Le premier test "sidérant" de Schumacher en F1

Longtemps pilote le plus victorieux de l'Histoire de la Formule 1 avant d'être détrôné par Lewis Hamilton, Michael Schumacher avait impressionné dès ses premiers tours de roue au volant de la Jordan 191, révèle Andrew Green.

Le premier test "sidérant" de Schumacher en F1

C'est moins d'une semaine avant ses débuts en Grand Prix, et quelques jours seulement après l'arrestation du pilote Jordan Bertrand Gachot pour l'agression d'un chauffeur de taxi, que l'écurie irlandaise a fait appel à Michael Schumacher, grâce à l'insistance de son manager Willi Weber. Jordan a invité l'Allemand de 22 ans à tester la Jordan 191, et le résultat a époustouflé Andrew Green qui, déjà à l'époque, faisait partie des techniciens de la structure désormais dénommée Aston Martin.

"J'étais son ingénieur données à l'époque, en plus de concevoir la suspension et de m'occuper des essais en soufflerie. Telle était la nature de l'équipe, nous avions tous plusieurs casquettes", se remémore Green dans le podcast Beyond The Grid. "Nous nous sommes rendus sur la version Sud du circuit de Silverstone, de l'autre côté de la route par rapport à notre usine, à l'été 1991. M. Gachot s'est trouvé dans l'illégalité, et Eddie a dit : 'On va tester ce Michael Schumacher, il va courir pour nous à Spa'. Aucun d'entre nous ne savait grand-chose à son sujet. À l'époque, nous n'avions pas Google pour essayer de savoir ce qu'il faisait."

Lire aussi :

"Je crois que Trevor Foster était son ingénieur à l'époque. [Michael] est monté dans la voiture, a fait ses premiers tours, et on voyait d'emblée qu'il attaquait. On sait qu'il ne faisait pas des manières. Et devant nous, il y avait une assez grosse zone de freinage. En seulement deux ou trois tours, tous les freins étaient au rouge et on voyait qu'il attaquait vraiment fort. Et Trevor l'a fait rentrer au stand après son premier run. Il a dit : 'Je sais que tu découvres. Tu devrais sûrement ralentir un peu. N'attaque pas trop fort, trop tôt.' Et Michael l'a regardé, interloqué. 'Je n'attaque pas encore. Je n'attaque pas, là. Je suis en train de comprendre la voiture.'"

Michael Schumacher, Jordan et Andy Stevenson

"Et [Foster] a répondu : 'D'accord, alors… qu'est-ce que tu comprends de la voiture ?' Et Michael a récité les caractéristiques de la voiture comme nous les avions entendues dans la bouche des pilotes lors des courses précédentes, jusqu'aux détails mineurs du comportement de la voiture et de la manière dont elle pouvait être utilisée. Même pas seulement ce qu'étaient les caractéristiques mais comment elles pouvaient être utilisées dans une course et comment nous devrions régler la voiture pour la course afin de contribuer à ceci ou de changer cela."

"Et nous étions complètement sidérés. Nous n'avions jamais vu quelqu'un monter dans la voiture pour la toute première fois et être capable de nous dire exactement ce que faisait la voiture et comment nous devrions la régler. Et ça, c'était en cinq ou six tours, je crois. Il savait exactement ce que faisait la voiture. Ses commentaires rejoignaient complètement [ceux d'Andrea de Cesaris et Gachot]. Et ils pilotaient la voiture depuis une demi-saison. Lui l'a fait en six tours. Il nous était clair que ce gars-là était relativement talentueux."

Et sur le Circuit de Spa-Francorchamps où il a écrit une grande partie de sa légende, Schumacher s'est illustré dès les essais libres, relégué à une demi-seconde de son coéquipier Andrea de Cesaris lors de la première séance, avant de lui coller 2,7 secondes dans la deuxième. Lors des deux phases des qualifications, ce sont neuf puis huit dixièmes qui séparaient les pilotes Jordan, à l'avantage de l'Allemand. Ce dernier a malheureusement été trahi par son embrayage dès la première boucle de la course.

"Son talent était juste évident, dès les premiers tours", affirme Green. "Il était juste extrêmement rapide. Et Andrea… il s'est fait surprendre. Il ne s'attendait pas à ce qu'un coéquipier débarque et lui montre comment piloter. Mais il faut reconnaître à Andrea qu'il s'est simplement mis à travailler dur. Il a épluché sans relâche les données de Michael, dès la première fois qu'il s'est rendu compte que Michael était extrêmement rapide. Il a tout épluché. Et il s'est hissé au niveau de Michael ce week-end-là."

Michael Schumacher, Jordan

"Bref, la rapidité de [Michael] était éblouissante. Je pense que sans nos quelques problèmes, malheureusement, lors de cette course… Michael manquait évidemment d'expérience sur les départs, ce pour quoi il ne pouvait pas s'entraîner, et il s'est fait prendre au piège. Malheureusement, il a cassé l'embrayage au départ. Mais cette voiture n'allait jamais finir la course, de toute façon. Le moteur avait été modifié. Nous ne nous en étions pas rendu compte avant, et il consommait trop d'huile. Il n'y avait donc pas suffisamment d'huile dans le réservoir pour finir la course, mais Andrea a montré ce dont la voiture était plus ou moins capable. Et il était bien parti pour signer un résultat phénoménal, sans aucun doute, mais il en a été autrement."

Tandis qu'Alain Prost, Gerhard Berger et Jean Alesi – qui menait la course – ont été trahis par la mécanique, Andrea de Cesaris réalisait effectivement une performance remarquable et a profité des abandons devant lui pour se hisser à la deuxième place… avant que son moteur ne lui fasse défaut à trois tours du but. Et Green est convaincu que Schumacher aurait lui-même pu monter sur le podium s'il avait conclu la saison avec Jordan au lieu de rejoindre Benetton : "Sans le moindre doute. À Spa – avec des si, on met Paris en bouteille – il pouvait jouer la première ou la deuxième place. J'aurais mis mon argent sur lui."

partages
commentaires
Ce qu'AlphaTauri a montré (ou pas) sur l'AT02

Article précédent

Ce qu'AlphaTauri a montré (ou pas) sur l'AT02

Article suivant

Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté

Comment l'imposant projet Toyota F1 a capoté
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher
Équipes Jordan
Auteur Benjamin Vinel
À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie Prime

À Imola, gros point d'interrogation sur la hiérarchie

Mercedes a pris l'ascendant sur Red Bull lors des essais libres à Imola vendredi, mais les performances restent très serrées. L'écurie Championne du monde ne prend rien pour acquis, et les données difficilement lisibles confirment que cette méfiance est légitime.

Formule 1
17 avr. 2021
Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc Prime

Ferrari progresse, mais il en faudra plus pour Leclerc

La Scuderia Ferrari a débarqué à Imola après une bonne performance lors de la manche d’ouverture à Bahreïn. Mais pour Charles Leclerc, il reste encore du travail pour que Ferrari retrouve la place qu'elle mérite.

Formule 1
16 avr. 2021
Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ? Prime

Quels enjeux majeurs pour le GP d'Émilie-Romagne ?

En Formule 1, trois semaines d’attente entre deux courses paraissent être une éternité. Avec un calendrier 2021 déjà modifié, les équipes se rendent à Imola pour reprendre la compétition après une manche d’ouverture exaltante à Bahreïn. Voici les différents enjeux et scénarios attendus pour ce Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Formule 1
15 avr. 2021
Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance Prime

Pourquoi la nouvelle structure de Williams épouse la tendance

Williams a résisté à la marée pendant de nombreuses années mais l'ère du propriétaire-exploitant est révolue depuis longtemps.

Formule 1
14 avr. 2021
Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ? Prime

Le fond plat en Z est-il l'idéal en 2021 ?

Les équipes de Formule 1 semblent divisées concernant la meilleure solution pour les nouvelles règles sur le fond plat. Une fois de plus, deux tendances radicalement opposées apparaissent. Désormais, une question se pose : le tableau dressé lors du premier Grand Prix permet-il déjà d'indiquer qui est sur la bonne voie et qui ne l'est pas ?

Formule 1
13 avr. 2021
AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ? Prime

AlphaTauri sera-t-elle la surprise de 2021 ?

Serait-il possible qu'AlphaTauri soit la grande surprise de la saison 2021 de Formule 1 ? Ce qui a été montré lors du Grand Prix de Bahreïn le suggère clairement.

Formule 1
13 avr. 2021
Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage Prime

Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage

Remémorons-nous quelques souvenirs marquants de Stirling Moss, légende du sport automobile, qui nous a quittés l'an dernier à l'âge de 90 ans.

Formule 1
12 avr. 2021
Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins Prime

Le faible rake met Aston Martin à la croisée des chemins

Aston Martin peut-elle se sortir du trou dans lequel la réglementation aérodynamique de 2021 l'a envoyée ? Cette question, l'écurie britannique ne peut pas encore y répondre. En revanche, les récentes performances de Mercedes offrent un signe d'encouragement.

Formule 1
11 avr. 2021