Quelle suite pour De Villota en Formule 1 ?

On en sait un peu plus sur les tenants et les aboutissants du test effectué par María de Villota au volant d’une Renault R29 le 3 août dernier au Paul Ricard, un test qui n’est peut-être pas aussi anodin qu’on veut le faire croire

Quelle suite pour De Villota en Formule 1 ?

On en sait un peu plus sur les tenants et les aboutissants du test effectué par María de Villota au volant d’une Renault R29 le 3 août dernier au Paul Ricard, un test qui n’est peut-être pas aussi anodin qu’on veut le faire croire.

Contrairement à ce qui a pu être écrit, Bernie Ecclestone n’était pas dans le Var pour superviser les opérations, mais c’est bien lui l’instigateur du projet, et l’on devine facilement la raison : l’hypothèse du retour d’un pilote féminin en F1 serait un joli coup de marketing pour les Grands Prix.

L’homme-clé de l’opération "test De Villota" est Antonio Mesquida, manager de la Madrilène et homme d’affaires dans le secteur de la téléphonie mobile. C’est à ce titre qu’il entretient de bonnes relations avec Mr. E (avec qui il aurait négocié les droits F1 pour diverses applications) et des industriels de la communication, tels Carlos Slim, le magnat des médias mexicain qui soutient Sergio Pérez et Sauber. Le test de María aurait été décidé lors du récent Grand Prix d’Europe à Valence, quand Mesquida et Villota ont rendu visite à Ecclestone, rejoints peu après par Eric Boullier.

Ce test, en tout cas, était une vraie séance de travail (et pas un coup de pub), bien qu’au volant d’une voiture non-contemporaine, comme le veut le règlement. Un des objectifs était de sonder la "tenue physique" d’une fille aux commandes d’une F1 moderne et le test a d’ailleurs été précédé, quelques jours auparavant, d’un examen médical et de tests de résistance à l’effort. Sous ce profil, l’expérience a été plus que concluante, puisque María a parfaitement "assuré" pendant les 79 tours (300 km) parcourus. Ce qui démontre, par ailleurs, que la Madrilène s’est parfaitement remise d’une lésion aux cervicales qui l’avait handicapée la saison dernière et qui avait nécessité une petite intervention l’hiver dernier.

Bilan positif, également, pour ce qui est du niveau de pilotage et de la méthode de travail. A ce titre, il faut dire que si María n’a pas un palmarès impressionnant, elle a certainement une bonne et très variée expérience (de la F3 à la Superleague, des GT aux voitures de tourisme), forgée au gré d’une carrière pour le moins "hachée" par les aléas budgétaires. C’est aussi une bosseuse, qui connaît bien le travail hors de la voiture, assurant depuis des années un travail de coach dans l’école de pilotage de son père et auprès du Emilio de Villota Motorsport, le team présent en F3, F3000 et SLF, géré par son frère Emilio Jr.

Plus difficile de se faire une idée sur les chronos réalisées par María, sachant que cela n’était de toute façon pas le but de la journée. Si le communiqué officiel de l’équipe évoque des chronos "raisonnables" et les différentes rumeurs situent l’écart par rapport au meilleurs temps de Romain Grosjean, qui avait étalonné la voiture le matin (avec de pneus plus frais et une température plus clémente) entre une seconde et demie à trois secondes, il nous revient que la performance n’a pas été "ridicule" au vu du contexte et du fait que c’était la toute première fois que la fille d’Emilio s’asseyait dans une F1.

L’expérience aura-t-elle une suite ? A voir, en fonction du jeu de chaises musicales qui pourrait intervenir en fin de saison chez Lotus Renault GP (une éventuelle ascension de Grosjean comme titulaire, à la place de Nick Heidfeld, libérerait une place de pilote d’essai) tandis que toute prévision pour 2012 est pure spéculation et dépendra de l’avenir de Robert Kubica. Entre temps, la presse espagnole, comme le quotidien sportif AS, n’hésite pas à franchir le pas…

Alfredo Filippone

partages
commentaires
De Villota, une femme au volant de la R29 au Paul Ricard

Article précédent

De Villota, une femme au volant de la R29 au Paul Ricard

Article suivant

Tost défend la présence de Schumacher en Formule 1

Tost défend la présence de Schumacher en Formule 1
Charger les commentaires
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021