Quand Red Bull et Renault filaient l'amour parfait

Il y a presque deux ans jour pour jour, Infiniti Red Bull Racing et Renault vivaient encore une grande histoire commune. Beaucoup d'eau est passée sous les ponts depuis l'introduction des V6 hybrides...

A cette période de l'année 2013, l’association Red Bull / Renault venait de remporter deux nouvelles couronnes mondiales, pour la quatrième année consécutive.

La tension, elle, se trouvait uniquement entre Mark Webber et Sebastian Vettel. Webber, las de la F1, du traitement de l’équipe à son encontre et peu enthousiasmé par les règlements arrivant en 2014 avec le passage aux unités de puissance turbo V6 hybrides, décidait de tourner la page F1. Mais entre Renault et le team de Milton Keynes, tout allait pour le mieux, et le team célébrait le 27 octobre 2013 les deux couronnes obtenues avec jusqu’alors 10 victoires, 8 poles, 10 meilleurs tours et 470 points.

GALERIE SOUVENIR : Les célébrations Red Bull Renault du 4ème titre

Jean-Michel Jalinier, alors Président de Renault Sport F1, louait avec humilité les efforts de Red Bull, sans ramener toute la couverture vers Viry-Châtillon : “Toutes nos félicitations à l’ensemble du personnel de Milton Keynes pour ce nouveau titre mondial exceptionnel! Maintenir un tel niveau de performance dans un environnement aussi compétitif requiert de l’énergie, de la créativité et surtout un partenariat absolument parfait”, se réjouissait le Français.

La meilleure association depuis McLaren Honda

La moisson de Renault en tant que motoriste représentait la plus grande ère de succès pour une association constructeur-motoriste de manière ininterrompue depuis la campagne McLaren Honda de 1988-1991. Le V8 allait devenir un souvenir en F1, et Renault avait pleinement rempli sa mission, après avoir déjà remporté le titre mondial de l’ère V8, avec Renault F1 Team, en 2006.

J’aimerais adresser toutes mes félicitations aux équipes Infiniti Red Bull Racing et Renault Sport F1 pour le titre de champion du monde des Constructeurs, cette année et lors des trois saisons précédentes”, saluait Carlos Ghosn, PDG de l’Alliance Renault-Nissan.

Plus que tout, cette ère de succès s’était bâtie avec de grandes barrières réglementaires, du fait des limites de développement imposées par la FIA pour maintenir les coûts sous contrôle. Les deux entités travaillaient comme d'étroits partenaires, malgré les liens historiques liant Enstone (Lotus) à Renault.

Bien que le règlement interdise tout développement des moteurs, chaque membre de notre équipe a su faire preuve d’ingéniosité et de créativité pour continuer d’améliorer le RS27. Nous avons beaucoup innové et progressé au niveau de la fiabilité, de la souplesse, et de la consommation de carburant en collaboration étroite avec notre partenaire Total. Mais c’est surtout nombre de petits détails qui ont permis à nos deux équipes d’optimiser leur propre performance sur la piste", contemplait Jalinier.

Motoriste le plus titré de la période V8 avec cinq couronnes mondiales en huit saisons, le Losange compte encore à ce jour un total de 12 titres en F1, et fut l’un des ardents défenseurs d’un passage à la nouvelle ère technique V6, faisant plus que jamais passer la performance en F1 sur le compte des moteurs. Las, c’est ce changement précis qui a précipité la relation Red Bull/Renault vers un nouveau chapitre, beaucoup moins rose cette fois…

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Sebastian Vettel
Type d'article Actualités
Tags v8