Prost : Il fallait un résultat à Renault pour diminuer la pression

Alain Prost ne cache pas que la situation sportive de Renault en 2019 a placé l'écurie française sous pression, et qu'à ce titre, le gros résultat signé en Italie est venu soulager le niveau de pression ressenti ces dernières semaines.

Prost : Il fallait un résultat à Renault pour diminuer la pression

En cumulant la quatrième et la cinquième places à Monza, Renault a non seulement signé son meilleur résultat d'ensemble depuis son retour en Formule 1, mais a également réduit l'écart avec McLaren. En engrangeant 22 points dimanche, le Losange est revenu à 18 longueurs de son écurie cliente, et même si ce delta reste important à ce stade de la saison, la performance italienne a fait beaucoup de bien au moral des troupes. Le Grand Prix d'Italie marquait la première apparition de la Spec C du moteur conçu à Viry-Châtillon, et cela s'est traduit par un gros rythme sur un tracé requérant beaucoup de puissance. Daniel Ricciardo a d'emblée salué le travail effectué sur ce plan, tandis qu'Alain Prost admet qu'il devenait urgent de concrétiser en course tant la pression du manque de résultats commençait à fortement se faire sentir. 

Lire aussi :

"Il y a quelques Grands Prix où nous avons manqué de gros points, de grosses opportunités", souligne le directeur non exécutif de Renault auprès de Motorsport.com"Il y a eu Monaco, Spa également, car le rythme était bon mais nous avons tout perdu au départ. Lorsque l'on vit ce genre de course et ces problèmes, il y a davantage de pression. Ce n'est évidemment pas facile, alors nous devions prendre des points, et c'est fantastique d'être quatrième et cinquième. De toute manière, nous ne pouvions pas faire mieux. C'est très bien pour l'équipe car il y a beaucoup de travail, beaucoup de pression, et ils méritaient ce résultat. Il y avait aussi de la pression parce que, soyons francs, la puissance n'était pas au niveau que nous pensions pouvoir atteindre cette année. Nous savions que nous ne pourrions pas rattraper le top 3. Pour le moment, nous sommes là où nous devrions être, nous essayons de comprendre étape par étape. Il y a un objectif et si l'on n'est pas proche de celui-ci, il y a davantage de pression, ce qui n'est pas très bon, car au final nous essayons toujours de construire l'équipe."

Au châssis de faire ses preuves

Nico Hulkenberg, Renault F1 Team R.S. 19, devant Charles Leclerc, Ferrari SF90, et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W10

Alors qu'il avait déjà salué il y a quelques mois le gros travail réalisé sur le plan du moteur durant l'hiver, Prost a de nouveau appuyé sur ce point en constatant les progrès réalisés avec la dernière évolution en date, tout en faisant remarquer les manques persistants sur la partie châssis. "Du côté moteur, nous avons prouvé que c'était bien mieux, qu'il y avait une grosse amélioration ; du côté châssis nous devons encore travailler dur", insiste-t-il. "Quand on a une certaine philosophie de voiture, c'est très difficile de changer beaucoup de choses durant l'année. Cela reste le point principal sur lequel nous devons nous concentrer. Les gens de Viry ont fait un travail incroyable cette année, si vous vous souvenez de là où nous sommes, et nous n'avons jamais caché le fait que nous étions en retard. Obtenir de la performance et de la fiabilité en même temps, c'est vraiment exceptionnel."

Renault a désormais sept Grands Prix pour espérer combler l'écart avec McLaren et récupérer la quatrième place qui était l'objectif affiché avant le début de la saison. Un défi qui, en dépit des progrès, n'a rien d'une mince affaire compte tenu des caractéristiques de certains des circuits au menu dans le semaines à venir. "Il y a des Grands Prix qui sont mieux pour nous", admet Prost. "Avec moins d'appui, c'est mieux pour nous, c'est sûr ; quand le moteur est important c'est également mieux pour nous, et ce n'était pas le cas par le passé. Nous ne savons pas pour ce qui est des Grands Prix comme Singapour ou la Russie, nous verrons où nous nous situerons. Voyons voir ce que nous pourrons faire, nous apporterons quelques nouveautés, donc ça pourrait être mieux que ce à quoi nous nous attendons."

Propos recueillis par Adam Cooper  

Alain Prost, Renault F1 Team

partages
commentaires
Pneus : choix semblables pour Ferrari et Mercedes à Singapour

Article précédent

Pneus : choix semblables pour Ferrari et Mercedes à Singapour

Article suivant

Leclerc avoue qu'il était volontairement "à la limite" à Monza

Leclerc avoue qu'il était volontairement "à la limite" à Monza
Charger les commentaires
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021