Proton va-t-il sauver le soldat Petrov ?

Petit à petit, le voile se lève sur le futur de Lotus Renault GP

Petit à petit, le voile se lève sur le futur de Lotus Renault GP. Après avoir conservé Robert Kubica, après avoir annoncé son nouveau nom ce matin, l'équipe basée à Enstone va désormais pouvoir penser à finaliser son line-up.

En effet, officiellement le second baquet est encore libre et Vitaly Petrov n'a pas été confirmé à son poste. Qu'en est-il de l'épée de Damoclès accrochée au-dessus de sa tête... Tombera, tombera pas ?

A lire les déclarations de Gérard Lopez le mois dernier, le Russe pouvait se faire du souci quant à son avenir.

"Il manque encore de concentration et se permet des erreurs catastrophiques qui nous laissent des voitures complètement détruites," avait notamment déclaré le patron de Genii Capital, propriétaire majoritaire de l'équipe Lotus Renault GP.

Cependant, Petrov dispose d'un atout maître qui reste capital : son apport financier. Lors de son recrutement, Renault ne s'en était d'ailleurs pas vraiment cachée.

Une nouvelle fois, c'est cet atout qui pourrait permettre à Petrov d'être l'équipier de Robert Kubica en 2011. Si la valeur 'commerciale' du pilote était importante aux yeux de Renault F1, elle pourrait l'être tout autant à ceux du Group Lotus et de sa maison-mère Proton.

"Genii offre à Proton la possibilité de renforcer ses relations d'affaires déjà existantes en Russie et dans d'autre parties du monde," indique le communiqué officiel publié ce matin par le Group Lotus.

Si en aucun cas le nom de Petrov n'est cité, l'allusion au marché russe ne semble pas là par hasard. La stratégie commerciale de Proton et de sa filiale va-t-elle convaincre Gérard Lopez ? Genii est propriétaire majoritaire de l'équipe Lotus Renault GP et garde donc le pouvoir de décision.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Robert Kubica , Vitaly Petrov , Gerard Lopez
Type d'article Actualités