraient."

"Nous avons découvert quelques problèmes mais nous avions prévu assez tôt que nous pourrions réagir à ces problèmes et arrêter le [design du] châssis principal, ce que nous avons fait. C'était serré. Je ne dis pas que nous avons facilement réussi, et il y a eu quelques moments à couper le souffle quand on a fait le test statique avec un angle oblique, où il a pris le poids d'un bus de Londres. Quand vous voyez ce test être réalisé, c'est assez effrayant avec le niveau de charge qu'il reçoit, ce pourquoi il est conçu."

Morris a déclaré que l'aspect extrême du test signifiait qu'il était possible que certaines écuries aient du mal à le passer. "Il sera intéressant de voir si quelqu'un a des problèmes. C'est un test très difficile donc ça ne me surprendrait pas que des gens rencontrent des problèmes. J'espère que ça ne sera pas le cas parce que nous voulons que tout le monde soit aux tests hivernaux, mais c'est un challenge intéressant."

Morris de suggérer également qu'il pourrait y avoir des variations de designs dans la façon dont le Halo est incorporé à la voiture, surtout dans la zone des montants arrière. "Il y a différentes façons de positionner la structure autour, et peut-être que nous verrons des différences. Le Halo est le même pour tout le monde mais nous avons l'autorisation de mettre des carénages, donc il pourrait sembler différent sur le plan cosmétique."

Modifications aéro

Les équipes de F1 peuvent monter des pièces aérodynamiques sur le Halo, et le responsable de l'aéro de McLaren, Peter Prodromou, pense qu'il pourrait y avoir des solutions intéressantes alors que les équipes travaillent sur la minimisation des pertes dans cette zone.

"Sur le plan aéro, ce n'est assurément pas sans conséquences, donc je pense qu'il y a un défi à la fois pour composer avec au premier abord, appelons ça de la limitation de dégâts, et après-coup pour réfléchir aux opportunités et à l'exploitation."

"Ça ouvre des boulevards d'opportunités qui sont possiblement intéressantes, et je suis sûr qu'il va y avoir une variété de solutions différentes. La marge de manœuvre est assez limitée car on a cette possibilité autour de la forme basique, mais il y a là des opportunités pour les aérodynamiciens."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags halo