Un sentiment de frustration domine chez Racing Point

Avec une sixième place et un abandon, l'écurie de Silverstone a le sentiment que le compte n'y est pas à l'issue du Grand Prix d'Autriche.

Un sentiment de frustration domine chez Racing Point

Éprouver de la déception après une sixième place en course démontre à coup sûr le changement de statut de Racing Point. Avec sa "Mercedes rose" qui a tant fait parler, l'écurie a animé les débats et les discussions en début de week-end avant de rentrer peu à peu dans le rang. Pourtant, l'opportunité était réelle mais le vent a tourné en défaveur de Sergio Pérez quasiment à chaque événement venant perturber le bon déroulement de ce Grand Prix d'Autriche.

Très vite le Mexicain a porté seul sur ses épaules les espoirs de son équipe. Car un peu plus loin dans le peloton, Lance Stroll a connu un départ difficile avant de perdre plusieurs positions puis d'abandonner en raison d'un problème technique sur son unité de puissance, qui est toujours en cours d'investigation. Le pilote et l'équipe ont tout tenté pour modifier les réglages du bloc Mercedes mais il est rapidement devenu évident qu'il fallait mettre pied à terre pour protéger le groupe propulseur.

Lire aussi :

Pérez, lui, a affiché un solide rythme de course. Sa déception de terminer derrière les McLaren et même derrière la Ferrari de Charles Leclerc paraît légitime. Il a toutefois dû mener sa barque une grande partie du temps avec l'épée de Damoclès au-dessus de la tête. La faute à un arrêt au stand qui a mal tourné et qui a vu Racing Point le libérer précipitamment de son emplacement ? On a longtemps cru que l'enquête ouverte par les commissaires concernait cette possible infraction, mais c'est finalement pour une vitesse excessive dans les stands qu'une pénalité de cinq secondes est tombée. Une sanction qui n'a rien changé à sa position finale.

"Nous avons dû nous battre et nous avions un gros rythme", résume Pérez. "La sixième place est une bonne manière de débuter la saison, mais nous aurions pu terminer encore plus haut. Nous avons été malchanceux avec les interventions de la voiture de sécurité, mais c'est facile de dire après la course que nous aurions dû nous arrêter une seconde fois au stand. J'ai dû me défendre face à des pilotes qui avaient des pneus moins usés dans les derniers tours, c'était difficile. C'était cependant une bonne course pour apprendre énormément de choses sur la voiture. L'essentiel est que nous avons un package compétitif et je crois que nous allons pouvoir nous battre pour un autre gros résultat ici le week-end prochain."

S'il se réjouit du spectacle offert "sur tous les plans" par ce premier Grand Prix de la saison, Otmar Szafnauer partage le sentiment mitigé de son pilote tout en notant l'importance des huit points pris grâce à la sixième place de Pérez.

"Après une si longue pause, il était important de débuter la saison avec des points", insiste le directeur de l'écurie. "C'est frustrant de voir un podium nous échapper dans les derniers tours, mais c'était difficile de retenir ces voitures qui disposaient d'un avantage pneumatique. Avec autant de neutralisations par la voiture de sécurité, nous avons eu des décisions difficiles à prendre et nous avons choisi de préserver notre position en piste plutôt que rentrer au stand. Les voitures derrière nous ont en effet eu des arrêts 'gratuits' et ont pu réagir à ce que nous faisions, en rentrant lorsque nous décidions de rester en piste. C'était certainement le cas pour les McLaren et pour Leclerc."

partages
commentaires
Gasly a failli abandonner en début de course
Article précédent

Gasly a failli abandonner en début de course

Article suivant

Pourquoi Bottas a-t-il ralenti en fin de course à Spielberg ?

Pourquoi Bottas a-t-il ralenti en fin de course à Spielberg ?
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021