Qualifs sprint, droits de l'homme : les grands sujets de Jean Todt

En marge du Grand Prix de France de Formule 1, Jean Todt a assumé ses positions sur deux grands sujets, l'un sportif, l'autre politique.

Qualifs sprint, droits de l'homme : les grands sujets de Jean Todt

Dans quelques semaines, la Formule 1 organisera la première qualification sprint de son Histoire. Ce sera à Silverstone, avec une épreuve de 17 tours se déroulant le samedi 17 juillet et qui déterminera la grille de départ du Grand Prix de Grande-Bretagne, disputé le lendemain. Il s'agira du premier d'une série de trois tests grandeur nature que la discipline met en place cette saison avant, peut-être, d'aller plus loin à l'avenir. Ce format a vu le jour après de nombreuses discussions entre la F1 et les écuries, un consensus ayant été trouvé sur la nécessité de lui donner une chance.

Lire aussi :

Président de la FIA, Jean Todt reste néanmoins très réservé sur le sujet. Lui se dit peu enthousiaste devant cette nouvelle idée mais accepte néanmoins le besoin de le tester afin d'en avoir le cœur net, raison pour laquelle il ne s'y est donc pas opposé fermement.

"Premièrement, nous n'appelons pas ça une course", rappelle-t-il. "J'avais une part de responsabilité dans le fait de ne pas appeler ça une course. Pour moi, la course est le dimanche. Si vous me demandez si j'en suis un grand fan, la réponse est non. Je ne pense pas que la F1 en ait besoin. Mais d'un autre côté, si les gens veulent essayer quelque chose, ça ne va pas affecter la course du dimanche."

"Ce sera une manière différente d'établir la grille de départ. Ça ne coûte donc rien d'essayer. Je suis curieux de voir ce qui va en sortir. Mais je suis certain que ça ne causera pas de tort à la course du dimanche. Les gens pourraient dire que c'était plus intéressant le samedi que le dimanche, mais ce n'est pas un trop grand risque pour l'image et pour la crédibilité du championnat."

Un avis favorable pour la F1 en Arabie saoudite

Présent dans le paddock du Grand Prix de France, le président de la FIA a profité de son entretien avec la presse pour évoquer plusieurs grands sujets. Il n'a ainsi pas éludé la question des droits de l'homme et des courses organisées dans des pays accusés de ne pas les respecter. Le sujet est redondant depuis des années avec l'inscription au calendrier d'épreuves à Bahreïn, en Chine ou en Russie, mais elle a été relancée plus fortement encore depuis que la F1 a annoncé qu'elle se rendrait en décembre prochain en Arabie saoudite. Jean Todt a acquis la conviction que la catégorie reine ne devait pas éviter ces territoires, au contraire.

Lire aussi :

"C'est quelque chose qui me tient à cœur", promet-il. "Depuis maintenant cinq ans, je suis très impliqué avec les Nations Unies en tant que secrétaire général envoyé spécial pour la sécurité routière. Regardez le panel que j'ai constitué pour la sécurité routière, où il y a Zeid Raad Al-Hussein, un ancien haut-commissaire aux droits de l'homme. Il y a Michelle Bachelet, qui est actuellement haut-commissaire aux droits de l'homme. Il y a Filippo Grandi, haut-commissaire pour les réfugiés. Alors dans un sens, c'est un privilège de discuter avec eux."

"Hier, Stefano [Domenicali, PDG de la F1] est venu me voir, et j'avais avec moi Jacques Toubon, ancien ministre de la Justice qui était chargé des droits de l'homme en France jusqu'à l'année dernière, et nous en avons parlé. Tout le monde est favorable à l'idée d'avoir des courses partout dans le monde. C'est aussi quelque chose dont j'ai très souvent discuté avec Thomas Bach au Comité international olympique. Car ils ont les mêmes problèmes. Et clairement, nous considérons que le sport ne doit pas être mêlé à la politique."

"Nous devons nous engager avec des ONG, de bonnes ONG comme Human Rights Watch, pour essayer de voir quelle contribution nous pouvons apporter. Nous travaillons là-dessus. On peut interpréter la manière dont on aide. Selon moi, aller dans ces pays donne aussi une chance de s'exprimer aux gens qui ont un avis négatif sur le pays, ce qu'ils ne feraient probablement pas sinon. Comme je l'ai dit, c'est surtout une question d'interprétation."

Jean Todt a par ailleurs rappelé que si la Formule 1 propose elle-même son calendrier, la FIA est tout à fait en droit de mettre son veto si elle ne souhaite pas qu'un pays soit visité.

partages
commentaires
Duels en qualifications : le point après le GP de France 2021

Article précédent

Duels en qualifications : le point après le GP de France 2021

Article suivant

Red Bull : Si on peut battre Mercedes ici, on peut le faire partout

Red Bull : Si on peut battre Mercedes ici, on peut le faire partout
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021