Contenu spécial

Pourquoi Räikkönen raccroche le casque au bon moment

Kimi Räikkönen va finalement raccrocher son casque à la fin de la saison 2021 de Formule 1. Le Finlandais a eu une carrière peu conventionnelle en sport automobile, et bien que les victoires et les podiums se soient taris depuis longtemps, la décision de mettre un terme à sa carrière en F1 arrive au bon moment.

Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C41

La façon dont Kimi Räikkönen a annoncé mercredi qu'il se retirait de la Formule 1 à la fin de l'année avait quelque chose de très approprié. Cette annonce ne s'est pas faite par le biais d'un communiqué de presse de son équipe Alfa Romeo, ni d'une vidéo émouvante rendant hommage à ses accomplissements et revenant sur une période remarquable dans le championnat. Cela a été, comme une grande partie de la carrière de Kimi en F1, entièrement fait à sa façon.

Räikkönen en a fait l'annonce via son compte Instagram, en écrivant un message de 110 mots seulement, accompagné d'un montage de photos présentant certains des moments forts de sa carrière en F1. Dans le post, il a révélé avoir pris la décision l'hiver dernier, et que "le temps est venu pour de nouvelles choses".

Cette décision met fin à l'une des carrières les plus hautes en couleur et les moins conventionnelles de l'histoire récente de la F1. Ses 21 victoires et son titre de Champion du monde minimisent sans doute sa qualité et sa place parmi les grands de ce millénaire. Avant sa pause de deux ans, il a été l'homme qui a mené le combat contre Michael Schumacher, Fernando Alonso et Lewis Hamilton dans les luttes pour le titre.

À son retour en 2012, il s'est illustré avec l'équipe Lotus, à court d'argent, et est revenu chez Ferrari et Sauber. Bien qu'il n'ait jamais retrouvé la forme qui a fait de lui une telle force dans les années 2000, il est resté un élément important et apprécié de la grille de la F1.

Mais le moment est venu pour Räikkönen de s'en aller. Le Finlandais a toujours maintenu qu'il ne resterait jamais en F1 au-delà de ce qui est attendu de lui, ne souhaitant pas courir si le cœur n'y est pas. "Papa Kimi", l'homme marié à Minttu et père de deux jeunes enfants, Robin et Rianna, a des priorités ailleurs, et à juste titre.

 

Le deuxième passage de Räikkönen chez Ferrari était loin d'être aussi réussi que le premier, et pourtant, il avait une trajectoire ascendante progressive. Elle a atteint son apogée avec ce qui, à moins d'un événement extraordinaire, sera sa dernière victoire lors du Grand Prix des États-Unis 2018, mettant fin à une disette de plus de cinq ans qu'il a lui-même soulignée en réagissant immédiatement par : "Putain, enfin !".

Ce succès a fini par lui assurer la troisième place au championnat de cette année-là, ce qui a nécessité un voyage à la cérémonie de remise des prix de la FIA. N'étant pas du genre à faire semblant, Räikkönen s'est amusé ce soir-là, titubant sur la scène au moment de recevoir son trophée, ajoutant ainsi à sa légende.

C'est pour de telles frasques que Räikkönen est resté dans les mémoires pendant les dernières années de sa carrière en F1. Alfa Romeo était un bon endroit pour lui après que Ferrari ait décidé qu'il était temps de recruter Charles Leclerc. C'était proche de sa maison en Suisse, ce qui signifie qu'il pouvait passer plus de temps avec sa famille, et l'équipe, en particulier en 2019, était en milieu de peloton. Il appréciait la lutte.

Le fait que Räikkönen ait pris la décision concernant son avenir au cours de l'hiver est révélateur. L'année 2020 a clairement laissé des traces mais, après avoir signé un nouveau contrat avec Alfa Romeo, il était heureux de vivre un dernier rodéo.

Mais l'année 2020 a donné à réfléchir. La forme d'Alfa Romeo s'est effondrée sur fond de problèmes avec l'unité de puissance Ferrari, ce qui en a fait une campagne difficile, passée en grande partie en-dehors des points. Depuis qu'il s'est emparé de la quatrième place lors du Grand Prix du Brésil 2019, Räikkönen n'a pas terminé une course plus haut que la neuvième position, ce résultat ayant été obtenu au Mugello et à Imola l'année dernière. Sinon, il n'a marqué aucun autre point en 2020.

On était loin du Kimi que nous aimions tous regarder dans la fleur de l'âge, cet "homme de glace" si férocement rapide, qui a fendu le peloton à Suzuka en 2005 et a effectué le courageux dépassement de Giancarlo Fisichella dans le dernier tour, qui a fait de Spa sa propriété au cours des années 2000, qui nous a donné d'innombrables autres souvenirs avec des courses époustouflantes contre certains des plus grands de tous les temps.

 

Et si Alfa Romeo est un peu plus proche du milieu de peloton cette année, les résultats ne sont pas au rendez-vous. Räikkönen a été un cran en dessous de son coéquipier Antonio Giovinazzi pendant la majeure partie de l'année, et bien qu'il ait produit quelques courses très solides – sa 11ème place en Styrie étant particulièrement bonne – elles n'ont pas réussi à faire les gros titres. Sur la piste, ce n'est pas le Kimi que nous aimions autrefois.

Le fait que Räikkönen ait pris la décision concernant son avenir au cours de l'hiver est révélateur. L'année 2020 a clairement laissé des traces mais, après avoir signé un nouveau contrat avec Alfa Romeo pour couvrir la campagne 2021 quelques mois plus tôt, il était heureux de vivre un dernier rodéo ; une tournée d'adieu au championnat qui lui a tant apporté.

Avec l'arrivée des nouvelles voitures en 2022, c'est un bon moment pour partir pour Räikkönen sur un plan personnel, car il n'aura pas à assimiler ou à s'adapter aux nouveaux concepts de monoplaces. Mais c'est aussi un bon moment pour Alfa Romeo pour apporter du sang neuf. Tout comme Räikkönen a remplacé un compatriote Champion du monde lorsqu'il a pris la place de Mika Häkkinen chez McLaren en 2002, il se pourrait bien qu'un autre Finlandais, Valtteri Bottas, prenne sa place chez Alfa Romeo.

L'avenir de Giovinazzi est également en jeu, avec Alexander Albon, qui pourrait être un prétendant, parmi d'autres, pour le baquet dans sa tentative de retour en F1.

La vie post-F1 de Räikkönen a peu de chances de le voir rester un élément important du paddock. Bien qu'il puisse être un choix divertissant pour les débats télévisés, un peu comme Roy Kent dans la série Ted Lasso d'Apple TV, ce n'est pas un travail qui lui convient ou, plus important, qui l'intéresse. Il s'en est pris une fois à Paul di Resta, consultant de Sky F1 qui a fait un retour unique pour Williams lors du Grand Prix de Hongrie 2017, en lançant à la radio : "S'il ne peut pas me voir derrière lui, alors il devrait s'en tenir au commentaire".

 

Il peut faire ce qu'il veut. S'il veut faire du rallye, après avoir participé à des compétitions pendant sa pause de la F1, il le peut. Il peut se concentrer sur sa famille et voir ses enfants grandir. Le jeune Robin s'est déjà mis au karting, et a même été vu sur le compte Instagram de Räikkönen il y a quelques semaines au volant d'un buggy. Si Robin a le désir de se lancer dans la course, alors son père le soutiendra, mais il n'y a aucune pression. "Tant qu'il aime ça, c'est l'essentiel", a déclaré Räikkönen à propos des débuts en course de son fils l'année dernière.

Et cela résume parfaitement l'approche de Räikkönen. Il a toujours été question de plaisir. Le frisson que lui procurent la F1 et la compétition ne ressemble à rien d'autre, mais il ne s'est jamais pris au sérieux. Pensez à la glace à Sepang en 2009. Le célèbre message radio "Laissez-moi tranquille" d'Abu Dhabi en 2012, qui a orné des t-shirts et des produits dérivés dans le monde entier. Le fait de qualifier la F1 de "hobby" lors de sa brève apparition sur Netflix. Les révélations de sa biographie de 2018, The Unknown Kimi Räikkönen, qui incluait ses 16 jours de beuverie entre les courses, mais qui a également dressé le portrait d'un personnage absolument unique qui manquera cruellement à la F1.

L'influence de Räikkönen sur la F1 est profonde. Dans tous les sports, le fait qu'un athlète puisse être connu par son seul prénom en dit long.

La question qui se pose aux fans de F1 est de savoir comment ils vont se souvenir de Räikkönen. Est-ce que ce sera pour les mèmes et les moments drôles qui constituent déjà des compilations sur YouTube ? Ou sera-ce pour ses succès sur la piste, s'imposant comme un véritable grand champion face à des adversaires parmi les plus coriaces qui soient ?

Quelle que soit la façon dont vous vous souvenez de lui, l'influence de Räikkönen sur la F1 est profonde. Dans tous les sports, le fait qu'un athlète puisse être connu par son seul prénom en dit long.

Mais Kimi ne se soucie pas de l'héritage. Il a eu une carrière remarquable en F1, mais la façon dont on se souviendra de lui importe peu. Il a couru et vécu entièrement selon ses propres termes. Et en vérité, il est probable qu'il nous manquera bien plus que nous ne lui manquerons lorsqu'il passera au chapitre suivant de sa vie.

Kimi Raikkonen, Alfa Romeo Racing C41

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Rosberg : Ce sera "plus chaud" chez Mercedes si Russell arrive
Article suivant Pour Steiner, Williams n'a pas volé ses points à Spa

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France