Qui est Sir Jim Ratcliffe et pourquoi est-il lié à Mercedes F1 ?

Le partenaire de Mercedes, INEOS, a récemment été associé dans des discussions de paddock à un deal qui pourrait voir la société se porter acquéreur de parts dans l'équipe F1. Voici les informations à savoir sur INEOS et son fondateur Sir Jim Ratcliffe.

Qui est Sir Jim Ratcliffe et pourquoi est-il lié à Mercedes F1 ?

Qui est Sir Jim Ratcliffe ?

Issu d'un milieu modeste du Lancashire, James Ratcliffe, 67 ans, a utilisé un diplôme en génie chimique obtenu à l'université de Birmingham comme tremplin pour réussir dans l'industrie. Il a ensuite perfectionné ses compétences en gestion à la London Business School.

Il a créé INEOS en 1998, et a développé la société par une série d'acquisitions dans le domaine de la pétrochimie, notamment en impliquant d'anciens actifs de BP.

Que fait exactement Ratcliffe ?

Ratcliffe détient 60% des actions INEOS Plc et en est le président directeur général. Le groupe emploie environ 22'000 personnes dans le monde.

En 2017, il s'est développé au-delà de ses intérêts pétrochimiques de base avec un investissement d'un milliard de livres sterling (1,10 milliard d'euros) pour créer une division automobile avec l'intention de commercialiser le 4x4 Grenadier, qui est basé sur le Land Rover Defender. Il est également propriétaire de la marque Belstaff, célèbre pour ses vêtements de moto.

Pourquoi l'appelle-t-on "Sir" ? A-t-il été fait chevalier par la Reine d'Angleterre ?

Oui ! Ratcliffe a reçu son titre de chevalier de la Reine Elizabeth II en juin 2018 pour "services aux entreprises et investissements", quelques semaines seulement après avoir été nommé par le Sunday Times comme l'homme le plus riche du Royaume-Uni, avec une fortune estimée à 21 milliards de livres. Une attention qui n'est pas passée sans controverse en Grande-Bretagne en raison de ses liens avec la fracturation (procédé d'extraction d'hydrocarbures), et plus tard, un déménagement à Monaco en tant qu'exilé fiscal.

Comment INEOS est impliqué dans le sport de manière générale ?

En avril 2018, Ratcliffe a créé l'équipe de voile INEOS Team UK dans le but de remporter l'America's Cup 2021. Celle-ci a été créée en partenariat avec Sir Ben Ainslie, qui lors de sa dernière tentative sous le nom de Ben Aislie Racing, s'était placé en collaboration technique avec Adrian Newey et Red Bull Technology. Le PDG du projet était alors un autre homme bien connu des amateurs de F1 : l'ancien directeur d'équipe de McLaren, Martin Whitmarsh.

Début 2019, INEOS est devenu sponsor du rouleau compresseur du monde du cyclisme, la Team Sky. L'équipe victorieuse sur toutes les éditions du Tour de France entre 2012 et 2019 est devenue INEOS Grenadiers, pour promouvoir les 4x4.

Ratcliffe a également réalisé un investissement dans le club de football de Lausanne, en Suisse, ainsi que dans l'OGC Nice. Il a également été un temps associé à un investissement dans le mastodonte Chelsea et a soutenu le pari d'Eliud Kipchoge de réaliser le marathon sous la barre des deux heures.

Qu'ont donc à voir Ratcliffe et INEOS avec l'équipe F1 Mercedes, finalement ?

Ratcliffe a rencontré Toto Wolff lorsqu'il est venu assister à un Grand Prix en tant qu'invité d'un autre sponsor. Les deux hommes ont conversé, et, après avoir réalisé qu'ils avaient beaucoup en commun, ont rapidement scellé une entente. En décembre 2019, l'équipe a annoncé que sa nouvelle division "Mercedes-Benz Advanced Science", établie en grande partie pour pouvoir continuer à garder actif le staff de l'équipe F1 malgré les règles de limitation budgétaire, servira notamment à de la recherche dans des projets "voile" et "cyclisme". Seulement quelques mois plus tard, INEOS a été annoncé comme sponsor majeur de l'équipe F1 ; un accord portant sur cinq ans.

Est-il vrai que Ratcliffe désirait acheter l'équipe Mercedes ?

L'histoire de Ratcliffe, qui a acheté des équipes sportives établies et prospères, reflète la façon dont il a abordé sa vie professionnelle au sens large – en construisant par acquisition et en appliquant son propre style de gestion.

Il est clair qu'il s'intéresse désormais à la F1 et qu'il est logique de prendre des participations dans la meilleure équipe, avec laquelle il est déjà en affaires grâce à ses partenariats techniques. Il est également présent dans le secteur automobile avec Grenadier. De futures synergies avec Mercedes pour réaliser des sous-produits parait logique – même si le premier modèle utilise un moteur BMW.

Le premier signe d'un rapprochement plus étroit est incarné par la décision d'INEOS de racheter à Daimler l'usine de voitures Smart à Hambach, en France, pour en faire la base de fabrication Grenadier.

Voir aussi :

Quelle proportion de participation Ratcliffe pourrait-il prendre dans Mercedes ?

L'écurie F1 Mercedes est détenue à 60% par Daimler AG, 30% par Toto Wolff et les 10% restants sont attribués à feu Niki Lauda – un schéma établi lorsque Wolff est arrivé à la tête de l'équipe. Les actions de Lauda restent en fait dans les limbes, et un achat pourrait être un point de départ évident pour Ratcliffe et INEOS s'il décidait de rendre sa participation dans l'équipe plus formelle.

Mercedes est-elle engagée dans l'avenir de son équipe de F1 ?

Mercedes devrait remporter sa septième paire de Championnats du monde des pilotes et des constructeurs en 2020, après avoir dominé le sport depuis le début de l'ère hybride en 2014. Étant donné que tous les constructeurs revoient régulièrement leur engagement dans le sport automobile, même au plus fort de leur succès, un changement dans la composition de l'équipe n'est pas exclu.

La clé a été la signature du nouvel Accord Concorde, qui engage l'équipe – pas nécessairement avec Mercedes en tant que propriétaire majoritaire – à faire partie de l'avenir du sport. Daimler AG réalise déjà une très bonne affaire, car le sponsoring de l'équipe basée à Brackley et ses revenus télévisuels sont si importants que la société mère n'a dû mettre qu'un montant net de 30 millions de livres sterling pour financer la campagne 2019, bien que cela n'inclut pas son soutien additionnel pour la division moteur (HPP) de Brixworth.

Avec des coûts en baisse à partir de 2021 en raison du plafond budgétaire, même si les revenus de la F1 sont moindres au cours des deux prochaines années – en raison des revenus très réduits des frais d'hébergement des courses – l'équipe est potentiellement très rentable pour son propriétaire, avec un bénéfice possible à la clé. En ce sens, on pourrait considérer qu'il est étrange que Mercedes réduise sa participation, après avoir tant investi au fil des ans.

partages
commentaires
Sur le départ, Vettel ne regrette pas ses années Ferrari

Article précédent

Sur le départ, Vettel ne regrette pas ses années Ferrari

Article suivant

Red Bull va briefer un Verstappen frustré avant le GP de Russie

Red Bull va briefer un Verstappen frustré avant le GP de Russie
Charger les commentaires
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021
Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson Prime

Monza, la fin tragique de Ronnie Peterson

Le Grand Prix d'Italie, à Monza, résonne aussi comme un rappel dramatique de l'accident qui fut fatal à Ronnie Peterson. C'était le 11 septembre 1978, il y a 43 ans.

Formule 1
11 sept. 2021
Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro Prime

Comment le nouveau carter de boîte Ferrari améliore son aéro

La saison 2021 de la Formule 1 a posé des défis sans précédent aux équipes, car l'impact de la pandémie de COVID-19 les a empêchées de produire des voitures entièrement nouvelles.

Formule 1
10 sept. 2021
Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits Prime

Zandvoort, source d'inspiration pour l'avenir des circuits

Les virages inclinés de Zandvoort, qui ont ajouté de l'intrigue à un circuit serré et sinueux, ainsi que les bacs à gravier, ont été les stars du Grand Prix des Pays-Bas. Bien qu'il ne s'agisse pas d'un nouveau concept pour les circuits, il pourrait inspirer d'autres pistes sur la façon de pimenter leurs propres épreuves.

Formule 1
9 sept. 2021