Räikkönen : "Ma priorité, c'est d'être performant"

Absent du podium lors des trois premiers Grands Prix, le Finlandais ne s'attarde pas sur les critiques et l'incertitude qui entoure son avenir. À Sotchi, il veut prouver qu'il peut être au rendez-vous.

Le début de saison a été compliqué pour Kimi Räikkönen, qui souffre de la comparaison avec Sebastian Vettel, leader du championnat et victorieux à deux reprises en trois Grands Prix. Pendant ce temps, le Finlandais cherche à monter pour la première fois sur le podium en 2017, ce qui sera son objectif à Sotchi ce week-end.

Rapidement ciblé, le Champion du monde 2007 l'a même été par son propre président, Sergio Marchionne, qui s'est interrogé sur ses performances dès le soir du Grand Prix de Chine. Pas de quoi perturber le flegmatique Iceman, qui s'appuie sur les progrès qu'il ressent au volant de la SF70H et ne s'attarde pas sur les commentaires négatifs qui peuvent le viser. 

"C'est normal", estime-t-il. "Chaque course où l'on n'est pas aussi performant qu'espéré n'est pas fun. Quand on gagne tout le temps, on s'y habitue, mais quand ce n'est pas le cas, on aimerait bien être dans cette position. Si je ne suis pas à mon maximum, ce n'est pas fun. Ça l'est davantage quand on tire le maximum."

Sous contrat jusqu'à la fin de l'année avec l'équipe au cheval cabré, Räikkönen sait que le sujet de son avenir sera rapidement au menu, comme ces trois dernières années, mais il botte en touche. 

"Je sais que certaines choses ont été dites et écrites, mais c'est n'importe quoi, ce qu'on lit dans les journaux et sur Internet", lance-t-il. "Je fais confiance à l'équipe. Pour moi, tout va bien. J'espère un bon résultat, et quand je n'en ai pas, je ne suis pas content. Peu m'importe. Quant à mon avenir, je ne sais pas. Il y a beaucoup de discussions, il paraît que je ne vais pas faire ci ou ça, mais on verra ce qui se passera après cette année. Ce n'est pas ma première préoccupation actuellement. Ma priorité, c'est d'être performant ici et à la course suivante."

Concrétiser en course

Se disant "plus content maintenant qu'à la première course" du comportement de sa monoplace, Räikkönen veut désormais transformer l'essai, conscient de la nécessité de concrétiser avec un résultat qui ne souffrirait d'aucune contestation. Le tout dans une situation qui voit pour le moment Ferrari se positionner comme un sérieux challenger pour Mercedes, sans que l'on sache encore si cela pourra durer.

"Je pense qu'il y a bien des façons de voir les choses", explique Räikkönen. "Selon les résultats purs, selon les qualifications, cela dépend. L'équipe nous donne la meilleure voiture possible. C'est pareil pour tout le monde. Sommes-nous au même niveau que Mercedes ? Je ne sais pas. Nous n'en sommes pas loin. Ils sont un peu meilleurs en qualifications, mais cela semble s'équilibrer en course. Cela dépend un peu du circuit, mais nous avons un bon package."

Bien que pointant à 34 points de Vettel au championnat, Räikkönen ne rend pas les armes. Pas question non plus pour lui d'entendre parler d'une hiérarchie établie dans l'équipe si tôt dans la saison. "Nous avons discuté au début de l'année, nous savons exactement ce que nous sommes censés faire", prévient-il. "Cela n'a rien changé. Si l'un de nous est mathématiquement éliminé de la course au titre en fin d'année, oui, mais sinon, non."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Russie
Circuit Sochi Autodrom
Pilotes Kimi Räikkönen
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités
Tags scuderia, sotchi