Q1 - La Toro Rosso de Vergne en feu

Les qualifications sur le juge de paix de Suzuka débutent enfin par 24°C dans l’air et 36°C en piste! Resté aux stands pendant une grande partie des Essais Libres 3, Sebastian Vettel n’a pas encore montré le rythme réel de sa Red Bull aujourd’hui,...

Les qualifications sur le juge de paix de Suzuka débutent enfin par 24°C dans l’air et 36°C en piste! Resté aux stands pendant une grande partie des Essais Libres 3, Sebastian Vettel n’a pas encore montré le rythme réel de sa Red Bull aujourd’hui, mais la référence établie par son coéquipier Mark Webber est là pour rassurer concernant la forme de l’équipe autrichienne, qui demeure favorite pour la pole position.

Les Français Charles Pic (Caterham) et Jules Bianchi (Marussia) savent déjà qu’ils partiront depuis les dernières places de la grille en raison d’une pénalité respective liées à une accumulation de réprimandes. Le weekend de Jules Bianchi a par ailleurs été difficile jusqu’à présent, le Niçois devant observer un changement de châssis lors de sa préparation, sérieusement altérée ce wekeend. Contraint de voir son équipe opérer un changement sur la boîte de vitesses avant les qualifications, Adrian Sutil verra une pénalité de 5 places appliquée à sa position au terme des qualifications.

Mercedes, régulièrement proche sur un tour depuis hier, sera une nouvelle fois le principal adversaire, mais Suzuka reste un tracé où l’équilibre et la gestion des pneus sont des paramètres allant dans le sens de la monoplace de Milton Keynes sur la durée de la course.
De très nombreuses sorties de piste et heurts de barrières ont déjà animé le weekend, y compris chez les pointures, rappelant à quel point Suzuka est un tracé « de pilotes ». Les qualifications n’autoriseront aucune place pour l’erreur, sur un tracé où la différence de temps entre les pneus durs et mediums oscille entre 0.5 et 0.6 sec au tour.
L’enjeu pour les plus rapides lors de cette Q1 est de tenter de passer sur la session suivante sans chausser les pneus mediums.

Drôle d’évènement dans le garage Sauber, où un feu se déclare à l’arrière de la monoplace d’Esteban Gutierrez alors que celui-ci est tranquillement installé à consulter les moniteurs dans sa machine en attendant de prendre la piste. Le Mexicain s’extrait rapidement de sa voiture tandis que les flammes sont rapidement contrôlées. Il pourra malgré tout prendre la piste pour se qualifier.

Après 10 minutes, ni les Red Bull, ni la Marussia de Bianchi n’ont pris la piste, tandis que Fernando Alonso détient la référence en 1.32’’371, établie sous l’œil attentif de Kamui Kobayashi, invité par Ferrari.
Vettel et Webber se lancent en piste avec quelques minutes restant au chronomètre, tandis que Lewis Hamilton trouve quelques millièmes pour se placer devant. Le premier tour lancé de Vettel est un 1.32.397. Webber, lui, frappe fort d’entrée avec les pneus durs avec un 1.32.271 le plaçant P1. Le top 4 se tient dans un dixième à cinq minutes de la fin de séance.

En dépit d’un solide temps, Red Bull n’est pas tranquille à la vue des concurrents chaussant les mediums et estime qu’il faudra reprendre la piste. C’est avant le drapeau rouge occasionné par les énormes nuages de fumée dégagés par la monoplace de Jean-Eric Vergne, dont les freins arrière en surchauffe prennent feu après l’épingle. Monoplace immobilisée en piste, il est impossible de poursuivre la séance avec 3 minutes restant au chrono. Gutierrez (Sauber) et Sutil (Force India) ont encore besoin de sortir de la zone rouge. Jules Bianchi n’a pas encore signé de chrono.

La séance reprend pour quelques instants avec un unique tour lancé pour les concurrents lancés en mediums. Le top 5 s’offre le confort de rester dans le garage, confiant quant au fait de passer en Q2. Lotus ne prend pas de risques et décide de faire sortir ses deux pilotes. L’impact des mediums est visible avec le 3ème temps de Di Resta, tandis que Grosjean signe le meilleur temps en 1.31.824.

Bianchi, Van der Garde, Pic, Chilton, Vergne et Sutil ne passent pas en Q2, mais les positions seront altérées en raison des pénalités respectives, faisant monter Pic dans la hiérarchie sur la grille de départ. Williams fait passer ses deux autos en Q2.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Fernando Alonso , Lewis Hamilton , Sebastian Vettel , Kamui Kobayashi , Adrian Sutil , Esteban Gutiérrez , Charles Pic , Jules Bianchi , Jean-Éric Vergne
Équipes Toro Rosso , Mercedes , Sauber , Williams , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités