Qualifs - Verstappen surprend Ferrari, crash pour Bottas

Max Verstappen (Red Bull) a signé la pole position du Grand Prix du Mexique 2019 de F1, devant les Ferrari de Charles Leclerc et Sebastian Vettel. La fin de séance a été marquée par le gros accident de Valtteri Bottas (Mercedes).

La séance démarre sur une piste à 36°C et avec 19°C dans l'air. Après une séance sans roulage, Renault va pouvoir disputer les qualifications et, malgré sa maladie, Pierre Gasly va également défendre ses chances.

Lire aussi :

Q1 - Pas de miracle pour Haas

Les Williams sont les premières en piste et Russell prend provisoirement la tête du classement. Grosjean, sur son premier tour lancé, part en tête-à-queue au freinage du premier virage, la Haas finissant sa course dans l'herbe avant de repartir, avec les pneus copieusement abîmés. Kvyat, Norris puis Räikkönen prennent la tête avant que Vettel ne signe 1'16"8. Albon fait cependant mieux en 1'16"1 et Verstappen tombe sous les 1'16 en 1'15"9. Leclerc et Hamilton sont à quatre dixièmes, Vettel à sept et Bottas à 1,1 seconde. La piste est encore très verte et glissante, notamment dans les esses, et du côté de la Scuderia il y aura sans doute mieux à aller chercher en performance.

Lire aussi :

La dernière salve est l'occasion pour les pilotes en dehors du top 6 de tenter le passer en Q2. Dans la zone rouge, à l'abord du dernier tour lancé, on retrouvait les Williams, les Haas et Stroll et cela ne changera pas. Tous les pilotes éliminés sont à plus de deux secondes du temps de référence de Verstappen. Il est à noter qu'une enquête est lancée par les commissaires suite à un incident dans les stands entre Kvyat et Ricciardo.

Éliminés en Q1 : Stroll, Magnussen, Grosjean, Russell et Kubica.

Q2 - Les mediums avant les tendres

La plupart des pilotes démarrent la séance... en mediums (jaunes), les écuries ne souhaitant pas vraiment s’embarrasser des tendres, dont la tenue est très limitée sur le tracé de Mexico. Kvyat signe le premier temps provisoire mais Hamilton réalise ensuite 1'16"4 avant d'être dépassé par les deux Ferrari, Vettel en 1'15"9 et Leclerc en 1'16"2, et par Verstappen en 1'16'1. Bottas passe également devant son équipier au terme de son second tour lancé après avoir manqué le premier dans le stadium. Albon complète le top 6 provisoire, à six dixièmes de la Ferrari #5.

Les Renault, Norris, les Alfa Romeo et Pérez prennent le contre-pied du reste de la grille en signant leur premier temps en tendres (rouges). À ce petit jeu, Pérez, Hülkenberg, Norris et Ricciardo occupent les dernières positions du top 10, au terme de la première salve.

Lire aussi :

Au moment de reprendre la piste pour la dernière tentative, tous les pilotes sont en tendres sauf les Mercedes. Les deux Flèches d'Argent prennent les commandes de la séance, en 1'15"7 pour le Britannique, 0"131 devant son équipier. Derrière, les McLaren confortent aisément leur top 10 alors que les Toro Rosso y prennent les deux dernières places. Bonne opération pour Pérez qui, en étant le premier éliminé de cette Q2, sera le premier pilote à avoir le choix des gommes sur la grille. Les Renault et les Alfa Romeo l'accompagnent dans la zone rouge. Ricciardo est passablement énervé et lâche un grand cri dans son casque après la pesée.

Éliminés en Q2 : Pérez, Hülkenberg, Ricciardo, Räikkönen et Giovinazzi.

Q3 - Verstappen sort du diable Vauvert

La première salve voit Verstappen signer la meilleure marque en 1'14"910, devançant Leclerc (+0"114), Vettel (+0"260), Hamilton (+0"380), Albon (+0"426) et Bottas (+0"428). Le Finlandais s'est notamment manqué à l'entrée de la section des Esses avec un léger survirage. Derrière le top 6, Sainz est à 1,8 seconde, Kvyat à 1,9 sec, Gasly à 2,2 sec et Norris à 2,5 sec.

Dans la dernière salve, Bottas s'accidente à la sortie du dernier virage, alors que Albon et Leclerc n'avaient pas amélioré leur temps. Le Finlandais a perdu sa Mercedes à la réaccélération et a percuté le mur extérieur en béton, le longeant avant de finir sa course contre une rangée de Tecpro. Le Finlandais sort lui-même de sa W10 copieusement abîmée et cela signe la fin de la séance en raison des drapeaux jaunes, puisque Hamilton, Vettel et Verstappen sont obligés de ralentir. Le Néerlandais parvient néanmoins à améliorer son temps et à confirmer sa pole ; à voir si cela s'est fait en toute sécurité et avec un ralentissement suffisant.

Jusqu'à preuve du contraire, c'est donc la seconde pole de sa carrière après le GP de Hongrie.

Mexico GP du Mexique - Qualifications

Q1

P. Pilote Constructeur Tours Temps Écart
1 Netherlands Max Verstappen Red Bull 3 01'15.949  
2 Thailand Alexander Albon Red Bull 6 01'16.175 00.226
3 Monaco Charles Leclerc Ferrari 5 01'16.364 00.415
4 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 7 01'16.424 00.475
5 Germany Sebastian Vettel Ferrari 5 01'16.696 00.747
6 Russian Federation Daniil Kvyat Toro Rosso 8 01'17.041 01.092
7 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 6 01'17.044 01.095
8 Finland Valtteri Bottas Mercedes 5 01'17.062 01.113
9 France Pierre Gasly Toro Rosso 8 01'17.065 01.116
10 United Kingdom Lando Norris McLaren 8 01'17.092 01.143
11 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 8 01'17.225 01.276
12 Australia Daniel Ricciardo Renault 8 01'17.270 01.321
13 Mexico Sergio Pérez Racing Point 8 01'17.465 01.516
14 Germany Nico Hülkenberg Renault 8 01'17.608 01.659
15 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 8 01'17.794 01.845
16 Canada Lance Stroll Racing Point 8 01'18.065 02.116
17 Denmark Kevin Magnussen Haas 9 01'18.436 02.487
18 France Romain Grosjean Haas 9 01'18.599 02.650
19 United Kingdom George Russell Williams 10 01'18.823 02.874
20 Poland Robert Kubica Williams 9 01'20.179 04.230

Q2

P. Pilote Constructeur Tours Temps Écart
1 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 7 01'15.721  
2 Finland Valtteri Bottas Mercedes 8 01'15.852 00.131
3 Germany Sebastian Vettel Ferrari 6 01'15.914 00.193
4 Netherlands Max Verstappen Red Bull 6 01'16.136 00.415
5 Monaco Charles Leclerc Ferrari 6 01'16.219 00.498
6 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 7 01'16.267 00.546
7 United Kingdom Lando Norris McLaren 6 01'16.447 00.726
8 Thailand Alexander Albon Red Bull 6 01'16.574 00.853
9 Russian Federation Daniil Kvyat Toro Rosso 8 01'16.657 00.936
10 France Pierre Gasly Toro Rosso 8 01'16.679 00.958
11 Mexico Sergio Pérez Racing Point 6 01'16.687 00.966
12 Germany Nico Hülkenberg Renault 6 01'16.885 01.164
13 Australia Daniel Ricciardo Renault 6 01'16.933 01.212
14 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 6 01'16.967 01.246
15 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 6 01'17.269 01.548

Q3

P. Pilote Constructeur Moteur Tours Temps Écart
1 Netherlands Max Verstappen Red Bull Honda 7 01'14.758  
2 Monaco Charles Leclerc Ferrari Ferrari 7 01'15.024 00.266
3 Germany Sebastian Vettel Ferrari Ferrari 7 01'15.170 00.412
4 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes Mercedes 6 01'15.262 00.504
5 Thailand Alexander Albon Red Bull Honda 6 01'15.336 00.578
6 Finland Valtteri Bottas Mercedes Mercedes 5 01'15.338 00.580
7 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren Renault 6 01'16.014 01.256
8 United Kingdom Lando Norris McLaren Renault 6 01'16.322 01.564
9 Russian Federation Daniil Kvyat Toro Rosso Honda 6 01'16.469 01.711
10 France Pierre Gasly Toro Rosso Honda 6 01'16.586 01.828

 

partages
commentaires
Red Bull "un peu à court de pièces" après le crash d'Albon

Article précédent

Red Bull "un peu à court de pièces" après le crash d'Albon

Article suivant

La grille de départ du GP du Mexique

La grille de départ du GP du Mexique
Charger les commentaires
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021
Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro Prime

Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro

La saison 2021 de la Formule 1 a posé des défis sans précédent aux équipes, car l'impact de la pandémie de COVID-19 les a empêchées de produire des voitures entièrement nouvelles.

Formule 1
10 sept. 2021
Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits Prime

Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits

Les virages inclinés de Zandvoort, qui ont ajouté de l'intrigue à un circuit serré et sinueux, ainsi que les bacs à gravier, ont été les stars du Grand Prix des Pays-Bas. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un nouveau concept pour les circuits, il pourrait inspirer d'autres pistes sur la façon de pimenter leurs propres épreuves.

Formule 1
9 sept. 2021