Racing Point : "Pérez est à l'apogée de sa carrière"

Directeur technique de l'écurie Racing Point, Andrew Green ne tarit pas d'éloges sur son pilote Sergio Pérez et relate l'un de ses plus beaux exploits.

Racing Point : "Pérez est à l'apogée de sa carrière"

Voilà dix ans qu'Andrew Green a rejoint Racing Point (anciennement Force India) en tant que directeur d'équipe, et le technicien anglais a déjà collaboré avec Sergio Pérez pendant six saisons complètes. Depuis le début de l'ère turbo hybride, le Mexicain est monté sur le podium à cinq reprises, bien davantage que tout autre pilote en dehors des top teams. Et s'il parvient à obtenir de tels résultats, c'est en grande partie grâce à son excellente gestion des pneus, ce qui lui vaut les louanges de sa direction.

"Je pense qu'il est extrêmement sous-estimé", déclare Green au sujet de son pilote dans le podcast Beyond The Grid. "Il est absolument à l'apogée de sa carrière. Rien ne le perturbe. Son feedback est toujours exceptionnel – sa capacité mentale à piloter la voiture et son feedback sur ce que fait la voiture. Et le dimanche après-midi, pour moi, il est l'un des meilleurs. Niveau gestion des pneus, il fait partie des deux ou trois meilleurs sur la grille. Je pense qu'il n'y en a pas beaucoup qui sont capables de faire mieux. Et il y en a qui peuvent probablement l'égaler, mais il a juste ce feeling, quand il aborde un virage. Il sent ce que fait le pneu, ce dont il a besoin. Sa maîtrise de l'accélérateur en sortie de virage est simplement remarquable. C'est comme s'il avait le 'traction control' intégré en lui."

Lire aussi :

"Je pense qu'il comprend que sa faiblesse, ce sont les qualifications. Mais c'est en partie parce qu'il aime régler la voiture pour son style de pilotage le dimanche après-midi. Et ce n'est pas toujours la meilleure manière de régler la voiture pour le samedi après-midi. Mais il n'en démord pas. 'C'est comme ça que je veux faire'. Et je pense qu'il prouve régulièrement avoir raison. Parfois, il en fait trop et nous nous retrouvons à faire une mauvaise performance le samedi et le dimanche, mais c'est très rare. Très rare. Il aime un certain réglage, il aime un certain équilibre. Et il est parfois vraiment difficile de tirer le meilleur de la voiture le samedi avec ce type d'équilibre."

Azerbaïdjan 2018, un exploit emblématique

Les deux derniers podiums de Pérez sont survenus sur le circuit urbain de Bakou, en 2016 et en 2018. Or, la deuxième fois, Force India était au bord d'un naufrage financier finalement survenu trois mois plus tard. Pourtant, Esteban Ocon et Pérez sont parvenus à se qualifier septième et huitième, juste derrière les top teams ; en course, le Mexicain a capitalisé sur l'accrochage des Red Bull et sur la crevaison de Valtteri Bottas pour s'offrir la troisième place, non sans avoir doublé à la régulière la Ferrari de Sebastian Vettel.

Sebastian Vettel, Ferrari SF71H and Sergio Perez, Force India VJM11

"Nous avions compris quelque temps plus tôt que nous étions très faibles dans un certain type de virage", analyse Green au sujet de la Force India VJM11. "La voiture a été faible dans ce type de virage pendant un bon moment. Et cela nous a pris un certain temps pour résoudre ce problème grâce au développement. Mais si nous étions faibles dans un type de virage, c'est parce que nous étions incroyablement compétitifs dans un autre type de virage. Et il se trouve que Bakou était plein de virages que la voiture adorait. Complètement plein. Et nous avions Checo [Pérez], qui adore ce circuit. Il pourrait piloter une tondeuse à gazon et obtenir un bon résultat quand même. Associez ces deux facteurs, et nous nous disions forcément que s'il y avait un endroit où nous allions signer un résultat cette saison-là, c'était probablement Bakou."

Il adore ce circuit. Il pourrait piloter une tondeuse à gazon et obtenir un bon résultat quand même.

Andrew Green au sujet de Sergio Pérez et Bakou

"Certes, il faut un peu de chance. Il faut survivre à ces premiers tours. Mais une fois que Checo prend le rythme le dimanche après-midi, il fait absolument partie des meilleurs. Je pense qu'il fait partie des rares pilotes qui excellent vraiment quant à la gestion des pneus et savent lire la voiture, comprendre ce qu'il faut faire avec les pneus, pendant combien de temps il faut les économiser, quand est-ce qu'on peut commencer à attaquer. Parfois, il faut attaquer pour maintenir les pneus en vie. C'était en partie le cas à Bakou : il y avait une phase de graining qu'il fallait traverser en maintenant de la température dans l'un des essieux."

"Alors que l'on se rapprochait de l'arrivée, c'était de plus en plus enthousiasmant : 'Ok, on pourrait bien signer un résultat ici, il nous faut commencer à penser à la gestion d'autres domaines de la voiture pour être sûrs de ne pas dépasser la limite'. Mais c'était une sensation géniale. Nous n'avions quasiment pas d'argent, une grande partie de la voiture venait de celle de l'année précédente, qui venait elle-même de l'année d'avant… Il y avait énormément de choses que nous ne pouvions pas vraiment faire en ce qui concerne le développement. Mais nous savions avoir une opportunité de signer un bon résultat sur ce circuit. Et Checo et l'équipe l'ont fait à la perfection."

partages
commentaires
Ricciardo content d'avoir des "petits mioches" comme équipiers
Article précédent

Ricciardo content d'avoir des "petits mioches" comme équipiers

Article suivant

Kovalainen : La Hongrie 2008, "pas une super course"

Kovalainen : La Hongrie 2008, "pas une super course"
Charger les commentaires
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Formule 1
4 déc. 2021
Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021