Quand la FIA voulait améliorer le spectacle... en 1999

La course à l'aérodynamique de la fin des années 2000 avait fortement fait baisser le nombre de dépassements vus en piste, à la faveur de ceux réalisés via la stratégie

Quand la FIA voulait améliorer le spectacle... en 1999

La course à l'aérodynamique de la fin des années 2000 avait fortement fait baisser le nombre de dépassements vus en piste, à la faveur de ceux réalisés via la stratégie. Un problème que la FIA avait pris à bras le corps en instaurant de nouveaux règlements en 2009, éliminant la plupart des ailettes sur les pontons, dans le but de créer moins de turbulences.

Mais en 1998 déjà, les instances dirigeantes du Championnat du Monde de Formule 1 se penchaient sur l'épineux problème des dépassements. La Fédération Internationale de l'Automobile avait alors créé un groupe d'experts, qui allaient devoir amener des solutions, en vue des saisons futures.

Le groupe, qui comptait parmi ses membres le designer Harvey Postlethwaite et le médecin de l'époque, Sid Wakins, avait proposé quelques changements radicaux en début de saison 1999, destinés à faire baisser l'appui aérodynamique des monoplaces.

Le rapport préconisait une baisse de l'appui de l'ordre de 50%, couplée à une augmentation de 10% du grip mécanique, et une augmentation similaire de la traînée. Des propositions rejetées par le président de la FIA de l'époque, Max Mosley.

Ces changements allaient en effet à l'encontre de la philosophie adoptée par Mosley. Le Britannique s'attaquait en effet au grip mécanique des monoplaces, avec l'adoption en 1998 des pneus à rainures, qui remplaçaient les pneus slicks, revenus en F1 en 2009.

Le prédécesseur de Jean Todt avait également amené l'argument de la sécurité, estimant qu'une diminution aussi drastique de l'appui aérodynamique causerait de grands soucis de stabilité. Mosley estimait également que sa philosophie était le seul moyen de garder la vitesse des Formule 1 sous contrôle, les ingénieurs récupérant toujours plus d'appui aérodynamique que ce qui est banni par les règlements.

S'en est alors suivi une décennie de tentatives, avec par exemple la possibilité d'utiliser deux petits ailerons à l'arrière des monoplaces, à compter de la saison 2007. C'est finalement le plan d'envergure de 2009 qui a été adopté, avec une modification de la largeur et de la hauteur des ailerons avant et arrière, en plus du bannissement des ailettes sur les pontons et du retour aux pneus slicks.

partages
commentaires
Lotus - Ocon est une star en devenir

Article précédent

Lotus - Ocon est une star en devenir

Article suivant

De janvier à décembre, la grande rétrospective 2014 !

De janvier à décembre, la grande rétrospective 2014 !
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021