Räikkönen et Leclerc jouent les équilibristes face à leur avenir

partages
commentaires
Räikkönen et Leclerc jouent les équilibristes face à leur avenir
Par :
28 juin 2018 à 14:45

Si dix-huit ans les séparent, Kimi Räikkönen et Charles Leclerc sont inévitablement liés par la même histoire depuis une semaine : en jeu, le baquet Ferrari pour la saison 2019.

Kimi Raikkonen, Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Kimi Raikkonen, Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Le deuxième, Max Verstappen, Red Bull Racing, le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, et le troisième, Kimi Raikkonen, Ferrari, sur le podium
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, Charles Leclerc, Sauber C37
Kimi Raikkonen, Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Charles Leclerc, Sauber, Kimi Raikkonen, Ferrari
Ron Meadows, directeur sportif, Mercedes AMG, Max Verstappen, Red Bull Racing, deuxième position, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, première position, Kimi Raikkonen, Ferrari, troisième position, sur le podium
Charles Leclerc, Sauber
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber parcourt la piste à pied avec Ruth Buscombe, responsable de la stratégie de Sauber
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37, arrive sur la grille

Présent à la traditionnelle conférence de presse du jeudi en marge du Grand Prix d'Autriche, Kimi Räikkönen était au centre des questions abordant le marché des transferts. Comme l'a révélé Motorsport.com la semaine dernière, le Finlandais serait en passe d'être remplacé par Charles Leclerc chez Ferrari la saison prochaine, et son avenir en F1 est une nouvelle fois au centre de toutes les attentions.

L'épisode rappelle inévitablement celui vécu chaque été depuis que le Champion du monde 2007 est retourné au sein de la Scuderia en 2014. Et l'intéressé le fait lui aussi remarquer : "C'est comme toujours, comme chaque année, nous verrons".

"Je pense avoir été dans cette situation à de nombreuses reprises, nous saurons avant l'année prochaine", ajoute-t-il à la question de savoir s'il existe une date butoir pour toute prise de décision. "Mais c'est une situation plutôt normale de mon côté."

Rarement loquace, Räikkönen n'a pas dérogé à ses principes lorsque la rumeur l'envoyant chez McLaren pour la saison prochaine a été évoquée. "Je ne sais pas vraiment. Je crois que j'ai dit en 2007 que j'allais terminer chez Ferrari, et à un moment donné ça ne s'est pas fait comme ça, puis désormais ça pourrait finalement être le cas, donc on ne sait jamais ce qui va se passer", souligne-t-il. "Nous verrons, comme toujours. Il y a beaucoup de discussions et je n'ai pas vraiment à commenter cela, tout le monde verra ce qui se passera, y compris moi."

Questionné à plusieurs reprises sur l'existence ou non de discussions avec McLaren, Iceman a joué la carte de l'ironie et de la nonchalance qu'on lui connaît : "J'ai parlé avec eux c'est sûr, énormément par le passé lorsque j'étais là-bas. Comme je l'ai dit, je n'ai aucun intérêt à m'impliquer dans toutes ces inepties selon moi…"

"Vous aimeriez savoir, n'est-ce pas ? Vous pouvez prendre ça comme vous le voulez. De toute façon, je ne crois pas que vous ayez besoin de notre avis pour écrire ce que vous voulez. Vous pouvez dire que c'est oui ou non… Vous écrivez habituellement ce que vous décidez, que ce soit vrai ou non." 

Leclerc tient sa ligne

Pendant que Räikkönen joue la partition vue et revue ces dernières années, le jeune Charles Leclerc doit, lui, se muer en équilibriste face aux mêmes questions récurrentes. De plus en plus questionné sur son avenir chez Ferrari ces dernières semaines, le Monégasque l'est encore plus après les bons résultats qu'il a enchaînés et avec au-dessus de la tête la rumeur de son arrivée éventuellement déjà scellée du côté de Maranello.

"Je reste vraiment concentré et j'essaie de retirer ça de mon esprit pour penser à ce que je fais actuellement", se borne à répondre le pilote Sauber. "Comme je l'ai dit auparavant, je ne pense pas que ce soit bien [de penser à Ferrari] ; je me répète chaque semaine, malheureusement, j'aimerais vous donner quelque chose de plus ! Je ne dois me concentrer sur cette année, ce n'est pas bon pour moi si je me concentre sur ce qui pourrait éventuellement se passer. Pour le moment, j'essaie juste de faire le meilleur boulot possible dans la voiture, heureusement ça se passe bien pour moi actuellement, et j'espère que ça continuera comme ça."

Dans l'éventualité où ce passage comme titulaire sous les couleurs de la Scuderia dès 2019 venait à s'officialiser, se sent-il pour autant déjà prêt à relever un tel défi, du haut de ses 20 ans ?

"C'est toujours une question difficile, comme l'année dernière lorsque j'étais en F2 et que l'on me demandait si j'étais prêt à passer en F1 ; on ne sait jamais vraiment jusqu'au moment où l'on se retrouve en F1 et que l'on fait son premier Grand Prix", admet-il. "C'est toujours difficile de savoir. Ce qui est certain, c'est que je fais tout pour apprendre aussi vite que possible à chaque course, pour évoluer aussi vite que possible, et pour être le mieux préparé si un jour j'ai cette opportunité."

Article suivant
Comment Sauber a réalisé d'étonnants progrès

Article précédent

Comment Sauber a réalisé d'étonnants progrès

Article suivant

Mercedes avec une W09 fortement évoluée en Autriche

Mercedes avec une W09 fortement évoluée en Autriche
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Autriche
Lieu Red Bull Ring
Équipes Sauber , Ferrari Boutique
Auteur Basile Davoine
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu