Prost et l’échec de Prost GP : "Je le savais depuis le début"

Prost et l’échec de Prost GP : "Je le savais depuis le début"
Jean Alesi
Stand Prost
Tomas Enge
Jean Alesi
Jean Alesi
Jean Alesi
Heinz-Harald Frentzen
Luciano Burti
Gaston Mazzacane
Charger le lecteur audio

A la tête de sa propre écurie de 1997 à 2001, Alain Prost n’évoque que très rarement cette période douloureuse, durant laquelle le projet Prost Grand Prix a vu le jour avant de stagner puis de s’enfoncer peu à peu vers une disparition inéluctable. 

Le quadruple Champion du Monde, qui s’est lancé très tôt dans cette aventure après sa retraite de pilote, révèle que les doutes étaient en fait déjà très profonds dès les premiers mois d’existence de l’équipe. Si les premiers résultats, bâtis sur le rachat de l’équipe Ligier, étaient prometteurs en piste, rien n’avait vraiment débuté comme prévu en coulisses. 

La volte-face de Peugeot

Disparue au terme de la saison 2001, l’écurie Prost Grand Prix constitue un regret pour son fondateur, qui considère que sa plus grosse erreur est tout simplement de s’être lancé dans ce projet. Les dés étaient-ils pipés? Prost évoque en tout cas à quel point il sentait que les vents étaient contraires, et se souvient de la volte-face douloureuse imposée par Peugeot. 

Deux jours avant de signer le contrat, je ne voulais plus le faire.

Alain Prost

"Trois mois après avoir lancé l’équipe, nous avions de très bons résultats et nous étions passés près de remporter une course", raconte Prost dans les colonnes du magazine Auto de la FIA. "Mais à ma famille et mes amis proches je disais : "Je suis mort". Je le savais depuis le début. Je le savais… Je connais trop bien la Formule 1. Je connais trop bien le pays. Alors ma plus grosse erreur… Si j’ai fait une erreur, c’était ça. Il aurait été mieux de de pas le faire. Je n’aurais pas dû prendre la décision de le faire à la dernière minute." 

"Deux jours avant de signer le contrat, je ne voulais plus le faire", assure-t-il. "Mais nous avions un projet avec Peugeot et un contrat pour cinq années avec des moteurs gratuits et beaucoup de développements. Ensuite ils sont revenus deux jours avant de signer et il n’y avait plus que trois années et je devais payer pour le moteur… Au final, j’étais heureux d’arrêter."

Senna avait connaissance du projet

Deux ans et demi plus tôt, Prost avait fait part de ses ambitions de patron d’équipe à son plus grand rival, devenu ami, Ayrton Senna. Une évocation qui laisse évidemment rêveur, alors qu’elle est survenue quelques jours avant le décès tragique du Brésilien en course. 

"C’est amusant, peut-être une semaine avant l’accident [le 1er mai 1994 à Imola] nous discutions au téléphone", révèle Prost. "J’ai dit à Ayrton : "Tu sais, ce serait amusant un jour si j’avais une équipe et tu pourrais être mon pilote". Et nous rigolions de ça. A l’époque nous discutions déjà pour acheter Ligier, au début de l’année 1994. Cela aurait été fantastique, sans aucun doute très bon."

partages
commentaires
Le dilemme de Mercedes pour motoriser Red Bull
Article précédent

Le dilemme de Mercedes pour motoriser Red Bull

Article suivant

Wolff - Bottas n'a pas de raison de quitter Williams

Wolff - Bottas n'a pas de raison de quitter Williams
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021