Quotas moteur - Un mauvais "retour de flamme" selon Warwick

Régulièrement invité par la FIA pour tenir le rôle de commissaire-pilote sur les Grand Prix ces dernières années, Derek Warwick regrette la réglementation trop stricte qui limite les pilotes en termes de pièces sur l'ensemble de la saison.

C'est le cas notamment pour les boites de vitesses ou pour les unités de puissance, limitées à quatre par pilote pour toute l'année. Pour le pilote britannique, de telles restrictions "tuent le sport pour les spectateurs".

S'il ne remet pas en cause le bien-fondé d'une telle orientation, qui va dans le sens de la réduction des coûts, il l'estime néanmoins dangereuse pour l'avenir de la discipline et appelle à trouver un juste équilibre.

"La plupart des pilotes font seulement 10 tours en Essais Libres car ils doivent économiser quelque chose, que ce soit l'unité de puissance ou la boite de vitesses", explique Warwick à Sportal. "Il y a une sorte de retour de flamme [du règlement], car le principe est bon mais quelque chose doit changer pour rendre la F1 excitante, pour que les pilotes apparaissent comme des gladiateurs."

Warwick a pris part à 146 Grand Prix dans sa carrière, tous disputés entre 1981 et 1993. Une période qui n'avait techniquement rien à voir. L'ancien pilote ne remet pas en cause l'évolution de l'ère moderne, mais regrette farouchement la trop grande simplicité qu'ont les jeunes pilotes à prendre en main les monoplaces actuelles.

"Nous avions 1600cv et de l'appui qui vous faisaient écarquiller les yeux", se souvient-il. "[Aujourd'hui] on peut les voir faire un test et après 10 tours ils sont deux dixièmes derrière le pilote référence. Cela n'arrivait pas à mon époque ; ces voitures sont plus faciles à piloter. Nous devons faire un pas en arrière, jeter un bon œil à tout cela avant qu'il ne soit trop tard."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Derek Warwick
Type d'article Actualités
Tags boite de vitesses, fia, moteurs, quota, réglement