Räikkönen, Vettel et l'avantage du Halo à Melbourne

Décrié depuis son introduction en Formule 1 pour son look disgracieux, le Halo n'a pas été très longtemps un sujet de polémique une fois les premiers tours de roue effectués à Melbourne. Et les pilotes Ferrari lui ont même trouvé un avantage.

Même si ce dispositif de protection de la tête du pilote, dernière zone exposée et à risque, a été testé en conditions réelles pendant plus d'un an, beaucoup d'observateurs et de fans attendaient la première épreuve pour se faire une idée plus précise des potentiels risques liés à la présence du Halo dans le champ de vision des pilotes au moment de rouler en peloton.

Force est de constater qu'aucun incident et/ou remarque n'est ressorti à ce sujet au terme d'une course qui a plutôt brillé par l'absence d'action en piste. Et pour Kimi Räikkönen, troisième de l'épreuve, la présence du Halo n'a absolument pas été un motif d'inquiétude. 

"C’est la règle désormais. Je ne pense pas que ça fasse la moindre différence sur le plan du pilotage. Le look est différent, mais les gens s’y sont habitués très rapidement. Chaque année il y a une règle différente et la voiture semble différente et c’est curieux, mais niveau pilotage ça ne fait aucune différence."

Le Finlandais a même trouvé un avantage à la présence de cette protection, qui s'est muée en pare-soleil. "Ce n’était pas différent des essais ou d’un autre moment, et je pense que ça ne vous perturbe pas du tout. Je pense qu’il a aidé ici en raison du soleil ; quand il vient à la bonne hauteur, il bloque le soleil dans les yeux."

Une opinion à laquelle le vainqueur du GP, Sebastian Vettel, souscrit totalement, bien qu'il ait pour sa part trouvé un léger inconvénient. "Je pense que ça n’a été que bénéfique ici, et c’est plus sûr. Peut-être que les gens n’aiment pas son apparence mais, vous savez, ça pourrait faire une différence pour nous un jour et c’est une bonne chose à avoir. Pendant la course, il n’y a pas eu de problème. Comme Kimi l’a dit, ça a même aidé. Ça a servi de visière, donc c’était une aide."

"Lors du tour d’honneur, c’est là que c’était gênant, parce qu’on ne pouvait pas si bien voir les gens dans les tribunes. J’essayais de trouver, est-ce mieux de regarder en dessous ou… je n’étais pas assez grand pour voir au-dessus. En dehors de ça, aucune différence."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen , Sebastian Vettel
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités