Racing Point a pris "un gros risque" en imitant Mercedes

Le directeur technique de Racing Point revient sur les similitudes revendiquées par l'écurie entre sa nouvelle monoplace et la Mercedes de la saison dernière.

Racing Point a pris "un gros risque" en imitant Mercedes
Charger le lecteur audio

Lors de la première journée d'essais hivernaux à Barcelone, la RP20 de l'écurie Racing Point a énormément fait parler. Et pour cause, sa ressemblance troublante avec la Mercedes W10 de la saison dernière avait de quoi susciter la curiosité. Au terme du roulage inaugural réalisé mercredi par Sergio Pérez, le directeur technique de l'écurie basée à Silverstone est revenu sur l'approche empruntée avec cette nouvelle monture. L'orientation est assumée, et le risque qui va avec également. 

Lire aussi :

"L'inspiration provient de la voiture la plus rapide de l'année dernière", reconnaît sans ambiguïté Andrew Green auprès de Motorsport.com. "C'est de là qu'est venue notre inspiration. Pourquoi ne le ferions-nous pas ? Nous sommes dans une situation où nous utilisons leur boîte de vitesses [2019], nous avons la même unité de puissance, et la boîte est conçue pour aller avec une certaine philosophie aérodynamique."

"Nous avions une voiture qui était en gros septième du championnat. La réglementation a un an de plus, le développement que nous voyions avec la voiture à forte inclinaison n'allait selon moi pas aboutir. Ça valait le coup de prendre un risque. Et c'est un gros risque. Nous avons déchiré ce que nous avions fait avant, nous sommes repartis d'une feuille blanche. Par où fallait-il commencer ? Nous n'allions pas regarder du côté de la monoplace la plus lente de la grille. Nous avons regardé du côté de la plus rapide, et nous sommes partis de là. Si ça fonctionne, tant mieux. Si ça ne fonctionne pas, nous perdons une année, mais je ne crois pas que nous allons perdre quoi que ce soit par rapport au fait de ne pas le faire. En ne le faisant pas, le revers de la médaille était bien plus important." 

La Mercedes W10 de la saison 2019.

Andrew Green l'assure, Racing Point n'a pas fait bêtement un copier-coller de la Mercedes W10 mais s'est avant tout attaché à comprendre comment elle fonctionnait pour mettre en pratique ce qui avait été observé. "Nous devons avoir confiance dans le fait que l'équipe avait la capacité de comprendre ce que nous faisons, c'est la part de risque", admet-il. "C'est un gros risque. Des données que nous avons vues tout l'hiver avec le développement à Brackley, l'équipe a vraiment fait du bon travail pour essayer de comprendre comment tout cela s'assemble et fonctionne. Nous y avons ajouté notre part, notre côté Racing Point. Jusqu'à présent, ça semble vraiment encourageant."

Ces dernières années, Racing Point (et Force India auparavant) s'est efforcé de ne pas emprunter la même voie que Mercedes sur le plan aérodynamique en dépit des restrictions liées à la boîte de vitesses fournie par l'écurie allemande. "Cela vous pousse dans une certaine direction", assure Andrew Green. "Nous avons résisté pendant plusieurs années pour faire un concept différent tout en utilisant leur matériel, et cette année nous avons eu l'opportunité de le faire. Nous ne l'avions jamais eue auparavant."

La collaboration avec Mercedes sur le plan technique reste strictement limitée au cadre de la réglementation qui régit ce qui peut être partagé entre deux équipes et ce qui ne peut pas l'être. "La suspension est essentiellement faite par Racing Point", précise Green. "Comme l'année dernière, nous utilisons quelques pièces extérieures de Mercedes, ça ne change pas. Certaines d'entre elles sont fournies par Mercedes, des pièces mécaniques, mais le reste est conçu par Racing Point."

Propos recueillis par Adam Cooper  

partages
commentaires
Leclerc et Ferrari chercheront la performance "plus tard"
Article précédent

Leclerc et Ferrari chercheront la performance "plus tard"

Article suivant

Toutes les Renault de l'Histoire de la F1

Toutes les Renault de l'Histoire de la F1
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021