Red Bull veut aider Albon à retrouver confiance avant la Turquie

Red Bull a indiqué devoir travailler avec Alex Albon pour lui permettre de retrouver confiance en vue du Grand Prix de Turquie, après une nouvelle course compliquée à Imola le week-end dernier.

Alex Albon tente de prouver à Red Bull qu'il mérite de conserver un baquet en F1 l'an prochain, l'écurie évaluant toujours si elle doit maintenir le Thaïlandais à son poste ou aller vers un pilote plus expérimenté mais hors du programme de la filière, avec comme favoris de ce côté-là Nico Hülkenberg et Sergio Pérez.

Une chose est sûre, Albon ne s'est pas vraiment fait une faveur lors du Grand Prix d'Émilie-Romagne après avoir été coincé dans le peloton en première partie de course puis s'être fait dépasser et être parti en tête-à-queue dans les derniers tours suite à la relance sous Safety Car.

Lire aussi :

Il ne reste plus que quatre courses à disputer cette année, et Red Bull va devoir relativement rapidement prendre sa décision sur le pilote qui fera équipe avec Max Verstappen la saison prochaine. Albon est donc sous une très grande pression.

S'exprimant sur la performance de son pilote à Imola, le directeur de Red Bull Christian Horner a déclaré à Sky Sports : "C'était une course difficile pour Alex, car il était dans cette confrontation avec Charles [Leclerc] et Daniel [Ricciardo] toute l'après-midi. Ensuite au restart, en se battant avec Pérez qui avait des pneus neufs, il a juste perdu la voiture à la seconde chicane. Donc c'était extrêmement frustrant pour lui de revenir avec zéro point, et pour l'équipe également. Nous allons évidemment essayer de travailler avec lui d'ici la Turquie et de le remettre sur pied."

Du côté du conseiller Red Bull et responsable de la filière, Helmut Marko, il a été indiqué que l'équipe pouvait attendre la dernière course de la saison à Abu Dhabi pour prendre une décision sur son duo de pilotes.

Lire aussi :

Tirant le bilan de sa propre course, Albon a estimé que sa plus grosse erreur à Imola avait peut-être été de ne pas s'arrêter pour monter des pneus tendres lors du Safety Car, ce qui l'a mis à la merci des pilotes qui l'avaient fait derrière lui, comme Sergio Pérez et Daniil Kvyat.

"C'est une de ces courses que nous passons entièrement derrière les autres voitures. Il n'y avait pas beaucoup mieux à faire. Avec le recul, nous aurions potentiellement dû nous arrêter quand les autres l'ont fait en fin de course car, bien entendu, nous étions la première voiture en pneus froids qu'ils trouvaient sur leur chemin, donc il allait être difficile de les retenir [...] C'est une de ces courses où si nous nous étions arrêtés, nous aurions pu envisager un podium. Mais c'est comme ça."

Réagissant à une question lui demandant s'il pouvait aller chercher encore plus de performance, il a répondu : "C'est déjà ce que je fais pour être honnête. Ce n'est pas comme si ça n'était déjà pas le cas, mais bien sûr je m'accroche, je fais tout ce que je peux. Rétrospectivement, ce n'était pas un mauvais week-end pour moi, mais nous allons nous concentrer sur la Turquie."

partages
commentaires
Entre Wolff et Binotto, "ce n'est pas de la haine"
Article précédent

Entre Wolff et Binotto, "ce n'est pas de la haine"

Article suivant

Copie en F1 : la FIA dévoile les interdictions pour 2021

Copie en F1 : la FIA dévoile les interdictions pour 2021
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021