Promotion - Red Bull court-circuite de nouveau le GP2

Entre 2006 et 2013, le GP2 a pu se targuer d’avoir envoyé plus de jeunes pilotes en F1 que n’importe quelle autre série de promotion

Entre 2006 et 2013, le GP2 a pu se targuer d’avoir envoyé plus de jeunes pilotes en F1 que n’importe quelle autre série de promotion. L’auto-revendiquée rampe d’accès au plus haut niveau, où un baquet coûte près de deux millions d’euro par saison pour les pilotes, n’a cependant jamais été le vivier de Red Bull, qui snobe depuis toujours la discipline au moment de faire franchir les échelons à ses jeunes protégés.

Flashback sur ce court-circuitage en règle, prouvant qu’il est possible d’arriver à la F1 sans passer par le championnat contrôlé par la FOM d’où viennent cependant des vainqueurs de GP et de futures stars de la F1, comme Hamilton, Rosberg, Maldonado, ou encore Grosjean et Hülkenberg.

Pour la première saison d’existence de Toro Rosso, arrivant sur les bases de l’équipe italienne Minardi, ce sont Vitantonio Liuzzi et Scott Speed qui bénéficient d’une chance offerte par le gourou Dietrich Mateschitz. Champion F3000 en 2004, Liuzzi n’est alors pas passé par le GP2, mais Speed avait été placé par Red Bull chez iSport, faisant de lui l’un des seuls pilotes de la filière à emprunter le chemin de la Feeder Series.

La saison 2007 voit le même duo reprendre le volant, en dépit des hésitations du management, qui aimerait déjà embaucher Bourdais pour apporter de l’expérience dans l’une des monoplaces afin de former un jeune. Gagnant en IndyCar, le Français est cependant sous contrat et n’arrivera au sein du team qu’en 2008.

2008 est l’année de la première et seule victoire à ce jour de l’équipe Toro Rosso, lors de la fameuse course humide de Monza, où le jeune Vettel signa son premier succès. Vettel avait déjà pris part à ses premiers GP avec BMW Sauber et Toro Rosso en remplacement de Speed. Sa première saison complète se solde par la huitième place du championnat. Avant la F1, l’Allemand s’était distingué en F3 Euro Series et avait suscité l’engouement lors d’une brève participation en Formule Renault 3.5, où la victoire l'avait déjà récompensé.

Sébastien Buemi connait bien Red Bull lorsqu’il arrive en F1 depuis l’équipe GP2 Arden, alors dirigée par Christian Horner. Le Suisse fait équipe avec Bourdais, vite remplacé par le jeune Alguersuari, confirmant la tendance de Red Bull à donner sa chance à de très jeunes pilotes (19 ans). C’est également des World Series by Renault qu’arrive l’Espagnol, qui restera fer de lance de Toro Rosso avec Buemi en 2010 et 2011.

Enfin, en 2012, c’est un duo 100% World Series by Renault qui débarque chez Toro Rosso, avec Daniel Ricciardo et Jean-Eric Vergne, grands animateurs de la course au titre FR 3.5 la saison précédente. Ricciardo promu chez Red Bull l’an prochain, c’est du côté du GP3 que Red Bull est allé pêcher dans le bassin de jeunes talents pour meubler son baquet avec Kvyat. Au final, en 2013, Red Bull n’aura fait confiance qu’à deux pilotes provenant du GP2, et aucun des promus chez Red Bull n’y aura mis les pieds...

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Scott Speed , Vitantonio Liuzzi , Sébastien Buemi , Daniel Ricciardo , Jean-Éric Vergne
Équipes Toro Rosso , Sauber
Type d'article Actualités