Räikkönen s'attend à ce que la hiérarchie reste indécise

Après trois Grands Prix disputés, bien malin celui qui pourrait asséner une vérité irréfutable en matière de rapport de force entre les trois équipes de pointe du plateau.

Peu récompensé en dépit d'un début de saison performant, Kimi Räikkönen apprécie néanmoins l'incertitude qui s'est installée en F1 lors des trois premiers Grands Prix. Avec deux victoires pour Ferrari, une pour Red Bull et aucune pour Mercedes, la hiérarchie entre les trois top teams peine à se dessiner, et le Finlandais ne serait pas étonné de voir l'alternance se poursuivre.

"Si vous posez la question à n'importe qui, c'est un peu compliqué de vous donner une réponse [sur la hiérarchie]", admet le Champion du monde 2007. "Je pense qu'une grande part du résultat final [en Chine] dépendait du fait d'avoir de meilleurs pneus que les autres et à quel moment. C'est évidemment un facteur très important, qui a fait une grosse différence, tout comme l'intervention de la voiture de sécurité."

"En vitesse pure, avec tout le monde chaussé des mêmes pneus en course… C'est difficile, très difficile à dire. Je pense que c'est très bien comme ça, pour tous ceux qui regardent, car personne ne sait vraiment. Tout le monde aimerait bien savoir mais personne ne le sait vraiment, car ça change d'une course à l'autre et une infime différence en provoque une grande au niveau du résultat final. On va voir, ça pourrait changer d'une course à l'autre, selon qui utilise quels pneus."

Peu de comparaisons valables

Lors des trois premiers rendez-vous de la saison, Mercedes et Ferrari se sont affirmés comme les références en qualifications, mais le rythme de Red Bull en course est une menace. L'écurie autrichienne a également connu des week-ends compliqués qui n'ont pas forcément permis de voir toute l'étendue de son potentiel jusqu'à présent, en dépit de la victoire décrochée avec opportunisme par Daniel Ricciardo à Shanghai.

L'Australien est d'ailleurs le premier à venir corroborer les propos de Kimi Räikkönen, confiant lui aussi son incertitude quant à la hiérarchie au sommet.

"Ça reste dur à dire, nous étions vraiment rapides avec les pneus tendres, mais à ce moment-là, tous les autres étaient en mediums", constate Ricciardo. "Au début de la course, avec les ultratendres, nous pouvions nous accrocher à Lewis [Hamilton] et Kimi [Räikkönen], mais ils étaient en tendres. Nous n'avons pas vraiment eu de bonne comparaison."

"Parfois, et à la fin de la course à Melbourne et en Chine, nous étions très forts. Dans les premiers tours, lorsque la voiture est encore chargée en carburant, nous pouvons faire mieux. Nous ne sommes pas si loin mais il y a encore des domaines dans lesquels nous pouvons être plus forts."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen , Daniel Ricciardo
Équipes Ferrari , Red Bull Racing
Type d'article Actualités