Qualifs - Hamilton résiste aux assauts de Ferrari !

Lewis Hamilton (Mercedes) a signé la pole position du Grand Prix des États-Unis 2018 de F1 au terme d'une lutte acharnée avec les Ferrari de Sebastian Vettel et de Kimi Räikkönen, tous deux à moins de 70 millièmes du Britannique.

Qualifs - Hamilton résiste aux assauts de Ferrari !

Toujours pas de pluie sur le Circuit des Amériques au moment d'entamer les qualifications. Une chose est déjà sûre : quel que soit son temps, Sebastian Vettel ne pourra pas signer la pole position puisqu'il a écopé d'une pénalité de trois places sur la grille suite à une infraction sous drapeau rouge en EL1. De même, les Toro Rosso seront pénalisées et rétrogradées en fond de grille pour de multiples changements d'éléments.

Lire aussi :

Q1 - Verstappen plie (sa suspension)

Les Toro Rosso sont les premières en piste lors de cette séance. Le premier pilote de pointe à s'engager est Räikkönen, juste devant son équipier, alors que le vent souffle fort au Texas ; les deux hommes sont en ultratendres comme le reste du peloton, évidemment.

La référence est fixée par le Finlandais en 1'34"9 rapidement battue par Vettel en 1'34"5. Gasly est le premier pilote à voir un de ses temps annulé pour dépassement des limites de piste au virage 19. C'est à ce moment-là que les Mercedes et les Red Bull entrent en scène. Verstappen réalise 1'34"7, Bottas 1'34"5, Ricciardo 1'34"9 et Hamilton 1'34"1, le Britannique s'emparant des commandes de la Q1 avant d'améliorer encore légèrement, tout en restant dans le même dixième. Grosjean s'offre provisoirement le meilleur temps dans le premier secteur et la sixième place globale en 1'35"1, avant que Ricciardo puis Gasly ne lui passent devant.

Lire aussi :

Cinq minutes avant la fin de la première partie, Verstappen se plaint d'un problème de transmission et pour cause : le bras inférieur de suspension arrière droit a cassé, en passant sur un des boudins jaunes installés à l'extérieur de la sortie du virage 15. Il peut rentrer au stand mais ne repartira pas. Dans la zone rouge, à quelques instants du terme de la Q1, on retrouve les Williams, les McLaren et Ericsson. Et malgré de multiples améliorations, cela n'évolue pas.

Éliminés en Q1 : Alonso, Sirotkin, Stroll, Ericsson et Vandoorne.

Q2 - Räikkönen et le pari des ultras

Les Mercedes et Vettel démarrent en gommes supertendres alors que Räikkönen choisit lui les ultratendres. Bottas inscrit 1'33"7, Hamilton 1'34"0, Vettel 1'33"0 et Räikkönen prend les commandes en 1'32"8. Il est demandé au Britannique d'effectuer un second tour, au terme duquel il améliore en 1'33"4. Ricciardo a quant à lui été l'auteur d'un 1'34"1, en supertendres également. Tous les autres pilotes sont en ultratendres, à commencer par Leclerc, provisoirement sixième à 1,3 secondes de celui qu'il remplacera chez Ferrari l'an prochain.

Alors que Toro Rosso se sert de cette séance, inutile pour eux, comme d'EL4 officieux, l'ensemble des pilotes, hormis Räikkönen et Ricciardo, ressortent une dernière fois. Magnussen est éliminé le premier (en dehors des STR et de Verstappen) puisqu'il ne parvient même pas à se hisser hors de la zone rouge et il est accompagné de Sainz, qui perd le duel pour la dixième place de deux millièmes face à son équipier Hülkenberg.

Éliminés en Q2 : Sainz, Magnussen, Gasly, Hartley et Verstappen.

Q3 - Hamilton malgré tout

Les pilotes s'élancent à l'assaut du chrono sans tarder, les Mercedes d'abord suivies des Ferrari. Bottas franchit la ligne en 1'32"6, Hamilton en 1'32"567, Räikkönen en 1'33"0 et Vettel en 1'32"655, à 88 millièmes du leader du championnat, ce dernier n'ayant sans doute pas fait le tour de sa vie. Ricciardo échoue lui à plus de neuf dixièmes de la tête. Grosjean, Hülkenberg, Ocon et Pérez sont relégués à plus de deux secondes, en pneus usés. Leclerc lui n'a pas pris part à la première salve.

Alors que de légères gouttes de pluie semblent poindre, la deuxième salve débute. Tous les pilotes du top 4 améliorent mais c'est bien Hamilton qui sort de cette lutte en tête, 61 millièmes devant Vettel et 70 millièmes devant Räikkönen ! Bottas est relégué à plus de trois dixièmes. Le reste du top 10 est au-delà de la seconde.

C'est donc la 81e pole position en F1 pour Lewis Hamilton. Sebastian Vettel s'élancera depuis la cinquième position sur la grille.

 GP des États-Unis - Qualifications

Q1

  Pilote Équipe Trs Temps Écart
1 United Kingdom Lewis Hamilton  Mercedes 5 1'34.130  
2 Finland Valtteri Bottas  Mercedes 5 1'34.518 0.388
3 Germany Sebastian Vettel  Ferrari 5 1'34.569 0.439
4 Finland Kimi Räikkönen  Ferrari 5 1'34.703 0.573
5 Australia Daniel Ricciardo  Red Bull 5 1'34.755 0.625
6 Netherlands Max Verstappen  Red Bull 4 1'34.766 0.636
7 France Pierre Gasly  Toro Rosso 9 1'34.850 0.720
8 France Esteban Ocon  Force India 6 1'34.876 0.746
9 Spain Carlos Sainz Renault 6 1'34.891 0.761
10 France Romain Grosjean  Haas 5 1'34.892 0.762
11 Germany Nico Hülkenberg  Renault 6 1'34.932 0.802
12 Denmark Kevin Magnussen  Haas 6 1'34.972 0.842
13 Monaco Charles Leclerc  Sauber 8 1'35.069 0.939
14 Mexico Sergio Pérez  Force India 5 1'35.193 1.063
15 New Zealand Brendon Hartley  Toro Rosso 9 1'35.206 1.076
16 Spain Fernando Alonso  McLaren 6 1'35.294 1.164
17 Russian Federation Sergey Sirotkin  Williams 6 1'35.362 1.232
18 Canada Lance Stroll  Williams 8 1'35.480 1.350
19 Sweden Marcus Ericsson  Sauber 8 1'35.536 1.406
20 Belgium Stoffel Vandoorne  McLaren 6 1'35.735 1.605

Q2

  Pilote Équipe Trs Temps Écart
1 Finland Kimi Räikkönen  Ferrari 3 1'32.884  
2 Germany Sebastian Vettel  Ferrari 6 1'33.079 0.195
3 United Kingdom Lewis Hamilton  Mercedes 8 1'33.480 0.596
4 Finland Valtteri Bottas  Mercedes 6 1'33.702 0.818
5 Australia Daniel Ricciardo  Red Bull 3 1'34.185 1.301
6 Monaco Charles Leclerc  Sauber 6 1'34.255 1.371
7 France Romain Grosjean  Haas 6 1'34.419 1.535
8 France Esteban Ocon  Force India 6 1'34.522 1.638
9 Mexico Sergio Pérez  Force India 6 1'34.525 1.641
10 Germany Nico Hülkenberg  Renault 6 1'34.564 1.680
11 Spain Carlos Sainz Renault 6 1'34.566 1.682
12 Denmark Kevin Magnussen  Haas 6 1'34.732 1.848
13 France Pierre Gasly  Toro Rosso 4    
14 New Zealand Brendon Hartley  Toro Rosso 4    

Q3

  Pilote Équipe Trs Temps Écart
1 United Kingdom Lewis Hamilton  Mercedes 7 1'32.237  
2 Germany Sebastian Vettel  Ferrari 7 1'32.298 0.061
3 Finland Kimi Räikkönen  Ferrari 7 1'32.307 0.070
4 Finland Valtteri Bottas  Mercedes 6 1'32.616 0.379
5 Australia Daniel Ricciardo  Red Bull 6 1'33.494 1.257
6 France Esteban Ocon  Force India 6 1'34.145 1.908
7 Germany Nico Hülkenberg  Renault 6 1'34.215 1.978
8 France Romain Grosjean  Haas 6 1'34.250 2.013
9 Monaco Charles Leclerc  Sauber 3 1'34.420 2.183
10 Mexico Sergio Pérez  Force India 6 1'34.594 2.357

 

partages
commentaires
Alonso : "Je n'ai jamais voulu faire une saison d'IndyCar"

Article précédent

Alonso : "Je n'ai jamais voulu faire une saison d'IndyCar"

Article suivant

La grille de départ du GP des États-Unis

La grille de départ du GP des États-Unis
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Formule 1
24 sept. 2021
Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021